Dombaï: du ski alpin à la caucasienne

Crédit : Lori / Legion Media

Crédit : Lori / Legion Media

La station de ski russe Dombaï, située tout près de Sotchi, offre des paysages pittoresques, diverses activités d’hiver et une cuisine magnifique.

Dombaï est considéré comme l’une des stations de ski les plus populaires du Caucase. Elle se trouve au pied du sommet éponyme du Grand Caucase.

La station offre une expérience authentique de montagnes vierges. Vous n’y trouverez ni jolis cafés, ni boutiques. Vous ne ressentirez pas l’odeur du chocolat sur les pistes et ne verrez pas dans les restaurants locaux du vin chaud, mais vous pourrez en revanche éprouver ce qui fait le Caucase : hospitalité, beauté et indépendance.

Le mont du Dombaï est relié à l’aéroport local de Mineralnye Vody par deux chemins. Le premier est plus long, passant par la ville de Tcherkessk et faisant un détour d’une vingtaine de kilomètres. Le second, plus court, représente lui-même une aventure : c’est un serpentin qui passe le long de falaises, via une zone qui subit souvent des chutes de pierres et est couverte de glace. Faisant face à des vents violents et des virages très dangereux, les voitures passent entre une falaise sans aucune glissière de sécurité et une chaîne de montagne majestueuse qui s’étend jusqu’au sommet du Dombaï.

La longueur des pistes de Dombaï, de difficulté variée, est de près de 25 kilomètres. Toutes les pistes se trouvent à une hauteur de 1 630 à 3 168 mètres sur les pentes du mont Moussa-Atchitara (« Le lament de Moussa »). En général, les pistes sont plus régulières en haut, et deviennent plus raides en bas.

La station est en plein développement. Actuellement, il y a cinq remontées mécaniques à Dombaï (dont celles de marque autrichienne Doppelmayr, y compris un télésiège à six places), installées aux altitudes allant de 1 600 à 3 000 mètres.

Le domaine skiable est habituellement ouvert à Dombaï de décembre à avril. Il y a peu, la station fonctionnait parfois de novembre à juin (cependant, à la fin de la saison, les skieurs étaient souvent obligés d’éviter des trous occasionnés par la fonte de la neige), mais plus tard, à la suite d’un changement spectaculaire du climat, les nuages ont migré vers les sommets adjacents, privant la station de la neige en été.

Il est à noter qu’il y a encore quelques années, les chutes de neige dans la zone autour du Dombaï étaient si fréquentes que les télésièges étaient souvent bloquées par des congères géants, et les avalanches étaient si importantes que les maisons et les hôtels locaux ont été complètement couverts de neige, les touristes étant forcés de quitter les bâtiments par les fenêtres des greniers.

Freeride

Crédit : Lori / Legion Media

Le domaine skiable de Dombaï comporte des espaces pour le freeride, accessibles de janvier à mars. La plupart des itinéraires hors-piste passent le long de la pente nord du Moussa-Atchitara et se terminent dans la gorge de Gonatchkhir ou près de l’autoroute Teberda-Dombaï.  

Les amateurs du hors-piste peuvent également réaliser une descente du sommet de Semionov-Bachi (3 602 mètres). Les itinéraires traversant des zones vierges à risque d’avalanche, ont une longueur entre trois et quatre kilomètres.

Les zones freeride étant dangereuses, personne ne s’y rend sans guide : le Caucase n’aime pas les solitaires, et les touristes impudents peuvent facilement se perdre, tomber sur des rochers ou se voir enseveli sous une avalanche. Des guides professionnels peuvent être trouvés dans la station de secours, située près du télésiège Doppelmayr. La station offre en outre des infos sur l’état des pentes et des chutes de neige imminentes.

Dombaï organise en plus des vols héliski vers les pentes du Semionov-Bachi et le glacier Alibek.

Divertissement

L’avantage le plus important de Dombaï par rapport à son rival russe principal, la station de Prielbroussie, située dans la république de Kabardino-Balkarie, est sans aucun doute la grande variété de l’après-ski.

Parmi les activités offertes aux touristes figurent notamment des randonnées en quand, en motoneige ou en segway et l’équitation dans les montagnes. Les visiteurs les plus audacieux peuvent par beau temps faire du parapente avec un instructeur.

Depuis peu, la station a commencé à promouvoir un nouveau sport d’hiver : le speed riding, mélange de parapente et de ski.

En outre, presque tous les hôtels locaux disposent d’un bania (bain traditionnelle russe), et plusieurs d’entre eux ont des piscines couvertes. Près de l’hôtel Gornye Verchiny, l’on installe une patinoire qui attire le soir de nombreux touristes comme des résidents locaux : des nuits étoilées magnifiques, de la musique et du vin chaud distribué à tout le monde produisent ensemble des soirées charmantes. Mais attention : ce n’est pas l’Europe. L’ambiance y est très différente et plus authentique. Les étoiles dans les montagnes du Caucase sont comme nul par d’ailleurs, le vin chaud très fort fait multiplier ces étoiles aux yeux des touristes, quant à la musique, il ne s’agit pas des derniers tubes internationaux, mais des airs locaux, dont la célèbre lezguinka.

Près du télésiège Doppelmayer, au bord d’une falaise, se trouve un bâtiment très curieux, appelé Hôtel Tarelka (« soucoupe » en russe). Bien que ce ne soit pas vraiment un hôtel à l’intérieur mais plutôt une auberge, à l’extérieur, c’est une véritable soucoupe avec des hublots et une trappe d’entrée. L’édifice a été construit à l’époque soviétique, à l’occasion d’une visite du leader soviétique Léonid Brejnev. En effet, la « soucoupe » a été conçue comme une mesure de sécurité : en cas de grosse avalanche, l’édifice glissera tout simplement en bas, et ses « passagers » éviteront des blessures graves.

Crédit : Lori / Legion Media

Autre curiosité à ne pas manquer : les marchés de Dombaï, à proximité de toutes les remontées. Ici, on offre des pulls, foulards et chapeaux en laine, de la confiture de cônes, de noix et de feuilles de rose, et bien sûr, du miel de Dombaï à l’arôme inoubliable.

Les pentes sont parsemées par des restaurants ou les touristes peuvent se reposer après une descente. Les menus sont plutôt uniformes : à Dombaï, on ne trouve que de la cuisine caucasienne, ce qui veut dire que la plupart des plats sont savoureux, nutritifs et gras.

Parmi les délicatesses locales figurent des célèbres khytchines (des galettes avec des pommes de terre, de la viande ou du fromage, servies avec de la crème fraîche ou de l’huile), la chorba (soupe traditionnelle avec des légumes et des cubes d’agneaux) ou les lamian (des nouilles accompagnées de diverses épices).

Les tisanes cueillies sur le mont Dombaï sont considérées ici comme extrêmement relaxantes. On les laisse reposer jusqu’à ce que la boisson devienne très foncée. Il s’agit de la vinette, du thym, de l’aubépine et, bien évidemment, beaucoup de rhododendron qui aide à apaiser l’acclimatation dans les montagnes.

En hiver, les célèbres glaciers de Dombaï ne sont pas accessibles, mais les touristes peuvent les contempler de loin lors des montées et des descentes.

La station de ski Dombaï suit un développement progressif, elle est très appréciée pour ses vues splendides, ses pics difficilement accessibles, et par une série de mythes qui l'entoure et enfin, sans doute, pour sa saveur particulière que l’on ne trouve nulle part ailleurs.

Et vous, iriez-vous skier en Russie ? Donnez-nous votre avis en tweetant @larussie #ski

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.