Six sites préhistoriques et énigmatiques dans les environs d’Ekaterinbourg

Les monts Oural, les plus anciens au monde, dissimulent de nombreux secrets et traces d’anciennes civilisations. À l’intérieur et aux environs d’Ekaterinbourg (1600 km à l’est de Moscou) se trouvent beaucoup d’endroits anciens éveillant l’intérêt des archéologues et voyageurs russes et étrangers.

Falaises de Petrogrom (Falaises de Piotr Gronski)

Crédit : Lori / Legion Media

Ces gigantesques buttes granitiques couronnent le sommet de la montagne du même nom, située à environ 30 km au nord-ouest d’Ekaterinbourg. Ici se trouvait un antique complexe métallurgique en pleine montagne, où vivaient déjà des hommes aux VIIe – IIIe siècle av. J-C : des forgerons de l’ancienne culture Itkoul, qui y fondaient le cuivre, fabriquaient de l’argent et utilisaient une méthode originale de séparation des métaux colorés par fusion.

Les chercheurs ont découvert à Petrogrom 18 fours à métaux. On peut toujours voir leurs restes au sommet des falaises : des petits calices ronds.

Les falaises sont un patrimoine naturel archéologique et botanique ; leur granite est vieux de 300 millions d’années. Selon l’une des versions, elles sont appelées Petrogrom, car elles attirent les tempêtes (grom en russe). Selon une autre version, leur nom est un hommage à Piotr Gromoverjets, le patron des forgerons.

Du sommet s’offre une vue magnifique sur le lac Isset. On peut associer une promenade à Petrogrom avec un voyage dans les vestiges de Chertovo, situés non loin, et aux dolmens de l’Oural.

Vestiges de Chertovo

Crédit : Lori / Legion Media

À 25km au nord-ouest d’Ekaterinbourg se trouvent les célèbres « vestiges de Chertovo » : d’étranges falaises au sommet d’une montagne évoquant des tours imprenables. C’est un monument de la métallurgie antique et un lieu sacrificiel pour les hommes du début de l’âge du fer et du moyen-âge.

Au sommet de la montagne et dans les crevasses des falaises, les archéologues ont découvert des restes d’os brûlés, des céramiques de l’âge du fer primitif et de périodes postérieures, et des lames de cuivre utilisées pour la préparation d’armes et de bijoux. La beauté sauvage de ce coin de nature de l’Oural évoquait des forces obscures, d’où son nom (Chert : le diable, en russe).

Les dolmens de Verkhniaïa-Pychma

Crédit : Lori / Legion Media

Selon différentes estimations, on a découvert dans le centre et le sud de l’Oural plus de 200 dolmens, plus anciens peut-être que les pyramides d’Egypte. Les mégalithes les plus proches d’Ekaterinbourg se trouvent au nord de la ville satellite de Verkhniaïa-Pychma, près de la source de la rivière Isset.

Ils furent découverts pour la première fois en forêt en 1958. Ces constructions mystérieuses prennent plusieurs formes et dimensions, et ont manifestement été construites de la main de l’homme.

Les Pisanets de Severka

Crédit : Kirill Tchaplinski / TASS

Aux environs du village de Severka, à environ 27 km à l’ouest d’Ekaterinbourg, se trouve quantité d’endroits pittoresques. Les plus étonnants sont les Pisanets de Severka, qui préservent une unique « galerie de tableaux » de l’âge de pierre. Sur trois de ces cinq murs d’une hauteur d’environ 1,2 m a été conservé un tableau complet de cet ancien monde : des dessins de créatures anthropoïdes, d’oiseaux nageurs, de rennes.

Les archéologues soulignent que des oiseaux semblables à ceux représentés ont été retrouvés dessinés sur des vases datant du III millénaire avant J-C. Les Pisanets de Severka n’ont été découverts qu’en 1985.

Les tentes de pierre

Crédit : Lori / Legion Media

Les tentes de pierre de Palkino sont un site archéologique situé à l’extrémité ouest d’Ekaterinbourg. Les gens y ont vécu de l’époque du Mésolithique jusqu’au XVIIIe siècle, les découvertes les plus anciennes étant datées de 10 à 7 milliers d’années avant J-C.

On a trouvé ici les traces de l’ancienne culture ouralienne : des villages, des lieux de culte, deux tombes et une sculpture géante d’une tête d’élan femelle, des forges.

Au début du XXe siècle, le directeur d’usines S. Sigov découvrit à cet endroit ce que l’on a baptisé le Trésor de Palkino, aujourd’hui conservé à l’Ermitage. Près d’une forge, sous d’énormes « crêpes » de granit, on repéra deux idoles de bronze tribales. Ces objets de culte étaient enveloppés dans des morceaux de cuir décomposés, et entourés d’écorce de bouleau parfaitement conservée.

Quant au pittoresque site géologique des Tentes de Chabrovski (15 km au sud d’Ekaterinbourg), les locaux l’appellent « La montagne des serpents ». L’archéologue français Joseph de Baye remarqua les tentes sur les falaises, et à leur pied, un campement rituel d’hommes préhistoriques, où des cérémonies sacrificielles se produisaient environ aux VIIe-VIe siècles avant J-C et aux IIIe-IVe siècle avant J-C.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.