Un cabriolet de parade complétera le projet Kortej destiné à l'élite politique russe

Maksim Koloskov/autonews.ru
Dans le cadre du projet Kortej, qui prévoit la construction de différents véhicules destinés à l’élite politique de Russie, un cabriolet de parade est à l’étude.

La gamme de voitures du projet Kortej, qui prévoit d’ores et déjà la construction de limousines, de berlines, de SUV ou encore de minivans, sera complétée par un cabriolet, a informé le portail automobile en ligneAutonews.ru.

A ainsi été présenté un premier aperçu du véhicule, s’inscrivant parfaitement dans la lignée des berlines du projet. S’il est avant tout voué à transporter les dirigeants du pays lors de parades militaires et d’autres événements de grande envergure, il n’est pas exclu que ce cabriolet puisse par la suite être mis en libre circulation.

Lire aussi : Poutine dévoile la nouvelle moto du convoi présidentiel

Il a par ailleurs été annoncé que les concepteurs n’en sont encore qu’au stade des esquisses, tandis que les fabricants s’occupent de choisir le fournisseur de la capote amovible.

Le projet Kortej a vu le jour il y a trois ans. Le ministère de l’Industrie et du Commerce avait alors pris l’initiative d’entreprendre l’élaboration d’une série entière d’automobiles à destination de l’élite politique du pays. C’est l’Institut national d’étude des automobiles et des moteurs NAMI, à Moscou, qui a ainsi été sélectionné pour être en charge de la conception des différents modèles

Si 300 véhicules devraient dans un premier temps sortir d’usine, le ministère espère atteindre le nombre de 5 000 sur 5 ans et devrait accorder aux principaux constructeurs nationaux le droit de les assembler.

Selon les informations ayant été dévoilées, ces automobiles premium devraient être commercialisées sous la marque Aurus, un mélange d’« aurum » (« or » en latin) et Russia (« Russie » en latin également).

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer