Visiter les musées de Moscou à moindre coût

Crédit : Sergueï Karpov / ITAR-TASS

Crédit : Sergueï Karpov / ITAR-TASS

En acquérant le « Passeport du touriste cultivé », les touristes ont un nouveau moyen plus économique de visiter la ville de Moscou. Selon les calculs des créateurs du projet, il permettrait d'obtenir jusqu'à 80% de réduction sur les billets pour les musées et les expositions par rapport au prix habituel.

Les touristes peuvent déjà obtenir le « Passeport du touriste cultivé », il se présente sous la forme d'un abonnement valable pour une durée d'un à cinq jours. Il offre une réduction de 40 à 80%  dans 74 musées et plus de 100 événements de la capitale.

Trois tarifs sont proposés : le tarif « touriste » valable pour 3 visites, entre 590-990 roubles (10-18 euros), le tarif « voyageur » qui coûte entre 990 et 1690 roubles (17 et 29 euros) pour 6 visites, et le tarif « pionnier » valable pour 12 visites, coûtant entre 1690-3690 roubles (30-66 euros). A titre de comparaison, un billet pour le Musée des beaux-arts Pouchkine coûte à lui seul 300-450 roubles (5-8 euros).

Il existe deux moyens d'avoir accès à ce service. Le premier est d'acheter une carte plastifiée dans l'un des neufs centres d'information touristique de Moscou (situés dans les gares de Biélorussie, de Leningrad, de Kiev, de Paveliets, de Koursk et de Kazan et dans les aéroports Sheremetievo et Vnukovo, ainsi qu'au Musée historique d'État).

Après avoir acheté la carte, il faut l'activer sur le site de la compagnie Voxxter qui a lancé le projet. Il est possible aussi de choisir un tarif sur le site, de payer et d'imprimer l'abonnement ou bien de l'enregistrer sur un appareil électronique à partir duquel le contrôleur du musée pourra lire le code QR sur l'écran.

« Ce « passeport » est unique parce qu'il permet de voir les expositions temporaires. Les autres cartes n'ont pas cette option. On peut trouver les annonces de tous les événements sur le site qui a créé ce projet. En outre, grâce aux codes inscrits sur les abonnements, on n'a plus besoin de faire la queue pour les billets », a expliqué le directeur du service de presse du comité du tourisme et de l'hôtellerie de Moscou, Mikhail Doubrovski.

Les concurrents

Avant le lancement de ce « passeport culturel », les touristes avaient accès à deux cartes du même genre : le MoscowPass et le PrimePass. Selon le responsable de clientèle de Voxxter, Vitali Poustobaïev, le nouvel abonnement a pour avantage de proposer un grand choix de musées dont la liste ne cesse de s'allonger.

Elle comprend notamment le Musée Pouchkine, le Musée d'art moderne de Moscou, le Musée de l'histoire du Goulag et le Musée juif et centre de la tolérance, mais les organisateurs n'ont, en revanche, pas encore conclu d'accord avec la galerie Tretiakov.

Avec le PrimePass (1099 roubles ou 20 euros) valable pour 24 heures, on peut visiter seulement cinq lieux, mais parmi eux on trouve justement la galerie Tretiakov, ainsi que le zoo, le planétarium, le musée de Moscou et le Centre du film documentaire. De plus, cette carte offre la possibilité de prendre tous les transports en commun de façon illimitée.

Le MoscowPass propose des tarifs pour un, trois et cinq jours coûtant de 999 à 2499 roubles (18-44 euros) et comprenant une excursion à pied et en bus, un tour en bateau sur la Moskova, les visites de 14 musées et des réductions dans plusieurs restaurants.

Les deux cartes ont un grand avantage par rapport au « passeport », on peut se renseigner sur les cartes et passer commande en anglais. Pour cela, le MoscowPass propose une version anglaise de son site et le PrimePass a une application mobile (ils promettent de lancer un site en anglais en décembre).

Ceux qui souhaitent acheter le « passeport » doivent remplir un questionnaire en russe et ensuite utiliser un guide en russe. Ses créateurs prévoient de faire une version anglaise dans un futur proche, mais ils ne donnent pas de date précise pour l'instant.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.