Dix conseils d’écrivains russes pleins de sagesse

Vostock-Photo
Dans toute situation incompréhensible, lisez de la littérature russe. Vous y trouverez les réponses à toutes les questions qui vous tourmentent, et des conseils pour tous les cas de la vie.

1) Si ta femme t’a trahi, tant mieux, car elle aurait pu trahir la patrie. Cette phrase appartient à un classique : Anton Tchékhov, écrivain russe, principalement nouvelliste et dramaturge, qui a réussi dans son œuvre à étudier les tréfonds de la nature humaine grâce au rire à travers les larmes.


2) Aller à Paris avec sa femme équivaut à aller à Toula avec son samovar (Anton Tchékhov). Toula est connue dans toute la Russie pour sa production de samovars, un ustensile servant à faire le thé.

Crédit : TASSCrédit : TASS

3) Si ta femme t’a trahi, tant mieux, car elle aurait pu trahir la patrie. Cette phrase appartient à un classique : Anton Tchékhov, écrivain russe, principalement nouvelliste et dramaturge, qui a réussi dans son œuvre à étudier les tréfonds de la nature humaine grâce au rire à travers les larmes.

Crédit : TassCrédit : Image libre de droit

4) - Allez à Contrexeville. Vous soignerez vos reins.
-Mais ils sont en bonne santé.
-Quelle importance ! Si vous êtes tellement scrupuleuse, allez traîner dans les restaurants, buvez du champagne et, j’en mettrais ma tête à couper, dans quinze jours il ne restera rien de vos reins.
Dialogue tiré de La Saison morte de Nadejda Lokhvitskaïa dite Teffi, écrivain humoriste russe, l’une des premières femmes à travailler dans ce genre. Un recueil de ses nouvelles et ses mémoires ont été traduits en anglais.

Crédit : AFP/East NewsCrédit : AFP/East News


5) Il aimait et il souffrait. Il aimait l’argent et souffrait de son manque. C’est ce que dit en parlant de soi-même Ostap Bender, personnage des romans Les Douze chaises et Le Veau d’or d’Ilia ilf et Evgueni Petrov, deux classiques soviétiques du genre comique originaires d’Odessa, ville célèbre par ses humoristes dès l’époque de l’Empire russe.

Crédit : TASSTASS


6) La vie est trop courte pour s’y installer si solidement et si sérieusement.

L’humoriste et dramaturge Mikhaïl Zochtchenko était extrêmement populaire dans les années 1920-1930 avec ses nouvelles, ses contes pour enfants et ses scénarios de films, mais il est tombé en disgrâce après la parution de sa nouvelle Les Aventures d'un petit singe.

« Mikhaïl Zochtchenko représente la société soviétique et les Soviétiques sous une forme caricaturale monstrueuse », disait la résolution du Comité central du parti. Jadis célèbre, l’écrivain mourut dans la misère.

Crédit : Image libre de droitImage libre de droit


7) J’ai tant de fois lu que l’alcool est mauvais pour la santé ! Et j’ai décidé d’arrêter… de lire.

Les déclarations de l’écrivain soviétique puis américain Sergueï Dovlatov sont dignes d’un article à part. dans ses œuvres autobiographiques, il ridiculise le métier de journaliste (Le Compromis), le mode de vie soviétique (La Valise) et la province (Le Domaine Pouchkine).

Crédit : Photo d'archivesPhoto d'archives


8) L’exercice physique prolonge la vie de cinq ans, mais ces cinq ans il faut les passer dans une salle de sport.

Un autre ressortissant d’Odessa, le classique du récit satirique Mikhaïl Jvanetski, est notamment connu comme auteur d’ouvrages de satire politique, de monologues et de sketches, ainsi que comme présentateur de l’émission TV Permanencier du pays.

Crédit : Photo de pressePhoto de presse


9) Si l’on sait ce qu’on veut, c’est qu’on en sait trop ou qu’on en veut trop peu (Mikhaïl Jvanetski).

10) L’alcool à petites doses est inoffensif dans n’importe quelles quantités (Mikhaïl Jvanetski).

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.