Une bibliothèque de luxe ouvre à Saint-Pétersbourg

Photo de presse
Les éditions Alfaret de Saint-Pétersbourg ont ouvert en décembre dernier la bibliothèque la plus chère de Russie : la Chapelle du livre.

Pour ceux qui rêvent d’une bibliothèque comme celle d’Oxford ou celle des romans d’Umberto Eco, la visite est à recommander : la chapelle prend des airs gothiques et vous plonge dans le Moyen Âge. Selon la coordinatrice du projet, Irina Khotechova, la collection compte plus de 5 000 livres rares des XVIe-XIXe siècles, tous parus aux éditions Alfaret.

Crédit : Photo de presseCrédit : Photo de presse

Le prix moyen d’un livre oscille entre 450 et 800 euros, mais certains coûtent bien plus cher, car tout dépend du degré de rareté, du format, des matériaux utilisés et du nombre d’illustrations.

La bibliothèque est divisée en salles thématiques, comme le Livre des guerres ou le Livre des voyages. Le slogan de l’établissement est une citation de Jorge Luis Borges : « J'ai toujours imaginé le paradis comme une sorte de bibliothèque ».

L’entrée de toutes les bibliothèques publiques de Russie est gratuite. Mais pour avoir accès au monde magique des livres de la Chapelle, il faudra débourser 108 euros. Il est possible également d’acheter une carte cadeau de deux heures pour 60 euros.

Crédit : Photo de presseCrédit : Photo de presse

« Les fins connaisseurs de livres » peuvent acheter à la Chapelle différents services, notamment des abonnements allant de l’Apôtre du livre (3 500 euros par an) à l’Apôtre du livre du prêcheur.

Ce dernier, dont le prix varie en fonction des heures passées à la bibliothèque, peut coûter jusqu’à 77 000 euros. En outre, l’établissement propose des services comme des sessions photo, des prises de vues dans les intérieurs et des visites guidées dans la bibliothèque.

Alfaret se concentre sur les fac-similés de chefs-d’œuvre russes et étrangers et reconnaît que la Chapelle est destinée avant tout aux clients de la maison, aux collectionneurs et aux historiens professionnels.

Crédit : Photo de presseCrédit : Photo de presse

« Nous voyons en qualité d’éventuels clients des hommes d’affaires qui, au lieu de passer leur soirée au restaurant, préféreront venir dans nos salles confortables et silencieuses pour se reposer avec un bon livre à la main ou qui organiseront chez nous des négociations et des rencontres importantes avec leurs partenaires dans un climat agréable », a indiqué à RBTH Irina Khotechova.

La Chapelle espère accueillir également des personnalités d’État et de la culture, ainsi que tous ceux qui admirent encore le livre imprimé sur papier.

Lire aussi : 

Que buvaient les écrivains russes il y a cent ans?

Dix conseils d’écrivains russes pleins de sagesse

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.