Les légumes combattent les déchets toxiques et «guérissent» les sols, selon des scientifiques russes

Getty Images
Les déchets végétaux organiques peuvent lutter contre la contamination des sols grâce à une nouvelle méthode qui neutralise les métaux lourds et aide le sol à se guérir lui-même.

Les métaux lourds, tels que le fer, le zinc, le nickel et le mercure, sont fréquemment présents dans le sol, ce qui met en danger la santé des plantes et des animaux.

Les scientifiques du Centre Skoltech pour la science et l'ingénierie informatiques et de données (CDISE) de Moscou et l'Université tchèque des sciences de la vie de Prague disposent d'une nouvelle technologie capable de nettoyer les sols contaminés par des déchets toxiques.

Les humains ont modifié le cycle naturel de certains métaux lourds, et il ne s'agit pas seulement de la pollution provenant de l'activité industrielle. Les métaux s'infiltrent également dans le sol lors de la combustion des combustibles fossiles, avec les eaux usées et les gaz d'échappement. Si leurs particules sont en suspension dans l'air, elles peuvent rester dans l'atmosphère et propager le problème dans de vastes zones.

Lire aussi : Prise de conscience: les Russes sont-ils prêts à trier et recycler leurs déchets?

Un nouvel agent de nettoyage à base de déchets végétaux peut neutraliser de manière significative les métaux lourds, aidant le biome du sol à se réparer lui-même et à créer un environnement plus sain pour les organismes dans le sol. Les scientifiques ont également déterminé la concentration de l'agent nécessaire pour « guérir le sol ».

« La recherche des agents d'assainissement les plus efficaces est une question brûlante dans le monde en raison de l'expansion continue des zones contaminées par les métaux lourds », a déclaré Skoltech dans un communiqué.

Selon les chercheurs, l'une des technologies d'assainissement les plus sûres et les plus abordables consiste à appliquer des substances naturelles contenant du carbone qui absorbent les métaux lourds, aidant la communauté microbienne du sol à se rétablir.

Les scientifiques ont étudié trois types de substances peu coûteuses et largement disponibles telles que le biochar, ou charbon spécifiquement traité, une substance qui se forme à la suite de la décomposition des protéines et des cendres.

Lire aussi : Le lac Karatchaï, un endroit plus dangereux que Tchernobyl

Au cours des expériences qui ont duré 60 jours, les chercheurs ont examiné comment différentes quantités de ces substances influençaient les caractéristiques chimiques, biologiques et toxicologiques des sols contaminés par des métaux lourds.

En conséquence, ils ont sélectionné un agent issu de déchets végétaux capable de neutraliser l'effet toxique des métaux lourds et d'améliorer l'écosystème du sol.

« À notre avis, les substances humiques sont les plus prometteuses, car leur effet positif sur le sol est confirmé par l'ensemble des indicateurs étudiés. La recherche dans cette direction sera poursuivie », a déclaré Maria Poukaltchik, chercheuse chez Skoltech.

Les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue Chemosphere.

En Russie, l’un des lieux symboliques de la problématique environnementale est Norilsk, l’une des villes les plus polluées au monde. Russia Beyond vous en dresse le portrait dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies