En images: vingt-cinq chefs-d’œuvre de l’Ermitage qu’il faut absolument connaître

Legion Media; Ermitage
Voir toutes les pièces exposées au plus célèbre des musées de Russie pourrait vous prendre près d’une décennie. C’est pourquoi nous avons fait une sélection de 25 œuvres incontournables!

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La collection d’art impériale fut fondée par décret suprême de Catherine II en 1764. Ses pièces personnelles furent alors installées dans l’aile de l’« Ermitage » du Palais d’Hiver. Les empereurs russes, à la suite de Catherine, poursuivirent leurs acquisitions de collections entières de peintures, sculptures, objets d’art en provenance d’Europe occidentale et de monuments archéologiques de cultures anciennes d’Orient, d’Égypte, de Grèce et de Rome.

L’Ermitage est aujourd’hui l’un des plus grands musées d’art au monde. Sa collection de près de 3 millions de pièces est répartie dans plusieurs bâtiments. Voici une partie infime des chefs-d’œuvre qui ont rendu l’Ermitage célèbre, et que vous pourrez observer en une seule visite. 

La Camée des Gonzague (portraits de Ptolémée II et Arsinoé II), Égypte, Alexandrie, IIIe siècle av. J.-C.

Ce double portrait unique fut offert en 1814 à l’empereur Alexandre Ier par Joséphine, la femme de Napoléon Bonaparte elle-même. C’était un acte de gratitude, en remerciement pour le tsar russe qui a visité son palais près de Paris et lui promit qu’elle serait en sécurité alors que les armées alliées entraient dans la ville. Elle est exposée dans la galerie des camées au rez-de-chaussée du bâtiment du Nouvel Ermitage.

Aphrodite (Vénus de Tauride) Grèce Antique, IIe siècle av. J.-C.

La statue de marbre, haute de 167 cm, a été offerte à Pierre Ier par le Vatican (une autre version possible serait qu’elle fût échangée contre les reliques de Sainte Brigitte de Suède). Au début, « l’idole païenne » était exposée aux yeux de tous dans le Jardin d’Été, puis elle fut déplacée dans le Palais de Tauride du prince Potemkine. La statue parvint à l’Ermitage en 1852 en l’honneur de l’ouverture du Nouvel Ermitage, où elle se trouve encore aujourd’hui dans la salle 109. 

Statue de Jupiter. Rome Antique, fin du Ier siècle

La sculpture colossale du dieu antique a été rachetée pour l’Ermitage par Alexandre II en 1861 au marquis de Campana, alors ruiné. Cette statue, qui est parmi les plus grandes du musée, est exposée dans la salle 107 du Nouvel Ermitage.

Léonard de Vinci. La Madone Litta, années 1490

Cette œuvre, parmi les premières de la Haute Renaissance, a été réalisée pour les souverains de Milan. En 1864, l’Ermitage acheta ce tableau au duc de Litta, représentant d’une famille aristocratique milanaise qui avait dans sa collection ce tableau depuis plusieurs siècles. Il est désormais exposé dans la salle 214 du Grand Ermitage.

Giovanni Battista Cima da Conegliano. L’annonciation, 1495

Cette œuvre, réalisée au début sur bois, fut transposée sur toile au milieu du XIXe siècle par le restaurateur du prince russe Sergueï Golitsyne (1843-1915) en rejoignant sa collection. En 1886, il mit la toile aux enchères, où elle fut achetée pour le musée. Elle se trouve dans la salle 217 du Grand Ermitage.

>>> En images: 100 artistes russes à connaître absolument

Rogier Van der Weyden. Saint-Luc dessinant la Vierge, XVe siècle

Cette toile se retrouva à l’Ermitage d’une façon pour le moins inhabituelle. Elle fut séparée en deux parties : la première, représentant Saint-Luc, fut acquise en 1850 de la collection du roi des Pays-Bas Guillaume II, marié à la fille de l’empereur russe Paul Ier. La seconde, représentant la Vierge et le bébé, fut achetée en 1884 à un antiquaire parisien du nom d’Antoine Baer.

Raphaël. La Madone Conestabile, 1504

Cette œuvre de jeunesse du grand Raphaël se trouvait dans la collection du comte Conestabile della Staffa à Pérouse, en Italie. En 1871, le tableau fut acheté par Alexandre II et offert à sa femme, Maria Alexandrovna. La Madone est entrée à l’Ermitage en 1881 selon le testament de l’impératrice. Pour la voir, rendez-vous en salle 229 du Nouvel Ermitage.

Giorgione. Judith, 1504

Ce tableau est le seul en Russie dont il est certain qu’il fut réalisé par Giorgione. Le chef-d’œuvre de l’école vénitienne était l’une des perles de la collection parisienne du baron Pierre Crozat, achetée en 1772 par Catherine II. Cette toile haute de 144 cm est exposée dans la salle 217 du Grand Ermitage. 

Lucas Cranach l’Ancien. Vénus et Cupidon, 1509

Le peintre allemand est le premier dans le nord de l’Europe à avoir représenté la déesse de l’amour dénudée. Catherine II a acheté ce tableau avec la collection de Dresde entière du comte allemand Heinrich von Brühl. Le tableau servit de base à la collection du musée en 1769. Il est conservé dans la salle 255 du Petit Ermitage. 

Michel-Ange. Le Garçon accroupi, 1530-34

Peu de musées au monde peuvent se vanter d’avoir une sculpture de l’illustre génie de l’époque de la Renaissance, qui plus est que celle-ci est la seule sculpture de Michel-Ange dans toute la Russie. « Le garçon accroupi » a été acheté par Catherine II en 1785. Il fut pendant un certain temps à l’Académie des Beaux-Arts et servit de modèle pour les peintres et les sculpteurs, avant d’être exposé au musée en 1851, à l’ouverture du Nouvel Ermitage, où il se trouve aujourd’hui dans la salle 230.

Titien. Marie-Madeline repentante, années 1560

La légende dit que Titien tenait ce tableau dans ses bras au moment de sa mort. Son maître vénitien vendit l’œuvre à Cristoforo Barbarigo, dont la collection fut achetée par Nicolas Ier pour l’Ermitage en 1850. Le tableau est exposé dans la salle 221 du Grand Ermitage. 

>>> Cinq mécènes russes qui ont marqué la culture mondiale

Caravage. Le Joueur de luth, 1595-96

Il existe trois versions de ce tableau. Deux d’entre elles sont conservées respectivement au Metropolitan Museum of Art de New York et au Badminton House Museum anglais. La troisième était en possession du collectionneur Vincenzo Giustiniani à Rome, et fut acquise en 1808 par Alexandre Ier. « Le Joueur de luth » se trouve dans la salle 232 du Nouvel Ermitage.

Diégo Vélasquez. Trois hommes à table, le déjeuner, 1617

Ce tableau était parmi les premiers de l’histoire du musée, car il faisait partie de la collection personnelle de Catherine II. La paternité de l’œuvre fait cependant encore l’objet de débats. Le chef-d’œuvre du maître espagnol est exposé dans la salle 239 du Nouvel Ermitage. 

Pierre Paul Rubens. Persée délivrant Andromède, 1622

Le tableau du peintre flamand fut racheté par Catherine II avec la collection du comte Heinrich von Brühl, et faisait également partie des premières œuvres du musée. Le chef-d’œuvre représentant le mythe antique est exposé dans la salle 247 du Nouvel Ermitage. 

Nicolas Poussin. Tancrède et Herminie, 1631

Cet ouvrage du maître français dans le style classique fut inspiré par le sujet du poème « La Jérusalem délivrée » du Tasse. En 1766, le tableau fut acheté de la collection du peintre Jacques Aved. Elle est exposée dans la salle 279 du Palais d’Hiver. 

Rembrandt. Le Retour du fils prodigue, 1668

Le tableau du maître hollandais fut acheté par Catherine II au duc de Caderousse André-Joseph d'Oraison d'Ancézune. Le grand-père de sa femme était diplomate à la cour de Louis XIV et avait probablement acquis la toile en Hollande. Le tableau est conservé dans la salle 254 du Nouvel Ermitage. 

Jean Siméon Chardin. La Blanchisseuse, années 1730

Ce chef-d’œuvre du peintre français et « poète du quotidien » faisait partie de la collection du baron Pierre Crozat, achetée en 1772 par Catherine II. Le tableau est exposé dans la salle 284 du Palais d’Hiver.

L’horloge de paon. Londres, années 1770

La luxueuse horloge à mécanisme a été commandée au bijoutier anglais James Cox pour Catherine II par son favori, le prince Potemkine. En 1781, elle fut livrée en Russie en pièces détachées, et le célèbre mécanicien Ivan Koulibine la monta et la mit en marche. L’horloge est désormais exposée dans la salle 204 du Petit Ermitage.

>>> Dix chefs-d'œuvre internationaux que vous ne pouvez admirer qu'en Russie

Antonio Canova. Psyché ranimée par le baiser de l’Amour, 1794-99

La sculpture en marbre a été réalisée deux fois par le maître vénitien. La première est conservée au Louvre, et la seconde fut commandée par le prince russe Ioussoupov, où elle orna longtemps sa propriété familiale, Arkhanguelskoïé, non loin de Moscou. En 1926, après la révolution, la statue fut donnée au musée, et exposée au Nouvel Ermitage, dans la salle 241. C’est dans cette même salle, d’ailleurs, qu’une autre version « debout » de la statue du même maître se trouve : elle fut achetée par Alexandre Ier à Joséphine.

Claude Monet. Dame en blanc au jardin, 1867

La peinture du grand impressionniste a été achetée en 1899 par le collectionneur russe Piotr Chtchoukine. Après la révolution, sa vaste collection fut nationalisée. Elle arriva au musée en 1948, où elle est exposée dans le Palais de l’État-Major, dans la salle 403.

Camille Pissarro. Boulevard Montmartre, Effet de nuit, 1897

Le tableau de l’impressionniste français appartenait à Mikhaïl Riabouchinski, un marchand et collectionneur russe. Après la révolution, il fit don d’une partie de sa collection, y compris ce tableau, à la galerie Tretiakov. Elle entra plus tard au Musée national d’Art Moderne Occidental, et après sa dissolution en 1948, elle trouva sa place à l’Ermitage, dans la salle 406 du Palais de l’État-Major. 

Pablo Picasso. L’entrevue (Les deux sœurs), 1902

Le collectionneur russe Sergueï Chtchoukine (frère de Piotr) acheta beaucoup de tableaux du peintre espagnol, y compris ce chef-d’œuvre de sa période bleue. Sa collection fut au musée d’art occidental, puis en 1948 à l’Ermitage, où elle se trouve désormais dans la salle 432 du Palais de l’État-Major.

L’œuf Rothschild Fabergé, 1902

L’élégant œuf de Pâques de Fabergé à horloge appartenait au baron Édouard Rothschild. Pendant longtemps, ce chef-d’œuvre a été la propriété de cette célèbre famille et n’était exposé nulle part. En 2007, il fut acheté par le collectionneur russe Alexandre Ivanov aux enchères de Christie’s, et en 2014 l’œuf a été offert à l’Ermitage. Il est exposé dans la salle 302 du Palais de l’État-Major. 

Henri Matisse. La Danse, 1910

Le collectionneur russe Sergueï Chtchoukine a commandé pour sa propriété ce tableau au peintre en personne. La première version est conservée au Museum of Modern Art de New York, tandis que la version de la villa a été nationalisée avec la collection de Chtchoukine pour parvenir à l’Ermitage en 1948. Elle est conservée dans la salle 440 du Palais de l’État-Major, qui est entièrement consacrée à Henri Matisse.

Vassily Kandinsky. Composition VI, 1913

Ce tableau fut peint par le plus grand abstractionniste russe en Allemagne, où il vécut plus de 10 ans. La toile est enrichie de nombreux commentaires expliquant la signification de ses couleurs et moyens d’expression. Le tableau est entré à l’Ermitage en 1948 depuis le Musée national d’Art Moderne Occidental, fondé après la révolution, mais désormais fermé. Elle est conservée au Palais de l’État-Major, dans la salle 443.

Dans cet autre article, nous vous relations comment des chats sibériens ont sauvé l'Ermitage de Saint-Pétersbourg.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies