Le métro de Moscou vu par l'artiste Nadira Filatova

Cette artiste moscovite a commencé à réaliser des croquis du métro pour ses études en arts visuels. Cette pratique s’est ensuite transformée en passe-temps passionné auquel elle s’adonne quotidiennement.

« Je suis une Moscovite, a déclaré Filatova à Moslenta. Mon enfance était plutôt fugace, mais je suis tombée amoureuse de quelques endroits, comme le Palais des pionniers sur Vorobiovy Gory, où ma mère m'emmenait pour différents cours ».

« J'aime beaucoup les quais, je vis près d’un quai. J'ai beaucoup de souvenirs liés à des endroits autour de Rijskaïa - c’est là que j’ai étudié. Je pense que l'endroit le plus intéressant est le Musée des Technologies ferroviaires ».

« Lorsque j'étudiais à l'école des arts visuels, nous devions faire un certain nombre de croquis par semaine. Et tous les professeurs avaient l'habitude de dire qu'il n'y avait pas de meilleur endroit pour ça que les transports en commun », explique Nadira.

« Je monte dans le métro tous les jours - c’est ma façon préférée de me déplacer… Je ne peux pas dire combien de croquis j'ai fait exactement. Mon objectif n'a jamais été de créer un projet autour de cela ».

« Parfois, des hommes qui ont un peu bu s’énervent quand je fais leur portrait. Ils se mettent généralement en colère quand je refuse ».

« Je me sens vraiment mal à l'aise quand une personne me remarque en train de la dessiner. En général, je passe immédiatement à une autre personne ».

« Je déteste vraiment quand quelqu'un commence à espionner ce que je fais sur ma tablette en se levant ou en s'asseyant ».

« J'avais l'habitude de faire des croquis au crayon, mais ensuite, l'iPad Pro est entré dans ma vie… J'avais tellement peur de me le faire voler ».

« Chaque fois que je dessine une personne très intéressante, elle sort… alors je prends une photo », dit-elle, ajoutant que sinon elle supprime le croquis.

« Je ne télécharge jamais leurs photos où que ce soit. Et personne ne se reconnaîtra jamais à partir d'un croquis ».

Saviez-vous qu'il y a 50 ans, Moscou ressemblait à un village ? Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous diriger vers notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies