Sept labyrinthes russes énigmatiques pour casse-cous

Churchill disait : « la Russie est un rébus enveloppée de mystère au sein d'une énigme ». C'est vrai, la Russie cache un grand nombre de labyrinthes, au sens littéral cette fois. Et dans chacun de ces labyrinthes, un minotaure vous attend.

Le labyrinthe Bolshoï Solovetsky


Crédit photo : GEO Photo

Le labyrinthe se situe sur l'île Bolshoï Solovestky. Il est composé de deux serpents entrelacés. Peu importe le chemin que vous empruntez, vous reviendrez toujours au point de départ. Il existe aussi une croyance associée à cette Babylone : une rumeur populaire dit que le dédale facilite un gain du double de ce que vous possédez.

Par exemple, si vous entrez dans le labyrinthe avec 1 euro, votre capital grimpera bientôt à 2 euros.

Babylone kandalaksha

« Babylone » : voilà le nom que portent beaucoup de labyrinthes dans le Nord de la Russie. Une légende dit qu'ils étaient autrefois appelés « Avalon » (en honneur à l'île celte mythique des Saints) puis Babylone, plus tard, avec l'arrivée du Christianisme, car les noms avaient une sonorité similaire.

La croyance dit qu'en des temps anciens, des sacrifices étaient organisés dans ces dédales et que le labyrinthe lui-même est un lieu où les gens peuvent voyager d'une dimension à une autre.

Construite sur la côte du Golfe de Kandalaksha il y a entre 3 000 et 5 000 ans, on ignore quelle était la fonction originale de « Babylone ». On sait que les Samis organisaient leurs rituels shamaniques au cœur des labyrinthes au début du dernier millénaire.

L'endroit a ensuite été occupé par les Pomors russes, qui ont pris soin de Babylone au fil du temps. Ils croyaient qu'un périple dans le labyrinthe pouvait amener à la descente aux enfers. En vérité, ils expliquent que les conservateurs pomors continuent à utiliser Babylone avant une navigation en mer : selon eux, il est possible de contrôler les vents grâce au labyrinthe.

Le labyrinthe de Moscou

Source : Service de presse

Ignace Stelletskii, un archéologue russe et chercheur d'un Moscou « underground » a beaucoup à dire sur les mystérieuses structures qui gisent sous de nombreux bâtiments moscovites. Selon lui, certaines de ces structures datent des XVIe et XVIIe siècles, situées dans les jardins, sont connectées au Kremlin par un réseau de dédales souterrains.

Les architectes italiens du Kremlin de Moscou (Aristotle, Fioravanti, Pietro Antonio Solari et Aleviz Novyi) ont créé les plans initiaux pour la capitale souterraine. Des archéologues ont découvert un système cohérent de 350 points souterrains, par lesquels il est possible de rejoindre les collines des moineaux depuis le Kremlin. Cependant, les documents ont été classés secrets à la mort de Stelletskii.

 Le labyrinthe Pyskorski


Source : Service de presse

Les ourals ont accidentellement découvert ce dédale sous la montagne Piskorski en 1915. A cette époque, le monastère de Piskorski, qui était la demeure ancestrale de la fameuse famille de marchands Stroganov, se dressait sur la montagne. Sous le monastère, un système de tunnels avait été élaboré avec des chapelles, des cellules secrètes, des entrepôts et d'autres structures souterraines.

Explorer le labyrinthe plus en détails s'est avéré impossible puisque peu après, le seul passage souterrain vers le labyrinthe a été enseveli par un glissement de terrain. De façon intéressante, les légendes ne tarissent pas quant aux trésors cachés dans la montagne et ont circulé pendant longtemps au sein de la population locale. 

Babylone Umbsky

Près de la rivière Umba, dans les environs de Kandalaksha, vous pouvez trouver une autre « Babylone ». Sa fonction ne devait pas être très différente du labyrinthe voisin de Kandalaksha. Les habitants locaux disent que Babylone est construite sur un cimetière sami, et un voyage dans les dédales pourrait provoquer un contact involontaire avec d'anciens esprits.

Jardin près du pavillon Temple 


Crédit photo : Lori / Legion media

Pierre Ier adorait les labyrinthes. Il est dit que sur ordre du modernisateur du Tsar, plus de dix nouvelles structures ont été construites dans toute la Russie. Pierre I est même crédité de la création de plusieurs « Babylone » sur la mer Blanche, que les archéologues ont supposément confondu avec des structures néolithiques. 

Un labyrinthe, cependant, est attribué sans aucun doute à Pierre Alexandrovitch – il est situé à Peterhof et a été construit suivant les plans de l'expert français Jean-Baptiste Leblond. Le labyrinthe, appelé « Jardin du pavillon du Temple » est un lieu carré d'environ deux hectares.

Une piscine ovale se trouve au centre, depuis lequel huit chemins se séparent ; ces derniers traversent le sentier circulaire et séparent la surface en seize sections, dans lesquelles des fleurs sont plantées.

Malgré l'origine végétale, le labyrinthe n'est pas innocent : des rumeurs disent que certains voyageurs ont disparu sans laisser de traces. Selon une autre légende, les Maçons russes ont choisi cet endroit pour leurs rituels secrets.

Labyrinthe Spirituel


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Source : Service de presse

Vous pouvez observer cette icône, gravée au XVIIIe siècle dans le monastère de la Nouvelle Jérusalem. Son image est très inattendue pour l'iconographie russe : les scientifiques parlent de l'influence de la tradition catholique sur l'image.

Le « labyrinthe spirituel » est formé de douze cercles : deux entrées conduisent au Paradis, et douze en enfer. L'icône est un « détecteur de péchés » : allez du centre jusqu'à la route visuellement et vous reposerez probablement parmi vos péchés les plus graves. Les gens disent qu'on ne peut faire ce labyrinthe qu'avant une confession.

Source : Russia7.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.