Le Nobel de physique 2015 remis pour une découverte soviétique ?

Des scientifiques regardent les résultats d'une expérience à l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) à Meyrin, Swisse.

Des scientifiques regardent les résultats d'une expérience à l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) à Meyrin, Swisse.

EPA
Le prix Nobel de physique a été attribué la semaine dernière à Takaaki Kajita et Arthur B. McDonald pour leurs travaux sur l'oscillation et la masse des neutrinos. Or, le scientifique soviétique Alexeï Smirnov a étudié ces particules élémentaires il y a trente ans.

Takaaki Kajita et Arthur B. McDonald ont découvert que les neutrinos avaient une masse non nulle. L’expérience a pu être visualisée grâce aux effets théoriques obtenus par des physiciens soviétiques il y a près de trente ans.

L’un des effets observés par Takaaki Kajita a été proposé par le physicien soviéto-italien Bruno Pontecorvo. Un autre, baptisé MSW, a été découvert notamment par Alexeï Smirnov, qui fut chercheur à l’Institut des études nucléaires de l’Académie des sciences. Il a été nominé pour le prix Nobel dans les années 1980, mais ne l’a pas reçu. Toutefois, c’est en son honneur que l’effet étudié par Arthur B. McDonald a eu son appellation, MSW.

L’effet MSW est un mécanisme expliquant les oscillations qui convertissent les trois espèces de neutrinos connues les unes dans les autres et qui dépendent de la densité du milieu traversé. Les physiciens soviétiques Alexeï Smirnov et Stanislav Mikheïev ont étudié l’effet en 1986 sur la base des travaux de l’Américain Lincoln Wolfenstein qui l’avait prédit en 1978. Ainsi, le phénomène tient son appellation des premières lettres des noms des trois scientifiques : Mikheïev, Smirnov et Wolfenstein.

A l’heure actuelle, Stanislav Mikheïev et Lincoln Wolfenstein sont décédés. Alexeï Smirnov travaille depuis 1992 au Centre international de physique théorique (ICTP) en Italie, ainsi qu’à l’Institut Max Planck d’astronomie à Heidelberg en Allemagne. Pour ses études théoriques du neutrino réalisées en Russie, le professeur s’est vu attribuer plusieurs distinctions, notamment le Prix Pontecorvo (Russie) et le Prix Sakurai (Etats-Unis), ce qui fait qu’il ne se sent pas oublié, d’après son expression.

Alekseï Smirnov Crédit : EPA

« Moi, je suis théoricien, a déclaré Alexeï Smirnov à RBTH. Or, le prix a été remis exclusivement pour des travaux d’expérimentation et j’estime que c’est absolument juste. Je connais les deux détenteurs (du prix Nobel) et j’admire le travail qu’ils ont réalisé. Qui plus est, j’ai proposé moi-même leurs candidatures à la remise du prix il y a plusieurs années. Il reste à savoir s’il faut récompenser pour les activités dans ce domaine les théoriciens qui ont été les premiers à découvrir la masse non nulle du neutrino… »

Le Comité Nobel a cité la contribution des théoriciens russes à l’étude du neutrino dans la description des travaux de Takaaki Kajita et Arthur B. McDonald.

Toujours d’après Alexeï Smirnov, les études du neutrino aideront à l’avenir à réaliser une tomographie de la Terre pour étudier son sous-sol et comprendre la structure de l’Univers.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.