Six choses à ne surtout pas manquer à Novossibirsk

Troisième ville de Russie après Moscou et Saint-Pétersbourg, Novossibirsk, cette autre capitale de la Sibérie, abrite un animal exotique, le ligre, et ses résidents aiment pratiquer le snowkite.

L'héritage du Transsibérien

Crédit photo : Lori / Legion media

Les habitants de Novossibirsk adorent les trains et sont fiers du rôle important qu'a joué leur ville dans la création du Transsibérien, cette voie ferroviaire grandiose qui traverse toute la Russie. Une image de ce chemin figure même sur les armoiries de Novossibirsk, avec un pont sur le fleuve Ob et deux zibelines de sables rampants.

Le musée est ouvert de 11h00 à 17h00, tous les jours sauf le lundi ; pour réserver une excursion, vous pouvez accéder à son site officiel.

La ville compte pas moins de cinq monuments consacrés à divers trains dans la ville, et près de la gare locale de Seïatel se trouve un musée de locomotives en plein air. Le musée expose plus d'une centaine de locomotives à vapeur et diesel, ainsi que des wagons qui reflétent l'histoire du transport ferroviaire en Russie d'avant la Révolution jusqu'à nos jours.

D'ailleurs, si vous souhaitez non seulement vous promener près de ces géants métalliques et vous mesurer aux roues cyclopéennes des premières locomotives à vapeur, mais aussi pénétrer à l'intérieur d'une voiture pour voir comment voyageait la riche noblesse tsariste à travers la Russie, il vous faut réserver une excursion à l'avance.

La ville de Novossibirsk s'étend sur les deux rives de l'Ob. Au début du XXe siècle, ce fleuve démarquait encore la frontière entre deux fuseaux d'horaires : sur la rive droite, la journée commençait une heure plus tôt que sur la gauche. Long de deux kilomètres, le pont-métro couvert qui traverse le fleuve est considéré comme l'un des plus longs ponts de ce type.

En raison d'une grande amplitude thermique de la ville (les temperatures allant de -30°C en hiver à +30°C en été), le pont devient plus long durant la saison estivale et perd près de 50 centimètres de longueur en hiver. Pour que la structure soit stable et ne tombe pas en ruine, ses piliers sont munis de rouleaux qui leur permettent de bouger.

Centre culturel sibérien


Crédit photo : Lori / Legion media

Au centre de Novossibirsk, sur la place Lénine, se dresse le symbole de la ville : le Théâtre d'opéra et de ballet. C'est le plus grand théâtre de Russie : il peut héberger sous sa coupole le bâtiment entier du théâtre du Bolchoï. La construction du Théâtre de Novossibirsk a été terminée juste avant le début de la Seconde Guerre mondiale.

La programmation du théâtre est disponible sur son site officiel. La saison dure de septembre à juillet ; parmi les spectacles figurent principalement des œuvres classiques, comme Casse-noisette de Piotr Tchaïkovski, Le Prince Igor d'Alexandre Borodine ou La traviata de Giuseppe Verdi.

Il existe dans la ville une vieille rumeur selon laquelle a été créé sous le bâtiment du théâtre une sorte d'abris ou de bunker secret, ou même une ville souterraine, avec des rues et des feux de circulation, qui devait héberger le gouvernement soviétique si Moscou était prise par les Allemands.

Les légendes urbaines actuelles disent qu'il y a maintenant sous le théâtre un lac souterrain artificiel qui peut être utilisé comme réserved pour lutter contre d'éventuels incendies. Toutefois, aucun de ces mythes n'a jamais été vérifié.

La mer de l’Ob et les ligres

Crédit photo : RIA Novosti

Sur l'Ob – qui est d’ailleurs le fleuve le plus long de Russie – se trouve le réservoir de Novossibirsk, énorme lac artificiel et ses dizaines d'îlots pittoresques, dont certains sont habités. Baptisé « la mer de l'Ob » par les locaux, le réservoir sert de principale station balnéaire pour la région. On y organise des régates à la voile, et les habitants de Novossibirsk y pratiquent le kitesurf et la planche à voile. En hiver, lorsque l'eau gèle, le réservoir attire les adeptes du snowkite, un sport consistant à glisser sur la neige avec des skis ou un snowboard en étant tracté par un cerf-volant.

La saison du snowkite dure à Novossibirsk de décembre à février, mais tout dépend du temps, car il faut que le vent soit assez puissant. Si vous cherchez un endroit où passer le week-end, rendez-vous au zoo de Novossibirsk. Ce zoo est connu comme un centre d'élevage de félins, qui a notamment effectué avec succès le croisement du lion et du tigre. Les ligres, hybrides exotiques nés de l'union d'une tigresse et d'un lion mâle, se sentent tout à fait bien dans le climat sibérien.

Le zoo est ouvert aux visiteurs toute l'année, sept jours sur sept, et a même sa propre application mobile Zoo Nsk, disponible gratuitement.

Chaque année, début janvier, Novossibirsk héberge le Festival de la culture de la neige. Des artistes et des sculpteurs de toute la Russie et du monde entier s'y rendent pour prendre part au concours de sculpture de neige. Organisé pour la première fois en 2000, le festival a été créé à l'instar des événements de ce genre organisés dans la ville japonaise de Sapporo, jumelée à Novossibirsk.

La « Silicon Valley » de Sibérie

Crédit photo : Lori / Legion media

L'un des quartiers les plus célèbres de Novossibirsk, Akademgorodok (« cité des académiciens ») représente une oasis construite spécifiquement pour abriter les meilleurs scientifiques du pays. C'est ici que se trouve l'homologue russe de la Silicon Valley américaine : le Tekhnopark de Novossibirsk.

Ce technopole héberge plusieurs groupes informatiques, des entreprises produisant du matériel high-tech et deux dizaines d'instituts de recherche impliqués dans tous les domaines, allant de la génétique à la philosophie, en passant par l'archéologie et la physique nucléaire. C'est ici que l'on crée des systèmes informatiques, qu'on invente un nouveau laser et qu'on travaille sur le vaccin contre le virus Ebola.

Bien qu'Akademgorodok ait été construit il y a près de cinquante ans au milieu de la taïga sibérienne inhabitée, il a été conçu comme une ville futuriste sur le plan architectural. Lors de la construction, la forêt locale n'a pas été touchée : les bâtiments ont été ajoutés au paysage existant. Une personne se promenant dans les bois pouvait ainsi tomber sur ces installations. C'était vraiment un projet sans précédent : les éco-villages sont entrés en vogue dans le monde beaucoup plus tard.

Academgorodok représente un nouveau monde pour la majorité des habitants de Novossibirsk. Il suffit de sortir du bus venant de la station de métro, et l'on se retrouve en pleine forêt, sur un sentier de randonnée, entre des institutions scientifiques et des clubs.

Durant une promenade à travers le territoire d'Academgorodok, on peut trouver des objets d'art créés par les résidents locaux et des monuments officiels. Citons notamment le monument à la souris de laboratoire qui tricote à l'aiguille la double-hélice de l'ADN, situé dans un petit parc près de l'Institut de la cytologie et de la génétique.

Academgorodok est plein de cafés et restaurants où l'on peut se reposer et manger un morceau après une longue promenade. Pour prendre un café et déjeuner, faites une visite au Traveler’s Coffee, et pour un dîner, rendez-vous au People's Bar & Grill ou au Clover.

Mais attention, en hiver, il fait un peu plus froid à Academgorodok que dans la ville, donc couvrez-vous bien ! Et au printemps et à l'automne, il est beaucoup plus humide, donc équipez-vous de bottes de pluie ! En été, en revanche, il ne fait pas trop chaud grâce à la mer de l'Ob... donc n'oubliez pas votre maillot de bain ! Prenez aussi des noix : si vous rencontrez des écureuils, vous pourrez les nourrir.

Memento mori

Crédit photo : ITAR-TASS

Le musée le plus insolite en Russie est celui ouvert auprès du crématorium de Novossibirsk, dans le village de Voskhod. L'idée d'ouvrir ce musée inhabituel est venue au propriétaire du crématorium, Sergueï Iakouchine, après qu'il a vaincu le cancer. C'est lui-même qui a recueilli toutes les pièces après avoir vécu cette expérience amère.

Consacré à la cilture funéraire mondiale, il compte des chars funèbres, de la bijouterie mémoriale faits avec des cheveux de défunts, des clichés « post mortem », des collections de vêtements de deuil de l'époque victorienne et une importante collection de cercueils.

C'est surprenant, mais l'ambiance dans ce crématorium n'est pas macabre et ne ressemble guère aux décorations infernales présentées dans les films, ni à celles qui règnent dans les autres crématoriums, qui sont habituellement solennellement sinistres.

Le crématorium de Novossibirsk est peint dans les nuances de la couleur orange et est entouré d'un parc, où on trouvera même une aire de jeu pour les plus petits.

Des sentiments contradictoires, c'est comme ça que l'on peut qualifier l'arrière-goût de cette visite.

Métro de Novossibirsk


Crédit photo : ITAR-TASS

En Russie, le métro n'est présent que dans sept mégapoles millionnaires, dont Moscou, Saint-Pétersbourg et Novossibirsk. Le métro de Novossibirsk a été construit dans des conditions climatiques pénibles. Le sol y est tellement gelé que sa température annuelle moyenne est souvent inférieure à zéro. Mais ce froid n'est pas ressenti par les passagers des stations sous-terraines.

Un nombre important de touristes venus des quatre coins du monde dessendent quotidiennement dans le métro moscovite pour y circuler et pour prendre au moins deux selfies dans le plus célèbre musée souterrain de la ville. Mais même le métro de Novossibirsk, avec ses 13 stations dont les plus belles sont Gagarinskaya, Sibirskaya et Retchnoy vokzal, mérite d'être qualifié de musée souterrain.

La station ultramoderne Gagarinskaya est un véritable cosmos sous-terrain. Le design technologique la distingue de toutes les autres : vous y trouverez des murs en marbre avec des éléments en métal, un éclairage bleu, des portraits de Iouri Gagarine et des éclairages insolites.

La station Sibirskaya ressemble à une trésorerie souterraine que les orfèvres sibériens ont orné de mosaïques de pierres précieuses de Sibérie.

La station Retchnoy Vokzal est ornée de dix vitraux illuminés, représentant les plus grandes villes de la Sibérie, dont Novossibirsk, Omsk, Barnaül et d'autres. La plate-forme ressemble à un grand navire allant sur l'Ob avec dix hublots qui donnent sur les villes sibériennes.

Comment s'y rendre

Le moyen le plus simple de se rendre à Novossibirsk est de prendre un avion de la compagnie Aeroflot ou bien S7. Un billet simple vous coûtera de 154 à 192 euros. Si vous avez choisi le train, vous devrez traverser exactement un tiers du Transsibérien : 3.300 km et presque trois jours de voyage.

Novossibirsk est également accessible si vous voulez y aller en voiture, mais le voyage peut prendre jusque sept jours.

Où se loger

Novossibirsk a plusieurs bons hôtels. Parmi les meilleurs figure notamment Doubletree by Hilton (quatre étoiles), situé près de la place Lénine (chambres à partir de 154 euros). L'hôtel Novossibirsk qui se situe tout près de la gare ferroviaire centrale, a été rénové récemment, et offre un assez bon service (77 euros la nuit).

Moins cher, et pas moins confortable : le River Park, près de la station métro Rechnoy Vokzal (quatre étoiles). Une nuit dans cet hôtel vous coûtera près de 62 euros.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.