Ces erreurs de prononciation fréquentes chez les Russes parlant français

Walter Hill/Carolco Pictures, 1988; Russia Beyond
Vous le savez, le russe est une langue difficile et l’apprendre s’apparente parfois à un calvaire, en témoignent tous nos articles à ce sujet. Néanmoins, aujourd’hui, nous avons tenu à vous prouver que cette torture linguistique était réciproque, en vous présentant les principales difficultés auxquelles se heurtent les Russes lorsqu’ils s’attaquent à la langue de Molière.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Bonjour

En russe, toutes les lettres se prononcent, à quelques exceptions près. Aussi, est-il difficile pour les russophones d’appréhender la langue française, qui est certainement l’une des plus sournoises en la matière. En effet, quel non-initié pourrait deviner que « oiseau » se prononce simplement « wazo » ? Lors des salutations, il n’est donc pas rare que les Russes s’exclament « bonjour » en prononçant le « N ». Une erreur qui survient en vérité avec tous les mots comportant des lettres muettes, tels que « petiT », « iNtelligeNT », ou encore « chaT ».

Les sons nasalisés

En réalité, ce terme de politesse pose un second problème pour les russophones en raison du « on » dans sa première syllabe. De manière générale, les sons nasalisés sont une découverte pour eux, puisqu’ils n’existent pas dans leur langue maternelle, et les Russes sont donc tentés de prononcer séparément les deux lettres constituant ces sons. Il en va de même avec les sons « an » et « un », comme dans « croissant » (qui sera parfois dit « kroassaNe ») et « bien » (qui sera alors souvent entendu « bieNe »).

Russe

À de nombreuses reprises j’ai surpris des Russes parlant français, avec divers degrés de maîtrise, mal prononcer l’appellation de leur nationalité. Beaucoup, il est vrai, ont tendance à énoncer « rousse » au lieu de « russe ». Cela s’explique par le fait que le « U » français est absent du russe, et le son s’en rapprochant le plus est le « OU » (la lettre « У » en russe). Si un gaillard brun vous déclare solennellement qu’il est « rousse », ne vous étonnez par conséquent pas trop !

Tous les mots avec la lettre « R »

En russe, le « R » se roule, ce qui pose bien des problèmes aux francophones apprenant cette langue. Mais la torture est mutuelle, puisque les Russes éprouvent bien de la peine à prononcer notre « R » si guttural. Tentez donc de prononcer « Je travaillerai au ministère russe des Sports » en roulant les « R ». Alors, on fait moins les malins, hein ?

Le son « O »

Autre trait permettant de repérer un Russe souhaitant passer incognito : sa prononciation de la voyelle « O ». Les russophones la prononcent en effet toujours fermée, comme dans « rose » ou « crapaud ». Cela se constate rapidement lorsqu’ils utilisent l’une de leurs expressions françaises préférées : « Comme ci comme ça ».

Le son « E »

Encore un phonème n’existant pas dans la langue de Pouchkine ! En russe, les sons se rapprochant le plus du « E muet » sont le « IO » (lettre russe « Ё ») et le « IÉ » (lettre russe « Е »). Ne grimacez donc pas si vous entendez « Jé/Jo m’appelle Andreï, jé/jo vio diovionir ton ami » (en russe, après une consonne chuintante, le « io » et le « ié » se prononceront juste « o » et « é »).

Dans cet autre article, nous vous listions dix mots russes du quotidien que vous prononcez probablement mal.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies