Marine Le Pen reçue par Vladimir Poutine

24 mars 2017 Erwann Pensec
Marine Le Pen
Marine Le Pen. Crédit : Reuters

Après avoir rencontré Viatcheslav Volodine, président de la Douma, la chambre basse du parlement russe, la leader du Front national (FN) et candidate aux prochaines élections présidentielles s'est entretenue vendredi avec Vladimir Poutine.

En visite à Moscou, Marine Le Pen a participé ce matin aux travaux de la commission des Affaires étrangères de la Douma, portant notamment sur la lutte contre le terrorisme et la coopération franco-russe. Lors de la séance, la candidate a d'ailleurs confirmé son désir de vouloir travailler à un apaisement des relations entre la Russie et l'Occident, elle a ainsi fait part de son intention de reconnaître le rattachement de la Crimée et de faire annuler les sanctions contre la Russie si elle venait à être élue.

« J'espère que la France saura défendre la position, selon laquelle nous supprimerions les listes noires, tout du moins sur notre territoire », a t-elle annoncé, citée par l’agence TASS [les propos de Mme Le Pen ont été retraduits du russe, ndlr].

Un peu plus tard, la chef de file du Front national a été reçue par le président Vladimir Poutine. Malgré le fait que Marine Le Pen se soit déjà rendue à plusieurs reprises en Russie, il s'agissait de sa première rencontre avec le président russe. La lutte contre le terrorisme a là aussi été l'un des principaux thèmes abordés lors de cette rencontre, Marine Le Pen appelant à une plus étroite collaboration entre les deux pays, notamment dans le domaine des renseignements.

Comme l’a précisé le porte-parole de la présidence, Dmitri Peskov, Marine Le Pen était en Russie à titre parlementaire. 

Marine Le Pen et Vladimir Poutine. Crédit : ReutersMarine Le Pen et Vladimir Poutine. Crédit : Reuters

Pas d'ingérence dans la politique française

Le président russe a avoué qu’il était intéressant d’évoquer les questions relatives aux relations bilatérales avec Marine Le Pen. 

« Nous attachons une grande importance à nos relations avec la France, et en même temps nous essayons de maintenir des relations harmonieuses avec les représentants de l'autorité actuelle ainsi qu’avec les représentants de l'opposition », a-t-il fait savoir, cité par les médias russes. 

M. Poutine a toutefois souligné que la Russie « ne voulait en aucun cas influencer les élections présidentielles de ce pays ». « Nous nous réservons néanmoins le droit de communiquer avec les représentants de toutes les forces politiques du pays, comme le font nos partenaires européens ou les États-Unis », a-t-il pointé. 

Ces propos font suite à la polémique entourant le financement de la campagne présidentielle de Marine Le Pen. En 2014, le Front National avait en effet emprunté la somme de 9 millions d'euros à une banque russe, on reprocha alors au Kremlin de vouloir s'immiscer dans la vie politique française.

Lire aussi : 

Plus de 600 000 touristes russes ont visité la France en 2016

La Chambre de commerce de Belgique et du Luxembourg en Russie célèbre Pierre le Grand

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook