En images: les contes et légendes bouriates à travers les œuvres de Zorikto Dorjiev

Galerie Khankhalaïev
Contes orientaux et légendes nationales de Bouriatie prennent vie sur les toiles et sculptures de cet artiste.

Suivez Russia Beyond sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les traditions folkloriques hautes en couleurs des nomades bouriates et leur folklore mystique, mêlés de notes bouddhiques, ont fourni une puissante impulsion créative à plus d'une génération d'artistes. Parmi eux, Dachi Namdakov, originaire d’un village bouriate du territoire de Transbaïkalie, dont nous avons déjà parlé ici, ainsi que Zorikto Dorjiev, dont les œuvres sont exposées des deux côtés de l'océan.

Académisme et vol de la créativité

Orage

Dorjiev est né en 1976 dans la capitale de la Bouriatie, Oulan-Oude. Dans cette ville, même la cathédrale orthodoxe ressemble à un stupa bouddhiste, et à 36 km de là se trouve le Datsan Ivolguinski, le principal centre bouddhiste de Russie. À proximité se situe le lac Baïkal, et de l’autre côté - la Mongolie. Ce sont des terres de chamans et de croyances folkloriques orientales, où la steppe et le souvenir des ancêtres nomades sont omniprésents.

Redémarrage des rêves

Dans sa ville natale, et plus tard à Krasnoïarsk, Zorikto a reçu une formation artistique académique. Ainsi, les idées classiques sur la composition, la forme et la couleur ont été mélangées au penchant ethnique dans son travail. Ses œuvres rendent hommage à l'héritage des nomades bouriates et aux légendes locales.

>>> En images: ces incroyables poupées bouriates s’inspirant des croyances de la steppe

Noïon et Khatan, 2004

En 2004, Zorikto participe à une exposition au Musée d'histoire de la Bouriatie, où son travail est remarqué par le déjà célèbre Dachi Namdakov et son impresario Konstantin Khankhalaïev. Dans la galerie de ce dernier, l'artiste est exposé jusqu’à présent.

Steppes et nomades

Le protagoniste des œuvres de Zorikto est un nomade contemplatif des steppes. « C'est un artiste, un poète, un philosophe. En règle générale, il est seul », explique l'auteur.

Zorikto travaille dans une grande variété de genres et de techniques, de la peinture à l'art numérique et au NFT, en faisant des costumes pour des films. Par exemple, le film Mongol de Sergueï Bodrov (2007), pour lequel Zorikto a travaillé sur les costumes, a été nominé pour l'Oscar du meilleur film étranger et a reçu le prix du film national russe Nika pour les costumes.

Esquisses pour les costumes du film Mongol

Les autres participations cinématographiques de Zorikto incluent La Maison du soleil de Garik Soukatchev (2010), un conte de fées sur les hippies soviétiques, et le film Les Femmes célestes de la prairie mari d'Alexeï Fedortchenko (2012). Pour ce dernier film, Zorikto a reçu un prix de la Guilde des critiques de cinéma de Russie pour son travail artistique.

Les Femmes célestes de la prairie mari d'Alexeï Fedortchenko, croquis et cadre

Expositions dans le monde entier

Dans les œuvres de Zorikto, les critiques ont noté à plusieurs reprises l'influence d'Andy Warhol et du pop art, ainsi que le cosmopolitisme européen. L'artiste a exprimé son respect pour les anciens maîtres européens dans des remakes originaux et audacieux d'œuvres de Léonard de Vinci, Jan Vermeer, Jan van Eyck et d'autres artistes.

a Dame à l'hermine (remake de Da Vinci), Mona Lisa
Jan van Eyck II était là (à gauche), Jeune fille avec boucle d'oreille en corail

En 2013, la série Nirvana de la Steppe de Zorikto a été présentée à la maison du Tibet à New York, dirigée par le père d'Uma Thurman. Et lors d'une vente aux enchères conjointe avec Christie's, l'actrice elle-même a présenté l'une des œuvres de l'artiste.

Conte de la forêt d’abricotiers, 2015

En 2015, son exposition personnelle a eu lieu à la Galerie Tretiakov de Moscou. Dans Réalité imaginaire, il a présenté des images déjà familières de nomades, de princesses orientales et de créatures de contes de fées.

>>> Un moine bouddhiste mort il y a un siècle en Sibérie paraît on ne peut plus vivant

Artiste et Danguina

En 2019, l'exposition de Zorikto Nouvelle Steppe a été présentée à Venise lors de la Biennale. Ses œuvres de « pop art des steppes », comme les qualifiaient les critiques, ornaient l'église anglicane de Saint-Georges et des sculptures de « nomades » sont apparues dans les rues de la ville.

Maîtresse 2.1
Route de la soie

Dans son Oulan-Oude natal, Zorikto est une star absolue, et pas seulement de la scène artistique. En 2019, il est invité à réaliser une peinture sur un mur de la ville. Le « cadeau de rue » à la ville était dédié au poème Prière du matin du poète local Namjil Nimbouïev.

Prière du matin

La pandémie et l'auto-isolement ont abouti à l'exposition Homme en fragmenten 2020, dans le cadre de laquelle Zorikto a réfléchi aux limites des mondes extérieur et intérieur et à comment le chaos des fragments remplace la vie réelle.

Homme en fragments

En 2022, Zorikto a inauguré une nouvelle exposition intitulée Course contre le temps.

Cavalier fantôme

Dans cette autre publication, découvrez dix magnifiques peintures sur des motifs folkloriques de Viktor Vasnetsov.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d'interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies