Orenbourg : entre l’Europe et l’Asie

Vue nocturne d'Orenbourg (avenue de la Victoire) depuis le bâtiment de l'Université d'État d'Orenbourg. Crédit photo : Geophoto

Vue nocturne d'Orenbourg (avenue de la Victoire) depuis le bâtiment de l'Université d'État d'Orenbourg. Crédit photo : Geophoto

Les châles en poil de chèvre, le jaspe multicolore, les plus anciennes montagnes du monde et les étendues de la steppe russes : tout cela à 5 heures de vol depuis l’Europe.

L’oblast d’Orenbourg est un véritable pont géographique entre l’Europe et l’Asie. Elle marque non seulement la limite entre ces deux continents mais assure aussi la transition entre les paysages typiquement russes aux étendues incommensurables de forêts et de steppes et les montagnes de l’Oural.

La ville d’Orenbourg a été érigée à la fin du XVIIIème siècle pour défendre les frontières des invasions des nomades mais aussi développer le commerce avec les pays asiatiques. L’hiver, des convois chargés de sel et de poisson gelé étaient envoyés jusqu’à Moscou et Saint-Pétersbourg.

Contrairement à beaucoup d’autres villes en Russie, l’automne à Orenbourg est plutôt doux et les premières gelées n’arrivent que vers fin novembre. Un matin de novembre avec ses rayons de soleil qui se reflètent dans les toits du « Gostiny dvor » et de la synagogue et ses ruelles vides est un moment idéal pour partir à la découverte de cette ville.

Vous pourrez aisément faire le tour du centre historique à pied. Tout est concentré sur quatre rues piétonnes pavées. Même s’il ne reste plus grand-chose de son image d’avant la révolution, vous pourrez admirer la Cour aux canons en briques rouges, les résidences de Rytchkov et Timachev, étalons du début du classicisme, le bâtiment jaune de l’Hôpital militaire avec son grand parc.

Tous ces vestiges historiques datent du XVIIIème siècle, quand la ville venait d’être construite.

Le plâtre des moulures et l’acier des toits reluisent sous le soleil matinal. La plus grande partie du centre historique date du XIXème siècle : la forteresse  en brique de l’avant-poste militaire devenu Musée historique de la ville, la maison de l’Assemblée de la noblesse avec ses bas-reliefs classiques, l’impressionnant caravansérail avec son minaret octogonal en forme de yourte bachkire.

Orenbourg est une ville très cosmopolite. Plus de 119 nationalités y sont regroupées, presqu’autant qu’en Europe. Presque toutes les confessions y sont représentées : plus de 30 églises orthodoxes, une église catholique rénovée datant du XIXème siècle, 8 mosquées, une synagogue, des temples luthériens et même des églises adventistes du septième jour.

Église Nikolskaïa, principal lieu de culte de la ville. Crédit photo : Geophoto

Durant la Seconde Guerre mondiale, Orenbourg est devenu le point d’acheminement de l’équipement industriel et d’usines entières qui assuraient la fabrication des avions de chasse Yak et des missiles balistiques.

Après la guerre, beaucoup d’usines ont été recyclées pour produire des aspirateurs, couveuses, hachoirs à viande. Mais pour la Russie,  Orenbourg reste à jamais gravé dans les cœurs par la très populaire chanson Le châle d’Orenbourg.

Une fois à Orenbourg, profitez-en pour explorer les environs. À 70 km, se trouve la ville de Sol-Iletsk, à la frontière du Kazakhstan. La ville est connue pour être une station thermale prisée par les touristes russes et des pays voisins pour ses bains de sel et de boue.

La concentration en sel de ces eaux est comparable à la mer Rouge. Les bains de boue, au contraire, restent chauds toute l’année et même brulants à plus de deux mètres de profondeur.

Vous pourrez également vous rendre dans la ville d’Orsk en plein sur la frontière entre l’Europe et l’Asie. Sur la montagne Polkovnik, se trouvent les carrières du fameux jaspe multicolore, minéral qui contient toute la palette des couleurs, sauf le bleu.

On trouve des objets en jaspe multicolore au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, il a été utilisé pour sertir la chambre à coucher du tsar au Kremlin de Moscou et pour la construction de la station de métro moscovite Maïakovskaïa.

Pour les amateurs de nature et d’éco tourisme, visitez la Réserve naturelle d’Orenbourg, vous pourrez admirer aussi bien les sempiternelles montagnes de l’Oural, les plus anciennes au monde, que les étendues sans fin de la steppe russe.

Pour s’y rendre

Un vol Bruxelles-Orenbourg (via Moscou) coûte environ 500 euros et dure entre 9 et 12 heures. Le train Orenbourgie propose des départs quotidiens pour une durée de voyage de 24 heures au prix allant de 73 euros (réservation standard) à 198 euros (luxe).

Où se loger

Le Grand Hôtel propose des chambres confortables dans le centre historique. Le Centre de Spa La Vie de Château vous propose des chambres à 100 euros par jour.

Où se restaurer

Blinbourg est une crêperie russe traditionnelle, située dans la principale rue piétonne (rue Sovietskaïa, 23) et ouverte jusqu’à minuit. Le Café-Photo offre une décoration atypique : les murs du café sont décorés d’appareils photo anciens (rue Sovietskaïa, 44).

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.