Ingouchie : conseils pour voyageurs en terre inconnue

Les tours des Galgaï Source : lunatik38.livejournal.com

Les tours des Galgaï Source : lunatik38.livejournal.com

Le pays des Galgaï, du nom des populations locales, est la plus petite république de la Fédération de Russie. Cachée parmi ses voisins l'Ossétie du Nord, la Tchétchénie et la Géorgie, elle est apparue il y a à peine plus de vingt ans.

L'instabilité politique et économique que l'Ingouchie a traversée pendant les années 1990 a protégé sa beauté naturelle, restée pratiquement intacte. Ici, il n'y a pas de fastfood à la chaîne ou de centres commerciaux, d'autoroutes ou autres empreintes de la civilisation contemporaine. En revanche, l'Ingouchie abrite des monuments uniques, comme l'une des plus anciennes églises chrétiennes du territoire russe, ainsi que les tours des Galgaï, témoins silencieux de l'histoire complexe du Caucase du Nord, que les touristes du monde entier viennent admirer.      

Magas


Agrandir le plan

Magas s’élève sur le site de l'ancienne capitale de l'Alania, un État qui recouvre la partie principale du Caucase du Nord. La capitale existe en tant que telle depuis les années 2000. Comme toutes les villes récentes, elle cherche encore son identité. Cette ville chantier aux larges allées est propre, commode et sans danger.  

Il n'y a pas de quartiers anciens, ni de traces de la culture caucasienne. Les rues sont modernes, tous comme les bâtiments qui s’élancent vers le ciel. Les terrasses de café accueillent les passants. Le plus important reste les hôtels. Si vous êtes habitués au confort européen, vous pourrez jouir d'un hébergement de qualité dans les différents établissements récemment implantés dans Magas, notamment en séjournant à l'Artis Plaza.

Il n'y a pas encore assez d'hôtels en Ingouchie, les touristes commencent tout juste à visiter la région. L'année dernière, les visiteurs ne pouvaient séjourner qu'à Armkhi et à Nazran, dans le petit hôtel Assa. Les maisons d'hôte sont en plein développement.  

Islam

Source : lunatik38.livejournal.com

L'Islam est la religion principale de l'Ingouchie. La majorité de la population respecte les rites religieux. Voilà pourquoi se procurer de l'alcool dans les magasins locaux est peu vraisemblable. Il est cependant toujours possible pour les touristes de se procurer de la bière, du vin ou des spiritueux avant d’entreprendre leur périple vers Magas, Nazran ou les montagnes d'Ingouchie à Vladikavkaz, capitale de l'Ossétie du Nord où les mœurs sont plus souples. L'eau minérale Atchakoula accompagne donc la cuisine locale qui se compose de viande bouillie accompagnée de bouillon à l'ail et aux pâtes, de mouton, d’aromates, de légumes frais, de galettes et de fromage blanc caillé. Les Ingouches sont très fiers de leur eau puisée dans la région de Djeïrakh. Elle serait proche par ses vertus de l'eau de Vichy et des sources allemandes de Silésie. Cependant, les gens ne visitent pas le pays pour ses boissons !   

Les tours des Galgaï

Les tours construites par les anciens clans de la région constituent la principale attraction touristique de l'Ingouchie. Il y en aurait environ deux mille. Les plus intéressantes sont celles de Vovnouchki, Egipal, Leïmi, Ozdik et Khamkhi. Les touristes russes et étrangers se rendent dans la région pour observer ces tours perchées au gré des vallées ainsi que pour admirer les rudes et splendides montagnes du Caucase.   

Les tours Vovnouchki constituent la forteresse la plus célèbre. Elle a été en finale du concours visant à élire les Sept merveilles de Russie. La beauté silencieuse de ce lieu et des autres vestiges des ancêtres Galgaï restera gravée dans la mémoire de ceux qui ont pu poser leurs yeux dessus.

Les tours ont été défendues des invasions à travers les siècles par les habitants locaux. Elles étaient encore habitées il n'y a pas si longtemps. La déportation organisée par Staline en 1944 a entraîné leur désertion.  Des brigades de la police politique soviétique ont essayé de détruire les constructions Galgaï, mais l'ordre n'a finalement pas été exécuté. Les Ingouches restés dans les montagnes s'y sont opposés de leur mieux.  Grâce à la lutte menée par de nombreux héros de l'ombre, nous pouvons encore admirer ces étonnants monuments uniques au monde.  

Non loin des Vovnouchki s'élève l'église de Tkhaba Erdy, l'une des plus anciennes églises du territoire russe, datant du VIII-IXe siècle.

Cependant, il n'y a  pas que ces vestiges qui valent le déplacement en Ingouchie. Depuis cet hiver, la première station de ski fonctionne dans la région d'Armkhi. Bien sûr, Armkhi ne rivalise pas avec Courchevel et l'Ingouchie n'est pas la France, mais ce n'est qu'un début ! Le pays des Galdaï se transforme pas à pas en région touristique.  

Les routes

Source : lunatik38.livejournal.com

La nouvelle route ingouche est constituée de terre. L'ancienne route ossète est en asphalte. Les deux sont de bonne qualité et bien entretenues par les gardes-frontières. En empruntant la chaussée d'asphalte depuis Vladikavkaz, on peut atteindre rapidement l'Ouest de la région montagneuse de l'Ingouchie et les pays de Djeïrakh, Armkhi jusqu'à Nijni Khouli. Depuis là-bas, une route de terre conduit aux principales curiosités dont Egipal, Targim, la forteresse des Vovnouchki et l'église de Tkhaba-Erdy. Cette route relie la partie montagneuse à Nazran et Magaz. Ainsi, pour admirer les monuments de l'Est de la région de Djeïrakh, il vaut mieux arriver par le côté ingouche.

Au printemps, la route vers la forteresse est parfois inondée par les rivières et donc inaccessible. Les derniers kilomètres s'effectuent à pieds. La dernière partie de la route se faufile entre les étroites arêtes de pierre, le long de la rivière. Soyez vigilants.

Informations importantes : Contrôle des passeports

La région montagneuse de l'Ingouchie présente une zone frontalière avec la Tchétchénie et la Géorgie. Les voyageurs étrangers doivent obligatoirement présenter des autorisations particulières qu’ils peuvent obtenir en s'adressant au comité touristique de la république. Voilà pourquoi il faut absolument planifier son voyage à l'avance.  Il est d’ailleurs question de lever cette obligation, ce qui dépendra bien entendu du nombre de touristes qui viendront en Ingouchie.

Comment s'y rendre ?

Il existe plusieurs moyens pour atteindre Magas ou Nazran. En train, il est possible de parcourir le trajet depuis Moscou bien qu'il dure presque 36 heures. Le plus rapide reste évidemment d'opter pour l'avion.  La compagnie aérienne Utair dessert quotidiennement l'Ingouchie depuis l'aéroport moscovite de Vnoukovo. Le vol dure deux heures trente et le billet coûte approximativement 200 euros. Il est également possible de passer par Grozny, la capitale de la Tchétchénie. Il reste alors quelques heures à parcourir en bus.  

La guerre qui a ravagé ces terres appartient désormais au passé. En témoignent les rares points de contrôle et l'inscription « Pistolets interdits » sur les bâtiments publics.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.