Des « îles aux trésors » dans l'Extrême-Orient russe

Crédit : Vassili Avtchenko

Crédit : Vassili Avtchenko

Vladivostok est située sur une péninsule qui s'étend sur un chapelet d'îles : Rousski, Popova, Reïneke, Rikorda et des plus petites. Toutes font partie de l'archipel de l'impératrice Evguenia. Ce nom a été inventé dans les années 1850, avant la création de Vladivostok, par les Français qui furent les premiers à positionner l'île sur une carte.

Voyage à travers les forts soviétiques sur l'île Rousski

Le pont de l'île Rousski. Crédit : Vassili Avtchenko

La plus grande et la plus proche des côtes de Vladivostok parmi les îles extrême-orientales est l'île Rousski, qui depuis 2012 est reliée au continent par un pont. Entre Vladivostok et Rousski se tient le détroit de Bosphore oriental, nommé d'après le Bosphore turc. C'est une île forestière d'une superficie d'environ 100 km² qui recouvre par chance Vladivostok au sud, c'est pourquoi après l'arrivée des Russes dans le Primorié c'est devenu une partie de a forteresse de Vladivostok, des forts et batteries ont été répartis sur de vastes zones. A l'époque soviétique, l'île possédait un grand nombre d'unités militaires, et même les habitants de Vladivostok (à l'époque une ville close) devait avoir un laissez-passer spécial pour visiter l'île.

Aujourd'hui, sur le site de la caserne, des corpus d'Extrême-Orient de l'Université fédérale ont été construits. Le nouveau campus, comme le pont sur le marché russe, a été construit en 2012 à l'initiative de Vladimir Poutine. C'est ici que le sommet de l'APEC eut lieu, et l'île commence désormais le cycle universitaire, les étudiants et professeurs se déplacent de la partie continentale jusqu'ici dans la baie de l'Ayaks. Sur l'île de Rousski, de 20 à 30 km d'asphalte ont été posés, les autres routes ne sont toujours pas bitumées. Ici et là, on traverse les ruines des casernes impériales et soviétiques, les collines opposées offrent un réseau souterrain de communications. Outre l'université, l'île dispose désormais du plus grand aquarium de Russie. La popularité de l'île bénéficie également au musée de la Batterie Vorochilov, une tourelle énorme de calibre de 305 mm du cuirassé Poltava, établie par les Russes dans les années 1930 afin de pouvoir repousser une potentielle invasion japonaise. Elle est restée en service jusqu'en 1997. Sous les tours, plusieurs étages du donjon, sont aussi ouverts au public.

la Batterie Vorochilov sur l'île Rousski. Crédit : Vassili Avtchenko

Sur l'île, on compte de nombreuses criques pittoresques où les habitants se baignent et où l'on pêche le poisson. Mais l'île de Rousski est encore mal maîtrisée. A l'exception du campus de l'Université et de plusieurs petites villes, le territoire reste encore semi-sauvage : la taïga, les montagnes, les vieilles routes militaires, rappellent parfois un grand terrain de chasse. A long terme, comme le disent les autorités locales, l'île deviendra un quartier à part entière de Vladivostok, du type de Cronstadt ou de Manhattan.

Vacances à la plage sur les îles de Popov et Reïneke

Par delà l'île de Rousski se trouvent les îles de Popov et de Reïneke, où, pendant la période de navigation (du printemps à l'automne) on peut se rendre régulièrement par des bâteaux à vapeur (les horaires sur pereprava.su). Elles sont moins peuplées par les hommes et deviennent plus fréquentées seulement l'été, pendant la saison de la plage. Sur l'île de Popov, le musée de la marine est ouvert au public. Sur Reïneke on peut trouver les ruines des casernes, qui, dans les années 1980, ont croisé le destin d'Ilya Lagourenko, une star du rock originaire de Vladivostok et leader du groupe de rock russe Moumi Troll. Popov et Reïneke abondent de belles plages, la mer est propre et chaude de juin à septembre. Encore plus pittoresque du point du vue du repos à la mer, on compte l'île de Rikorda, mais avec elle il n'existe pas de communication régulière (vous pouvez cependant louer un bateau avec l'aide du site local farpost.ru). Il est encore plus difficile de se rendre sur l'île de Furugelm, l'île la plus méridionale de la Russie comprise dans les limites de la réserve naturelle marine.

Champ de lotus sur l'île Poutyanine

A l'est de Vladivostok on trouve d'autres îles dont les plus grandes sont Poutyatine et Askold. Environ un millier de personnes résident désormais sur Poutyanine. Au tournant des XIXe et XXe siècles, on trouvait des usines de brique et de porcelaine d'Extrême-Orient du célèbre homme d'affaires Alexeï Startsev (de nombreux bâtiments à Vladivostok sont faits des briques de Startsev). L'île comprend même encore un chemin de fer hippomobile. A l'époque soviétique un sovkhoz de fabrication de fourrure et une usine de transformation de poisson étaient en activité. Aujourd'hui Poutyanine fait partie des destinations touristiques les plus populaires. Le point culminant de l'île est le lac Goussinoïe, où pousse le lotus rouge de Komarov, une magnifique fleur symbole du bouddhisme. Bien que l'île s'inscrive dans les limites administratives de la ville militaire fermée de Fokino, l'accès à Poutyanine n'est pas limité et un ferry s'y rend depuis la localité de Dounaï.

Un phare et des cerfs sauvages sur l'île d'Askold

Il est plus difficile de se rendre sur l'île en forme de fer à cheval d'Askold au large de Poutyanine. Cette île possède une riche histoire. C'est là qu'en 1868, un conflit éclata entre les autorités russes et les Chinois qui extrayaient illégalement de l'or. Cet incident déclencha ce qu'on appela la « guerre de Manzo » (Manzo était le nom donné à la localité par les Chinois locaux). Pour éradiquer les voleurs chinois qui ont brûlé plusieurs villages russes, l'armée régulière a été mobilisée. A l'époque soviétique, Askold était une ville militaire avec des écoles et des hôpitaux, mais elle est maintenant pratiquement inhabitée, il ne reste qu'un phare et des cerfs sauvages dans les forêts de l'île.

Légendes de chamans et réserves naturelles sur l'île de Petrov

l'île de Petrov Crédit : Vassili Avtchenko

L'une des îles les plus légendaires est sans nul doute celle de Petrov, située au large de la côte est de Primorié près du village de Kievka, à 200 km environ de Vladivostok via les contreforts méridionaux de Sikhote-Aline. Elle entre dans la zone de réserve naturelle de Lazovski, c'est pourquoi il faut s'organiser auparavant avec l'administration de la réserve naturelle qui fournira un bateau à moteur pour l'occasion. L'île de Petrov regorge de curiosités : les remparts, les restes du royaume de Balhae, des bosquets d'ifs uniques par leur densité. Avec ses arbres, ses pierres, les autochtones de l'île sont liés à de nombreuses croyances mystiques : le visage d'un chaman apparaît soudain d'une écorce d'arbre, une eau de source aide à la fertilité des femmes, et les arbres sont courbés sous la forme d'un caractère chinois signifiant « l'éternité ». On dit que sur l'île les montres mécaniques s'arrêtent soudainement sans aucune raison et les téléphones mobiles s'éteignent soudainement.

A Vladivostok même, on compte nombre de petites îles, notamment l'île des Oreilles d'âne (sous un autre angle, on reconnaît la forme d'un navire en train de couler). Skrypliova est, quant à elle, l'île du plus ancien phare de la région. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les femmes y étaient aux commandes des batteries anti-aériennes. L'île de Korvijka rappelle une énorme carcasse de baleine. Avec chacune de ces îles, les habitants sont liés à de nombreuses histoires dans lesquelles il est aujourd'hui difficile de séparer l'histoire du mythe. Ces petites îles peuvent être facilement visitées en bateau à voile ou à moteur.

Où aller voyager en Russie ? Découvrez notre rubrique Tourisme

 

 

Cet article vous a intéressé ? Nous attendons vos questions et réactions ci-dessous ou sur notre page Facebook.


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.