GOUM, MKHAT, NTV : les abréviations en Russie

Dessin de Niyaz Karim

Dessin de Niyaz Karim

La vie du russe moderne est régie par les abréviations. Au cours de sa carrière professionnelle, en faisant les courses au supermarché, lors d’événements culturels ou simplement dans sa vie quotidienne, impossible d’y échapper !

Les enfants russes viennent au monde dans un « RodDom », une maternité dont l’abréviation signifie « Maison de naissance ». Puis, ces petits enfants vont au « DetSad », le jardin d’enfants. Sous l’Union soviétique, le collégien était généralement amené à entrer au VLKSM (Union Internationale de la Jeunesse Communiste Léniniste), ce qui rendait son cursus plus facile pour continuer dans le  VOUZ (Vyschee OUtchebnoïe Zavedenie), soit l’enseignement supérieur et la recherche. Comme en France, il est possible en Russie de suivre une formation professionnelle et technologique dès le lycée dans un PTOu. La meilleure université du pays était (et reste encore) le MGOU (Université d’Etat de Moscou). Le MGIMO (Institut d’Etat des Relations Internationales de Moscou) est également très prisé, de même que le MIFI (Institut d’Ingénierie Physique de Moscou). Et après l’université, l’étudiant soviétique se voyait proposer un poste dans l’un des nombreux NII (Institut de recherche) ou KB (Bureau d’études).

Les lieux de loisirs populaires à l’époque sont désignés par l’abréviation DK (Maison de la Culture), qui possédait chacun son VIA (Orchestre de musique). L’un d’entre eux est d’ailleurs devenu un groupe phare de la fin des années 1980, pendant la Perestroïka : le groupe DDT tire son nom à la fois du célèbre insecticide, mais aussi du lieu où il s’est formé, le « Dom detskogo tvortchesto », qui signifie la « Maison de création pour enfants ».

Les deux principales villes de Russie, Moscou et Léningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg) ont toujours usé de leurs propres abréviations. Ainsi, les deux plus grands centres commerciaux de Russie se trouvent à Moscou : le Goum (« Glavny Ouniversalny Magazine », qui signifie « Magasin principal universel ») et le Tsoum (« Tsentralny Ouniversalny Magazine », qui signifie « Magasin central universel »). A Léningrad, son équivalent s’appelle DLT (« Dom Leningradskoï Torgovli », qui signifie « Maison commerciale de Léningrad »).

L’un des théâtres les plus importants de Moscou est le MKHAT (« Théâtre d’Art Académique de Moscou »). A Saint-Pétersbourg, il est remplacé par le BDT (« Grand Théâtre dramatique »). Curieusement, le très célèbre Théâtre du Bolchoï n’a jamais basculé vers BT, abréviation qui pendant longtemps étaient utilisée pour désigner une marque de cigarettes bulgare très populaire en Russie. Aujourd’hui, les lettres BT sont associées à l’acronyme international LGBT.

Sous l’Union soviétique, en cas de panne d’ascenseur ou autre problème d’habitation, les résidents des immeubles avaient généralement affaire au JEK (« Bureau d’exploitation des immeubles d’habitation »). Aujourd’hui, il a été remplacé par l’acronyme OuK (« Oupravliaïoushye Kompanii », ou la « Société de Gestion »), mais cette même abréviation peut aussi désigner le Code criminel (« Ougolovny Kodeks »). Sur les routes russes, les conducteurs sont souvent amenés à rencontrer des inspecteurs de la GIBDD (« Inspection d’Etat de la Sécurité et de la Circulation routière »), auparavant appelé le GAI (« Inspection automobile d’Etat »).

De nombreuses chaînes de télévision russes portent pour noms des abréviations à trois lettres : RTR (« Radio et Télévision de Russie »), STS (« Réseau des Stations de Télévision »), TNT (« Ta Nouvelle Télévision »). Mais pour ce qui est de la très populaire chaine NTV, son acronyme n’aurait, selon ses fondateurs, pas de signification particulière, même si il y a eu plusieurs tentatives d’interprétation comme « Notre » ou « Nezavissimoïe » (« Indépendant ») pour la lettre « N ».

Dans la Russie d’aujourd’hui, certaines abréviations qui ont fait la marque de l’Union soviétique sont toujours d’actualité. Ainsi, la célèbre agence de presse TASS (« Agence Télégraphique de l’Union soviétique ») s’accompagne aujourd’hui de son abréviation d’avant la révolution et s’intitule ITAR-TASS (« ITAR » signifie ici « Agence Télégraphique d’Information de Russie »). Le célèbre journal « Moskovski Komsomolets » est aujourd’hui devenu pour tous « MK », et le théâtre Komsomol de Lénine à Moscou est aujourd’hui baptisé le Théâtre Lenk.

Il y a un demi-siècle, le MKAD, la voie périphérique de Moscou est construite tout autour de la capitale. Le territoire à l’intérieur du MKAD se divise en neuf districts : le TsAO (« Tsentralny administrativny okroug » ou « district administratif central ») comprend, en plus des quatre points cardinaux, des points inter cardinaux (SAO : « district administratif Nord», SZAO : « district administratif Nord-Ouest », ZAO : « district administratif Ouest », etc.). Mais l’acronyme ZAO a un double emploi et désigne aussi une Société anonyme à capital fermé. Les autres types d’entreprises sont bien sûr les OAO (en français, Société anonyme à capital ouvert) et les OOO (en français, Société à responsabilité limitée).

Une activité économique ne doit pas obligatoirement s’organiser autour d’une « entreprise ». Pour travailler en indépendant, il suffit de s’enregistrer en tant que IP (Auto-entrepreneur) ou comme PBIOUL (Entreprise individuelle sans personnalité juridique).

Mais il est possible de réussir selon des schémas tout à fait différents : par exemple en passant une thèse, que les Russes défendent devant la VAK, la Haute Commission d’Attestation. Et en cas de carrière réussie, tout un chacun peut espérer accéder au statut de VIP. Cet acronyme, qui vient de l’anglais et signifie « Personne très importante » est également largement utilisé en Russie.

Autre anglicisme très populaire dans la Russie actuelle, l’acronyme PR qui, en cyrillique, s’écrit comme il se prononce, PIAR. En russe, le terme PIAR englobe un champs d’activité plus large que son original anglophone. Il désigne toute forme (le plus souvent agressive) d’activité à caractère publicitaire ou auto-publicitaire, et sa connotation est plutôt négative. Pour finir, un autre exemple d’abréviation anglaise, AIDS, dont la traduction en russe est SPID pour « Syndrome d’immunodéficience acquise ».

 

Et vous avez-vous des difficultés avec les abréviations russes ? Donnez-nous votre avis en tweetant @larussie #LangueRusse


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.