Guide des meilleures escapades dans et autours de Sochi

Le mont Ahoun. Crédit photo : Alexei Maishev / Ria Novosti

Le mont Ahoun. Crédit photo : Alexei Maishev / Ria Novosti

Chutes d'eau, grottes, sources naturelles et forêts ancestrales : même en hiver, l'heure est aux excursions à Sochi.

Le mont Ahoun 

Ahoun est le point le plus élevé de la partie littorale de la ville. La montagne, entourée d'eau – rivières et Mer noire - est recouverte d'une épaisse forêt. Le mont Ahoun culmine à 663 mètres au dessus du niveau de la mer.

Autrefois, les amateurs de splendides panoramas y montaient à pied à l'aide d'un sentier. Ils se trouvèrent fort déçus quand de grands arbres commencèrent à obstruer la vue.

Cela changea du tout au tout quand, sur ordre de Joseph Staline en personne, on construisit une route sinueuse de onze kilomètres sur laquelle, dit-on, le leader soviétique aimait aller se promener. Un an plus tard, une grande tour d'observation fut érigée au sommet.

Près de 80 ans ont passé, mais l'excursion sur le mont Ahoun reste l'une des plus populaires à Sotchi. La tour est ouverte aux touristes toute l'année. A son pied, tout le monde est invité à goûter au vin fait maison, au thé à la russe avec du miel, ou bien encore aux chachliks de la région. 

Entrée de la tour : 2€, gratuit pour les enfants jusqu'à 10 ans.

Adresse : Khostinskii raïon, mont Ahoun, Sotchi. 

Le quartier de Khosta


Crédit photo :  Lori / Legion Media

A Sotchi, outre des immeubles staliniens, on trouve également quelque chose ayant survécu à la dernière glaciation : une forêt sub-tropicale. Dans le quartier de Khosta, un vestige unique de cette époque a été conservé : un bosquets d'if et de buis. Vous serez drôlement surpris de savoir comment on dit « buis » en russe.

Ici, même en été, sous les couronnes d'arbres centenaires, recouverts de lianes et de mousse, règne une étrange pénombre verdâtre où, mis à part de l'herbe et des arbustes, ne subsistent que des fougères.

Âgé déjà de plus de 1000 ans, un if de 30 mètres continue à vivre dans le bosquet, de même qu'un hêtre de 400 ans et un vieux saule pleureur. Deux itinéraires sont proposés dans le « jurassique parc » de Sotchi : le petit et le grand cercle.

Le premier se présente sous la forme d'un chemin bétonné de 1800 mètres avec boutiques et panneaux explicatifs. Le deuxième est une voie de cinq kilomètres traversant principalement un site rocheux. 

Prix des billets pour le petit cercle : adultes – 4€, enfants – 1€. Pour le grand cercle : adultes – 7€, enfants – 2€.

 Adresse : oulitsa Samchitovaya, paciolok Khosta, Sotchi

La gorge Navalichenskoé


Le canyon de la Porte du diable. Crédit photo : Lori / Legion Media

L'un des autres endroits de repos à l'écart de la ville et de son agitation est la célèbre gorge Navalichenskoé. Au milieu des roches pittoresques, la rivière torrentielle du Khosta a creusé une magnifique gorge longue d'un demi-kilomètre. On y trouve également un petit lac.

En été, les touristes y sont attirés par la fraîcheur de son eau et, en hiver, par ses incroyables nuances bleu-cristal. Une cascade de quatre mètres s'écoule un peu plus loin dans le canyon. De nombreux arbres centenaires, faits de buis, d'if, d'étendues de fines mousses et de lianes vigoureuses, finissent d'assurer la plénitude de ce cadre idéal.

On y tient un café proposant vins locaux, dolmas, côtelettes d'agneau, chachliks à la viande ou au poisson. Il y a de plus un bania russe avec fumée et veniki (branches séchées). Il est possible d'y passer la nuit dans un hôtel bon marché.

Dans le gorge se trouve un endroit nommé la « Porte du diable ». Cet endroit a reçu un nom menaçant à cause du comportement imprévisible de la rivière au moment des fortes pluies.  Lors des précipitations abondantes, le niveau augmente ici de trois mètres, ne laissant passer l'eau entre les pierres que par une étroite ouverture.

« Même le diable n'y glisserait pas son nez », comme disent les Russes. Le reste du temps, le canyon est calme et serein. Sur place, on compte également un lac, un bania, un restaurant doté d'une piste de danse à la musique entraînante, ainsi qu'un hôtel.

Il est possible d'y apporter ses propres produits et de les confier à des chefs qui, moyennant une petite rémunération, se chargeront de les cuisinier. « La porte du diable » est par ailleurs l'un des endroits préférés des amateurs de paintball.

« Gorge de Navalichena » (Navalichenskoé ouchélio), paciolok Khosta, Sotchi. Entrée : 2€.

Le « canyon de la Porte du diable » (Tchiortovi varota), à 5 km de Khosta, Sotchi. Prix du billet : adultes – 10€, enfants – 6€.

La Colline aux aigles


Crédit photo : Lori / Legion Media

La « Colline aux aigles » est une autre perle de Sotchi. D'une hauteur de 380 mètres, offrant une vue imprenable sur la Mer noire et le mont Ahoun, les arbres et les broussailles y surgissent directement d'entre les roches blanches. Les anciens affirment qu'autrefois y nichaient des aigles.

Il existe par ailleurs une curieuse légende au sujet d'un des héros de la Grèce antique : Prométhée. On raconte que c'est précisément à cet endroit, non loin de l'actuelle Sotchi, que les Titans l’enchaînèrent à une pierre pour avoir dérobé le feu aux dieux et l'avoir transmis aux hommes.

Ainsi, un aigle se rendait chaque jour auprès de Prométhée pour lui dévorer le foie. Une statue de Prométhée enchaîné se trouve au sommet des rochers.

Après avoir cassé la croûte et rempli ses réserves d'eau dans le café local, il est possible de descendre jusqu'aux chutes de l'Agura qui, même en hiver, constituent un très beau spectacle. Trois cascades se relaient une par une le long de la rivière. La chute d'eau inférieure se divise en deux jets qui tombent de 18 et 12 mètres.

La hauteur des cascades supérieure et du milieu atteint respectivement 21 et 23 mètres. On y trouve également le « fond du diable », un petit lac dans lequel se précipite une modeste chute d'eau de trois mètres. 

Adresse : quartier Staraya Matsesta, Khostinskii raïon, Sotchi

Les grottes de Vorontsov


Crédit photo : Lori / Legion Media

L'un des plus grands systèmes de grottes de Russie se trouve à proximité de Sotchi : les grottes de Vorontsov. Leur profondeur dépasse les onze kilomètres. Suite à des fouilles archéologiques, les chercheurs ont prouvé que des hommes préhistoriques avaient vécus dans ces grottes il y a 15 à 20 milles ans. Et encore bien avant cela, s'étendait ici le paléo-océan Thétys.

Aujourd'hui, les grottes de Vorontsov se divisent en trois parties principales reliées entre elles par d'étroits couloirs. Du fait de ses dimensions – 120 mètres de long sur 20 mètres de haut - la « grotte de Prométhée » attire particulièrement l'attention des visiteurs qui peuvent admirer aux murs et aux plafonds ses impressionnants blocs de calcaire, ses cours d'eau glacés, ainsi que ses stalagmites et ses stalactites.

Admirablement sculptée par la Nature, la salle Estradnii, ou Lioustrovii (« de l'estrade » ou « du lustre ») impressionne par l'esprit et la beauté qui y règnent. Les rochers y forment une sorte de scène, ainsi qu'une « orgue » où l'écho des gouttes d'eau a un son des plus étranges.

Le centre de la salle est surplombé par « un lustre », résultat d'un complexe amoncellement.

Adresse : le site géologique se trouve à 20km de Khosta. 

Coût du billet : 2€, gratuit pour les moins de 10 ans.

La « Clairière rouge »


Crédit photo : Lori / Legion Media

Un simple trajet en voiture entre Adler et la Krasnaya Poliana (la « Clairière rouge ») peut se révéler une aventure inoubliable. Une exploitation halieutique spécialisée dans la truite, connue par tous dans le kraï de Krasnodar, se trouve à seulement quelques kilomètres de l'aéroport.

On peut y pêcher à volonté ou bien y acheter des poissons encore vivants. La truite locale, agrémentée de différentes sauces, est cuisinée dans le restaurant « Canyon » adjacent à l'exploitation. La route longe ensuite la rivière Mzymta, la plus importante rivière de la région.

La gorge de l'Ahtsou. Crédit photo : Lori / Legion Media

Une plate-forme d'observation gratuite offre une vue fantastique sur la gorge de l'Ahtsou (un affluent de la Mzymta). On affirme que cette dernière donna l'inspiration aux concepteurs du stade olympique de Sotchi.

A cinq kilomètres du village Kepcha se trouve le « Coin de l'ours », connu pour ses sources d'eau minérale. Sur le chemin, on rencontre des ruchers où les voyageurs peuvent durant l'hiver goûter au miel ou bien se réchauffer à coups de petits verres d'alcool fort.

Tout le long du trajet, de nombreux cafés et restaurants caucasiens  attendent les visiteurs. 

La chute d'eau « Diévitchi slézi », du haut de ses 13 mètres, constitue une des autres attractions de l'endroit.

Adresses :

« La ferme de la Truite » : 45-a, oulitsa Fariélévaya, séla (village) Kazatchii Brod, Adlerskii raïon, Sotchi. Prix des billets : adultes – 4€, enfants de 7 à 14 ans – 1,5€, enfants de moins de 7 ans – gratuit. Prix de chaque kilo pêché : 8€.

Le Coin de l'ours (« Medviédjii Ougol' ») : 5, oulitsa Narzannaya, Tchijepce, Sotchi. 

Cascade « Diévitchi slézi » : gratuit en hiver. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies