Une croisière ferroviaire à perdre le Nord

Le seul moyen de transport accessible au large public est le chemin de fer qui traverse toute la république de Komi du Nord au Sud. Crédit : Anton Agarkov

Le seul moyen de transport accessible au large public est le chemin de fer qui traverse toute la république de Komi du Nord au Sud. Crédit : Anton Agarkov

La croisière en train jusqu’à Vorkouta, ville située au nord du cercle polaire, où était situé l’un des plus grands camps du goulag, offre aux touristes la possibilité de contempler les régions russes situées au nord du cercle polaire à partir d’un confortable hôtel sur roues.

Des compartiments à deux lits avec sanitaires, poste de télévision, prise électrique, air conditionné et Internet sans fil sont à la disposition des touristes. La croisière en train commence à Syktyvkar, capitale de la République de Komi, et prend fin à Vorkouta. À la différence des trains ordinaires, « Lumière du Nord » attend que tous les passagers soient montés à bord. Les touristes font le tour de la ville, visitent ses curiosités en compagnie d’un guide, puis reviennent tranquillement rejoindre leur train. Comme sur une croisière fluviale, mais par chemin de fer.

Le trajet en avion de Moscou à Syktyvkar dure à peine deux heures. L’aventure commence à l’arrivée. L’époque où les hélicoptères remplissaient les fonctions d’autocar dans la république de Komi est révolue depuis longtemps. De nos jours, la location d’un hélicoptère pour une heure de vol coûte environ 100 000 roubles, un plaisir très cher pour un public très cossu. Les routes de Komi ont remporté le titre peu honorifique de plus mauvaises routes de Russie. Il en résulte que le seul moyen de transport accessible au large public est le chemin de fer qui traverse toute la république du Nord au Sud.

Les trains sont réglés comme des montres suisses. Ils relient les principaux points de curiosité de la république, où les touristes peuvent ensuite prendre un autocar, un véhicule tout terrain, un autobus ou un hélicoptère. Dans ce réseau de transport, le train de tourisme est devenu un élément clé.

La république de Komi est célèbre avant tout pour ces sites naturels, tels que le plateau partiellement inaccessible de Manpupuner. Mais la voie du train « Lumière du Nord » va encore plus loin et plus haut, jusqu’aux montagnes de l’Oural polaire. Le train pousse un dernier soupir en s’arrêtant à la gare d’Inta. Les passagers sont priés de quitter les wagons.

République de Komi. Un camion traverse la rivière Balbaniou. Crédit : Anton Agarkov

Ils montent alors à bord du camion Oural, secoué par la route creusée par les roues des tout-terrains. La taïga est partout, seuls les tout-terrains peuvent passer par ici. La taïga se raréfie progressivement : elle est remplacée par un mélange de forêt et de toundra et, encore plus au nord, par la toundra. Puis par des bosquets de chicouté, des amoncellements de rochers, et les lames d’argent des rivières de montagne qui traversent l’aride paysage nordique. Ce n’est qu’une petite partie du parc national Yugyd-Va, le plus grand de Russie.

Le parc national Yugyd-Va, le plus grand de Russie. Crédit : Anton Agarkov

Le paysage est sévère et d’une beauté inhumaine : les gens n’ont pas réussi à apprivoiser la nature de l’Oural polaire. Les moustiques du coin sont capables ici de boire en quelques heures tout le sang d’un wapiti. Le temps change trois fois par jour et, au mois de juin, peut tomber une neige dans laquelle on s’enfonce jusqu’à la taille.

Le problème de l’accessibilité est résolu dans la république de Komi grâce à ce camion Oural, qui conduit les ouvriers et les touristes jusqu’à la base Zhelannoe par une route cahoteuse. D’ailleurs, pour la nature vierge de Komi, même cette route est comme une autoroute. À part les camions, on propose aux visiteurs de faire une promenade dans le paysage environnant en dehors de la route dans un véhicule tout-terrain possédant des roues de la taille d’un homme.

Dans une mine de quartz. Crédit : Anton Agarkov

Lors des arrêts dans la zone subpolaire et celle au nord du cercle polaire, on peut visiter le pied des montagnes, les rivières et les lacs, les étendues de moraines et les champs de pivoines en fleurs. On découvre aussi le Parc national Yugyd-Va sur les lieux de stationnement des nomades-éleveurs de rennes, on goûte la soupe lapone, on se fait une idée de la taïga et on visite les musées de Vorkutlag.

Le train « Lumière du Nord » devrait être prochainement transformé en un itinéraire ferroviaire interrégional portant le nom de « Nord de la Russie » qui traversera des sites naturels et architecturaux uniques en leur genre, inscrits à la liste russe du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les touristes russes et étrangers partant de Moscou pourront traverser en train les régions de Moscou, Iaroslavl, Arkhangelsk et Vologda, puis se rendre dans la république de Komi.

Initialement publié en russe par strana.ru

Pour un supplément d’informations, visitez : http://www.vertastour.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.