Un quart des Russes masquent la webcam de leur ordinateur

Sergei Savostyanov / TASS
Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a récemment publié une photo où la webcam de son ordinateur est recouverte d’un morceau d’adhésif. Près de 23% des Russes questionnés par la société de logiciels antivirus Kaspersky ont avoué en faire de même. Faut-il vraiment s’inquiéter ? De telles méthodes sont-elles efficaces ?

Les Russes aiment à dire en plaisantant qu’il n’existe pas de problème technique que l’on ne peut pas régler avec du scotch. Or, dans le monde moderne, le scotch est même capable de garantir… notre sécurité.

Selon un sondage réalisé par la société russe Kaspersky Lab proposant des outils de sécurité informatique, 23% des Russes masquent avec un adhésif la webcam de leur ordinateur portable. Les experts estiment qu’il existe plusieurs raisons à ce comportement.

Premièrement, nombreux sont ceux qui redoutent une prise de contrôle de leur ordinateur par les structures de l’Etat. Les idées sur des services secrets qui contrôleraient la Toile se sont profondément ancrées après l’histoire d’Edward Snowden, l’ex-agent de la CIA réfugié en Russie qui a révélé les pratiques d’espionnage mondial du renseignement américain.

« J’ai appris par les réseaux sociaux qu’avec l’arrivée de Windows 10, Microsoft suivrait de près les utilisateurs », raconte Andreï Fadeïev, l’un des milliers d’étudiants qui ont recouvert leur webcam d’un morceau de ruban adhésif.

Deuxièmement, personne ne veut qu’un hacker l’espionne via sa webcam. Or, un ordinateur peut même être piraté même par des « script kiddie », ces néophytes utilisant des programmes mis au point par d’autres.

Il y a plusieurs mois, une nouvelle assez alarmante a envahi le net : un hacker anonyme a transformé l’observation par webcam en jeu. Ayant eu accès à la webcam intégrée de plusieurs ordinateurs, il publiait sur le net des vidéos cruelles. Ainsi, il prend le contrôle d’un ordinateur, y ouvre des sites provocateurs et enclenche la webcam. Lui et ses « collègues » s’amusent à observer ceux qu’ils appellent leurs « esclaves », qui tentent en vain de comprendre la raison de la soudaine ouverture d’un site porno.

Le scotch fait-il des miracles ?

Mais le scotch est-il vraiment une panacée ? Oui et non. Bien sûr, si l’on recouvre la caméra d’une pastille, le hacker n’aura aucune chance de nous voir.

Toutefois, s’il a réussi à faire fonctionner la webcam sur un ordinateur, cela signifie qu’il a accès à des choses bien plus importantes. Car c’est par l’intermédiaire d’ordinateur que l’on entre dans sa banque, que l’on introduit les données de ses cartes de crédit et que l’on stocke des photos personnelles et des documents scannés.

« Et, à mon avis, c’est une raison bien plus sérieuse de s’inquiéter que la probabilité de voir sur Internet une photo où l’on se cure le nez devant l’ordinateur, estime Danila Sentiabov, chef des projets ayant trait sécurité informatique. En tout cas, à proximité immédiate de tout matériel informatique, il vaut mieux s’habituer à faire et dire uniquement ce qu’on est prêt à faire et dire lors d’une émission télévisée ».

Les experts soulignent qu’une simple pastille sur la webcam ne suffit pas. « Il est bien plus important d’utiliser des antivirus (car la plupart des cas de piratage sont liés à une infection de l’ordinateur), de rénover les logiciels et de gérer tous les identifiants de connexion », indique M. Sentiabov.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.