Les pommes, source d'inspiration d'Alexandre Pouchkine

Une des recettes favorites du poète.

Une des recettes favorites du poète.

Vostock-Photo
Simple et délicieuse : la recette préférée du plus grand des poètes russes.

Crédit : Vostock-PhotoCrédit : Vostock-Photo

Contrairement à la plupart de ses pairs aristocrates du XIXe siècle, le poète Alexandre Pouchkine n’était pas difficile en ce qui concernait son régime. Il préférait les plats simples de la cuisine traditionnelle russe et adorait les repas que lui préparait sa nourrice, Arina Rodionova, une figure importante de sa vie et de son travail. Dans l’un de ses poèmes, Pouchkine parla d’Arina comme suit : « Chère amie nourricière de mon enfance / Compagne de mon austère destinée ! ». Arina Rodionova, qui était un serf de la famille Pouchkine, cultiva dans l’âme du poète un amour pour la culture et le folklore populaires.

Pouchkine appréciait bien plus les plats simples préparés par Arina que n’importe quel mets étranger prétentieux. Piotr Viazemski, un ami proche du poète, déclara un jour : « Pouchkine n’était vraiment pas un gourmet. Je crois qu’il n’accordait même pas d’importance à l’art culinaire et ne savait pas percer ses secrets ; mais c’était un gros mangeur de certains plats ».

Cependant, un régime à base de nourriture traditionnelle russe n’était pas la meilleure des solutions pour conserver une silhouette séduisante, et Pouchkine, comme son homologue anglais Lord Byron, jeûnait pendant la majeure partie de la journée et faisait la part belle aux fruits et légumes marinés dans son repas du soir. Lorsqu’il était invité au domaine de Trigorskoye, Pouchkine demandait à ses hôtes des pommes marinées même après minuit. Viazemskiavait même commenté au sujet de cette étrange habitude : « Les pommes marinées le mettaient vraiment en extase ».

Faire mariner les pommes permet au fruit de conserver toutes ses propriétés nutritionnelles, tout en gagnant une saveur âcre et une odeur piquante. Grâce à la grande quantité de vitamine C qu’elles contiennent, les pommes marinées sont une défense naturelle contre les infections. Elles sont aussi pleines de calcium, excellent pour fortifier les os, les ongles et les dents.

Les pommes que vous ferez mariner doivent être plutôt dures et avec le moins de défauts possibles. N’importe quelle variété tardive ou hivernale peut être utilisée, mais la grande favorite russe est l’Antonovka. Les pommes marinées doivent être préparées dans un grand pot de verre ou de céramique.

Ingrédients:

20 kg de pommesentières
Une poignée de feuilles de cerisier
Une poignée de feuilles de cassis
Une pincée de feuilles de menthe
10 l d’eau
150 g desel
250–300 g de miel (ne pas utiliser de sucre ordinaire)
100 g malt (peut être remplacé par 150g de farine de seigle)

Préparation :

1. Commencez par disposer les ingrédients :

Lavez les feuilles de cassis et placez-en une fine couche au fond du pot. N’en utilisez pas trop, ou les pommes risqueraient de devenir trop amères.

Placez deux couches bien serrées de pommes nettoyées au-dessus des feuilles de cassis.
Lavez les feuilles de cerisier, placez-en une fine couche au-dessus des pommes.

Répétez : placez deux couches de pommes lavées au-dessus des feuilles de cerisier.

Lavez les feuilles de menthe, placez-les au-dessus des pommes.

Placez les deux dernières couches de pommes par-dessus la menthe.

Pour la dernière couche, mélangez toutes les feuilles restantes et disposez-les au-dessus des pommes.

2. Préparez la presse : couvrez vos futures pommes marinées avec un tissu propre, puis placez un objet plat sur le tissu (n’importe quel couvercle ou planche à découper, mais son diamètre doit être inférieur à celui du récipient, laissant un espace à son sommet). Traditionnellement, on utilisait des planches de bois spéciales. Placez dessus un objet lourd.

3. Préparez la saumure : faites bouillir l’eau, laissez-la reposer (elle doit être tiède), ajoutez le sel, le miel et le malt. Agitez.

4. Laissez le mélange refroidir, puis agitez à nouveau.

5. Versez-le dans le récipient sans retirer la presse. Réservez le récipient dans un endroit frais (15–18°C).

Ne vous inquiétez pas si le niveau de liquide diminue : c’est tout à fait normal.

Le plus important est de ne pas retirer la presse avant la fin de la préparation, sinon les pommes pourriront très rapidement.

La première phase, la fermentation, dure de 6 à 7 jours.

6. Après la fermentation, déplacez le récipient dans un endroit froid pour le processus de conservation (une cave ou un réfrigérateur à 4–7°C). Il faut en général  4 à 6 semaines pour les pommes marinées soient prêtes, mais vous pourrez ensuite découvrir ce goût qu’Alexandre Pouchkine aimait tant.

A ne pas manquer : notre rubrique Gastronomie : 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.