Le musée Pouchkine de Moscou veut inviter les graffeurs qui l’ont tagué

Service de presse
Après avoir découvert un graffiti sur la clôture du bâtiment central du musée Pouchkine des Beaux-arts de Moscou, ses collaborateurs, sur sa page Facebook, ont invité les fautifs à visiter gratuitement l’exposition consacrée à Léon Bakst.

En arrivant au travail, les collaborateurs du musée d’Etat des Beaux-arts Pouchkine ont découvert de nouvelles œuvres. Sur la clôture du bâtiment principal, ils ont pu contempler des graffitis : « Tout est dans la tête, Anastasia » et « Joyeux anniversaire, Nastia. Nous te … »

Les jeunes gens qui ont ainsi adressé leurs félicitations à leur amie ont signé leurs vœux de leurs noms : Liocha, Ioura, Lioubava et ladite Nastia. Un tel souci du détail a donné au musée des indices pour retrouver ces jeunes gens mais son objectif n’est pas d’obtenir réparation pour les biens qu’ils ont dégradé.

« Nous cherchons Nastia, Liocha, Lioubava et Ioura, qui ont décoré la clôture du Bâtiment principal. En tant que musée des Beaux-arts, nous ne pouvons ignorer cet acte d’auto-expression et invitons ces jeunes gens à visiter gratuitement l’exposition consacrée à Bakst et à s’initier à la culture. S’il vous plaît, contactez-nous par message privé », écrit le musée sur sa page Facebook officielle.

Hélas, les jeunes ne se pressent pas de répondre à cette invitation, de peur de tomber dans un piège ingénieux que pourrait leur avoir tendu le personnel du musée. « Malheureusement, ils ne répondent pas. Ils ne sont peut-être pas abonnés à nos réseaux sociaux », indique Anna Trapkova, directrice adjointe chargée du développement du musée.

Les collaborateurs du musée garantissent pourtant que les jeunes ne s’exposent à aucune poursuite pour leur « bêtise ». « Nous sommes toujours assez honnêtes avec nos abonnés, il n’y a donc aucun piège », affirme Anna Trapkova.

Le musée a donc décidé d’inviter ces graffeurs à l’exposition dédiée Léon Bakst, peintre et décorateur de théâtre russe qui apporta une touche d’exotisme et d’orientalisme dans l’art européen du XXe siècle.

« Nous avons pensé que stylistiquement, ils s’étaient, dans une certaine mesure, inspirés de Bakst. C’est bien pour cela que nous voulons inviter ces jeunes à découvrir le vrai art », indique Anna Trapkova.

Les collaborateurs du musée ne pensent pas qu’en invitant les jeunes à l’exposition, ils encouragent les graffeurs à se lancer dans la réalisation de nouvelles œuvres sauvages. « Nous souhaitons simplement fournir à ces artistes amateurs un regard critique sur leur propre travail et sur l’espace urbain », assure Anna Trapkova. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.