Ces peintures russes et soviétiques vraiment étranges vous donneront la chair de poule

Alexey Kozin, Oleg Maslov
Six visages qui baillent, une babouchka-crocodile et un clou dans le crâne ? Il n’existe pas de sujet auquel les artistes underground russes ne sauraient donner vie sur la toile.

VK, le réseau social russe le plus populaire, regorge de pages intéressantes avec des contenus allant de l'érotisme à des articles scientifiques de haut niveau. Une de ces pages, Psychédélique à la soviétique, contient des peintures d'avant-garde et underground d'artistes soviétiques et post-soviétiques. Presque toutes semblent absolument folles au spectateur non préparé.

Vous n'avez pas besoin de connaître le russe pour profiter de cet art extrême : suivez le lien ci-dessus et faites défiler. Pour ceux qui veulent comprendre en quoi cela consiste, nous avons sélectionné nos peintures préférées et ajouté de courts commentaires.

Le mouvement de la pensée, Alexander Klimov (1999). Klimov se spécialise dans la peinture dite de science-fiction et ses œuvres concernent l'univers, l'espace et l'infini.

Fenomena, Pavel Tchelitchev (1936 - 1938). Peintre émigré proche de Salvador Dali et de Pablo Picasso, et même en concurrence avec eux, Tchelitchev a peint Fenomena dans le cadre de son triptyque Enfer - Purgatoire – Paradis qui symbolise l’Enfer avec toutes ses terreurs.

Le chercheur de coups, Alexeï Kozine et Oleg Maslov (1987). Les peintres de Léningrad Kozine et Maslov ont cofondé la « nouvelle école sauvage ». Une de leurs peintures les plus célèbres représente un homme enfonçant un clou dans sa propre tête.

Je vous salue, mon deuxième moi !, Viktor Pivovarov (1999). Pivovarov était l'un des fondateurs de l'art conceptuel soviétique, où les idées priment sur l'esthétique. Comme vous pouvez le voir.

Dangereux, Erik Boulatov (1972-1973). Peut-être l'artiste russe contemporain le plus célèbre, Boulatov mélange des paysages réalistes avec des messages textuels, ce qui crée des impressions étranges. Dans ce tableau, il a transformé un paysage russe pittoresque en un paysage plus menaçant en y inscrivant le mot « DANGEREUX ».

Votre temps est écoulé, Alexander Djikia (1989). Djikia combine également la peinture avec du texte mais son travail rappelle des rêves surréalistes et absurdes.

À la recherche de l'histoire, Alexander Kossolapov (1982). Les artistes de l'époque soviétique lassés par l'idéologie communiste ont essayé de la déconstruire et de s'en moquer. Dans ce travail, Lénine donne des scripts de sagesse aux dieux égyptiens.

Le dormeur, Vassili Chouljenko (année inconnue). L'un des peintres russes les plus sombres, Chouljenko décrit les villages en voie de disparition et les zones industrielles déprimantes de l'ex-URSS.

Quand l'écran de télévision devient noir, Gueorgui Kitchiguine (1991). Lorsque vous éteignez le téléviseur, il ne vous reste plus qu'un miroir noir dans lequel vous vous voyez. La même idée a inspiré Charlie Brooker pour la série populaire Black Mirror, mais un peintre russe de Sibérie y avait pensé des décennies plus tôt.

Salle 22, Viktor Pivovarov (1992 - 1995). Le texte dit : « La nuit, elle se transformait en bête, rugissant terriblement derrière le mur et grattant avec ses griffes ».

Chance, Damir Mouratov (2005). Mouratov, un peintre de Sibérie, affirme chercher l'inspiration dans les dépotoirs d'Omsk (une ville située à 2 700 km à l'est de Moscou).

Maman, je vais bien !, Vladimir Safonov (1989).

Personne qui bâille, Vadim Rokhline (1969). Avec son art avant-gardiste, Vadim Rokhline (1937 - 1985) s’est opposé au style du réalisme socialiste officiel promu par l’État. Malheureusement, le succès ne lui est venu qu'après son décès.

La file d'attente, Alexeï Soundoukov (1986). Les longues files d’attente pour l’achat de tous types de produits de consommation, toujours rares, étaient l’un des traits distinctifs de la vie soviétique, et Soundoukov a été le premier à les représenter sur une toile.

Sans titre, Ioulia Chtchouster (1968). Rien à dire ici, juste un visage dans le ciel.

Russie, Sergueï Chablavine (1992). Physicien cybernétique, Chablavine aime expérimenter avec les angles, conférant à des paysages symétriques des formes géométriques. Et le chemin de fer est vraiment quelque chose de très russe. Ainsi, cette peinture est une bonne façon de terminer notre liste.

Jetez aussi un œil à ces images chéries qui ont aidé à définir l’identité nationale russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies