Un sublime et gigantesque terminal aéroportuaire accueille ses premiers voyageurs en Crimée

Un imposant et gracieux édifice a ouvert ses portes dans la péninsule criméenne: le nouveau terminal de l’aéroport de Simferopol. Se voulant moderne, chaleureux et écologique (pour un aéroport), son design est inspiré de la nature locale.

Le 16 avril 2018, le nouveau terminal de l’aéroport de Simferopol en Crimée a ouvert ses portes aux premiers voyageurs. Construit en un temps record de 22 mois, il projette d’accueillir 6,5 millions de passagers par an, remplaçant ainsi l’ancien terminal qui, depuis 2014, peinait à faire face à la hausse de fréquentation. L’an dernier, celui-ci avait accueilli 5,1 millions de passagers.

Grâce à la superficie de ce terminal, trois fois supérieure à celle du précédent, l’aéroport de Simferopol est à présent le plus grand du Sud du pays.

Situé près du village d’Oukromnoïé, à 5 km de l’ancien terminal et à 14 km de la ville, le nouveau terminal s’étend sur 78 000 m2 et prend l’aspect extérieur d’une énorme vague. Son design a été conçu par le cabinet d’architecture sud-coréen Samoo Architects&Engineers qui, époustouflé par la splendeur de la nature criméenne, a décidé de la mettre au cœur de son projet.

La construction a nécessité environ 7 000 tonnes de métal. À titre de comparaison, cela représente seulement 300 tonnes de moins que ce qui a été requis pour l’édification de la tour Eiffel.

Un montant de 32 milliards de roubles (soit 420 millions d’euros) aura été nécessaire pour transformer d’anciennes terres agricoles en ce terminal d’aéroport moderne. Sur cette somme environ 30 % ont été financés par des investisseurs privés, le reste ayant été pris en charge par l'État.

Dans son enceinte, le nouveau terminal compte 55 comptoirs d'enregistrement, huit passerelles aéroportuaires, huit portes d’embarquement, et plus de 16 escalators et 28 ascenseurs. Moderne et lumineux, il est également très spacieux, offrant à ses voyageurs les services dont dispose la majorité des aéroports contemporains : restaurants, cafés, magasins et autres divertissements.

Mais le véritable point d'attraction pour les arrivées et les départs sera certainement son gigantesque mur végétal. Cette structure représente le plus important jardin vertical d’Europe et recouvre 1 600m². Cette véritable muraille s’élève à 15 mètres de haut et s’étend sur 110 mètres de longueur. Il mélange plantes vivantes et artificielles, mais selon les concepteurs, il vous sera impossible de les distinguer !

L’aéroport bénéficiera également de son propre parc paysager avec une végétation locale. « Les plantes seront choisies de manière à ce que le parc change de couleur en fonction des saisons, explique le service de presse de l’aéroport. Nous poursuivrons nos efforts pour maintenir notre terminal au rang des aéroports les plus écologiques du monde ».

L’aspect moderne de l’aéroport lui a valu l’appellation informelle de « cosmoport » (port spatial). Ainsi, la cérémonie d’ouverture du nouveau terminal a pris des airs de spectacle de « guerre des étoiles ». Des robots donnaient des renseignements sur l’aéroport aux visiteurs et des personnages de la saga de Star Wars déambulaient un peu partout. Qui plus est, les invités à la cérémonie d’ouverture ont même pu voir s’afficher sur les écrans d’information des vols à destination de Vénus, Mars ou encore de la planète fictive Coruscant, tirée de la saga Star Wars. Décidément, la comparaison avec un port spatial a été exploitée jusqu’au moindre détail !

Construit en 1936, l’aéroport international de Simferopol ne gère désormais que les vols intérieurs en Russie. Donc pas de vol direct pour l’étranger, pas même pour Mars ou Venus…

Depuis 2014, la Russie travaille sur un autre projet colossal pour la péninsule : le pont de Crimée. Découvrez dix faits inédits à son sujet.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies