Kaspersky lance dans le monde entier un antivirus gratuit

AP
​La sortie du logiciel gratuit développé par la compagnie russe Kaspersky Lab sera mondiale. Kaspersky Free est d'ailleurs d'ores et déjà disponible aux États-Unis, au Canada et dans d'autres pays de la région Asie-Pacifique.

Vous désirez une protection de premier rang sans dépenser le moindre kopek mais pensez que c'est impossible ? Nous avons d'excellentes nouvelles pour vous : la compagnie Kaspersky Lab, dont le siège se situe à Moscou, a annoncé la sortie mondiale d'un nouvel antivirus totalement gratuit ! Le 25 juillet, à l'occasion du 20e anniversaire de l'entreprise, le produit a été officiellement lancé.

Basé sur les mêmes technologies que ses équivalents payants, ce programme offre néanmoins uniquement les services indispensables : protection antivirus pour les fichiers, courriels et Internet, mises à jour automatiques et quarantaine pour les fichiers infectés. En d'autres termes, l'arsenal idéal pour une navigation en ligne pratique et sécurisée, considère la compagnie.

« Il y a beaucoup d'utilisateurs qui n'ont pas les 50 dollars à dépenser pour une protection premium ; par conséquent ils installent les logiciels gratuits traditionnels (qui comptent plus de trous que le gruyère, par lesquels peuvent se glisser les malwares), voire même se reposer sur Windows Defender (Mon dieu !) », a communiqué Evgueni Kasperski, directeur de l'entreprise.

Plus important encore, Kaspersky Free « n'est pas une démo avec tout le non-sens habituel comme les contenus à orientation publicitaire, le pistage des habitudes des utilisateurs et les violations de confidentialité, dont les antivirus gratuits souffrent énormément dans le but de les rendre rentables pour leurs développeurs », a-t-il ajouté.

La version pilote du logiciel a été testée avec succès durant un an dans la région Russie-Ukraine-Biélorussie, en Chine, Norvège, Suède, Finlande et dans d'autres pays nordiques. La compagnie espère voir Kaspersky Free sortir en Inde, à Hong Kong, au Proche-Orient, en Afrique, en Turquie et en Amérique Latine en septembre prochain. L'Europe, le Japon et la Corée du Sud devront quant à eux attendre octobre tandis que le Vietnam et la Thaïlande devront patienter jusqu'à novembre.

Lire aussi : 

Télémédecine: Servier lorgne les startups russes

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.