De l'URSS à nos jours: comment la rentrée scolaire est célébrée en Russie

Konstantin Mikhaltchevski/Sputnik; Alexandre Kroujkov/Archives de Pavel Soukharev
Le 1er septembre est un jour spécial en Russie, car il marque le début d'une nouvelle année scolaire après trois mois de vacances d'été et il est généralement célébré à grande échelle: les écoliers sont vêtus de beaux uniformes, tandis que les fleurs et ballons sont partout. Préparez-vous à plonger dans l'ambiance de cette fête scolaire grâce à notre galerie photo.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La fin de l'été signifie la fin des vacances et de la vie insouciante pour tous les enfants russes.

Si l'on se tourne vers l'histoire de la Russie, la rentrée scolaire n'a pas toujours eu lieu le 1er septembre, mais après la Révolution de 1917, cette date est devenue la plus fréquente sur le territoire russe. Depuis 1984, le 1er septembre est officiellement connu sous le nom de « Journée du savoir ». Ce jour-là, les enfants de tout le pays retournent à l'école.

Vers le 1er septembre, les enfants soviétiques revenaient des datchas de leurs grands-parents ou des camps de pionniers (scouts soviétiques), où ils avaient passé trois mois de vacances. Certains d'entre eux étaient heureux de revoir leurs camarades de classe, tandis que d'autres ne voulaient pas échanger leur liberté estivale contre leurs études.

>>> Pourquoi le système éducatif d’URSS était-il l’un des meilleurs au monde?

La préparation à l'école était un processus très important. Il fallait récupérer un cartable, acheter des cahiers et des stylos, prendre des manuels scolaires à la bibliothèque et repasser l'uniforme. Pour les occasions spéciales comme le 1er septembre, les enfants portaient un uniforme festif. Les filles devaient avoir des tabliers et des rubans blancs, les chemises des garçons devaient être de la même couleur.

Au petit matin du 1er septembre, les enfants se rendaient à l'école accompagnés de leurs parents ou de leurs proches, surtout s'il s'agissait de leur toute première année scolaire. La chose la plus importante, outre le cartable et l'uniforme festif, était de prendre des fleurs pour le professeur de la classe.

Environ une demi-heure avant le début des cours, tous les élèves s’alignaient devant l'école. Les professeurs tenaient des pancartes sur lesquelles étaient indiqués les numéros et les lettres attribués à telle ou telle classe. En générale, les enfants du même groupe d'âge étaient divisés en trois classes, nommées d'après les premières lettres de l'alphabet cyrillique – « A », « Б », « С ».

Ce jour-là, il était de coutume de prendre des photos mémorables de toute la classe avec le professeur en tête. Les élèves étudiaient souvent ensemble tout au long de leurs années scolaires, de la 1re à la 10e année d'études.

La nouvelle année scolaire signifiait une toute nouvelle vie pour un enfant, c'était donc un moment très spécial.

Après avoir rencontré leurs camarades de classe, les enfants écoutaient le discours solennel du directeur d'école, les encourageant à étudier attentivement et à réfléchir à leur avenir.

Ensuite, il était temps pour tout le monde d'entrer à l'école et de se rendre dans leurs salles de classe. Habituellement, les professeurs plaçaient à l'avance sur les bancs des plaques spéciales afin que les élèves prennent leurs places dans un certain ordre. Après cela, les enfants présentaient à leur professeur de classe des bouquets festifs.

>>> Immersion: scolariser ses enfants expats dans une école russe, un pari gagnant?

Le 1er septembre, les enfants n'apprenaient rien de difficile. Ils répétaient le matériel scolaire précédent, qu'ils avaient réussi à oublier un peu pendant les vacances d'été. Ils avaient également l'occasion de rencontrer les nouveaux camarades qui avaient rejoint leur classe.

L'effondrement de l'URSS n'a pas beaucoup changé сes traditions, malgré le fait que de nombreuses écoles aient abandonné les uniformes et aient permis aux élèves de porter des vêtements ordinaires.

Cependant, la tradition de porter des rubans blancs est toujours restée en Russie un symbole de la vie scolaire, que l'on peut admirer lors de la célébration de la Journée du Savoir et de la cérémonie de « La Dernière Sonnerie » (ce jour-là, les diplômés des écoles russes disent au revoir à leurs professeurs), en fin d’année.

Une autre tradition touchante du 1er septembre conservée dans toutes les écoles russes depuis l'époque soviétique, représente un transfert symbolique de connaissances à la génération suivante. Les élèves de la terminale prennent dans leurs mains les plus petits avec une clochette qui sonne et marque la rentrée.

Quant aux écoles militaires, leurs traditions du 1er septembre ne sont pas très différentes des autres écoles du pays.

Dans la Russie moderne, la fête du 1er septembre est presque un phénomène culte. Environ deux semaines avant le début de l'automne, les grands centres commerciaux et supermarchés placent dans leurs rayons tout ce qu'il est nécessaire pour préparer un enfant pour le retour à l'école : cartables, stylos, cahiers etc. Les écoliers de l'époque soviétique auraient envié une telle variété !

Pendant l'épidémie de Covid-19, les lycéens étudiaient principalement en ligne, tandis que les élèves de l'école primaire étaient autorisés à être en classe. Ils ont également eu la possibilité d'assister à la cérémonie solennelle de la Journée du savoir, mais les parents n'ont pas pu les rejoindre.

Malheureusement, dans l'histoire de la Russie moderne, la date du 1er septembre est également associée à un événement tragique. Ce jour-là en 2004, un groupe de terroristes a pris d’assaut une école dans la ville de Beslan, en République d'Ossétie du Nord. En conséquence, 314 personnes sont décédées, principalement des enfants. Le 3 septembre, date à laquelle les otages ont finalement été libérés, est maintenant connu sous le nom de la « Journée de commémoration ». Chaque année en ce jour, les habitants de la ville, ainsi que tous ceux qui veulent honorer la mémoire des victimes de cette tragédie, se rassemblent sur les ruines de l'école.

Dans cet autre article, nous vous expliquions en quoi les écoles russes se distinguent des françaises.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies