Barbie sous les flashs: comment une photographe russe donne vie à des poupées

Lara Vytchoujanina
Vous rappelez-vous des photos de Ken et Barbie en URSS qui ont inondé l'Internet récemment? Ils ne sont qu'une petite partie de la vision unique incarnée par une artiste russe venue d'Ekaterinbourg.

Nous vous avons déjà montré la série de photos saisissantes de Ken et Barbie posant dans un cadre de l'ère soviétique - Eh bien, il existe de nombreuses autres créations de l'artiste Lara Vytchoujanina et de sa marque la photographie Still Life.

Lara Vytchoujanina est née dans la ville d’Asbest de la région de Sverdlovsk en Russie. Enfant, elle rêvait de devenir designer, mais la vie l'amena à étudier le français à l'Université. Après l'obtention d’un diplôme, elle s'est intéressée à la photographie et a continué à étudier pour devenir photographe professionnelle. Aujourd'hui, elle a un emploi commercial dans une grande entreprise de vente en gros.

Lara adore les poupées depuis son enfance. Elle a pour la première fois essayé de prendre des photos de poupées alors qu'elle n'avait que sept ans. Avec un ami, elle a pris des photos en utilisant une caméra vidéo, mais malheureusement, le film original est maintenant perdu. Après cela, la plupart de ses premières séances de photos ont été réalisées à l'aide d'un téléphone portable et depuis 2013 avec un appareil photo professionnel SLR.

Il y a environ 30 poupées différentes dans la collection de Lara. Ses favoris sont Barbie fashionistas Rainbow Summer Doll 2013, Barbie Made to Move Teresa Doll 2016, Midnight Star Elise Jolie 2013, et deux poupées-portraits - Winston Churchill et Peter Bishop.

Chaque séance photo prend beaucoup de temps de préparation, selon la complexité. « Je peux simplement aller dans la forêt et trouver quelque chose sur le chemin, confie Lara à Russia Beyond. Parfois, je dois faire des boîtes en forme de pièces et des dioramas moi-même. Je fais presque toutes les décorations moi-même. J'ai l'habitude d'acheter de la vaisselle et des meubles dans les magasins et de faire les modifications nécessaires: je mets de la peinture de différentes couleurs, j'ajoute de nouveaux morceaux de tissu, ou je rends un objet plus vieux ».

Selon Lara, il est parfois utile de dessiner des croquis - ils aident à envisager la composition et à comprendre ce qui devrait être situé dans une partie particulière du cadre. « Si je prends des photos avec un éclairage artificiel, alors il faut un temps assez long pour le mettre dans la bonne voie », dit-elle.

La prise des photos ne dure habituellement pas longtemps, puis Lara réalise la post-production. L'ensemble du processus de production d'une photo complexe prend généralement environ cinq heures.

« Je travaille selon le format des shootings de catalogue, ce qui ne laisse pas beaucoup de place à la créativité, donc les poupées sont fondamentalement juste un hobby pour l'âme. Bien sûr, je voudrais le transformer en quelque chose avec laquelle je pourrais gagner de l'argent, participer à différentes expositions, faire des ateliers et prendre des photos de poupées pour des commandes », admet Vytchoujanina.

Lara n'est pas seule à réaliser ce hobby - il existe beaucoup de communautés en ligne de photographes de poupées et certains d'entre eux sont très talentueux, dit-elle.

Lara voit l'avenir de sa photographie se rapprocher de la photographie humaine. « Une poupée n'est pas une personne, et son visage ne peut pas changer, il revient donc totalement à la photographe de transmettre une émotion particulière au spectateur avec ses compétences professionnelles, affirme Lara. C'est pourquoi tant d’accent est mis sur l'éclairage, la couleur, l'angle et la perspective. L'utilisation de tous ces outils de la bonne façon peut donner à une poupée un aspect vivant dans une image. Chaque photographe de poupée devrait chercher à y parvenir ».

Découvrez également le monde extraordinaire des poupées minuscules de Vera Torokhova.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies