Salon aérospatial Maks : quoi de neuf à l’horizon ?

Le chasseur SU-30 SM lors d'un vol d'entraînement à la l'aérodrome de la base aérienne de Domna.

Le chasseur SU-30 SM lors d'un vol d'entraînement à la l'aérodrome de la base aérienne de Domna.

RIA Novosti/Evgueni Epatchintsev
Le Salon international aérospatial de Moscou (Maks) débutera le 25 août à Joukovski (région de Moscou). Durant ses vingt-deux ans d’existence, il s’est imposé comme une vaste plateforme de développement de la coopération internationale dans l’aéronautique et un show présentant les dernières réalisations du secteur. Cette année, le Maks réunira quarante pays. Il ne prévoit pas la démonstration d’un grand nombre de nouveautés, mais, comme toute exposition du genre, il réservera quelques surprises. RBTH a trouvé cinq nouveautés russes qui seront montrées au public pour la première fois.

Le chasseur Soukhoï Su-30SMde l’aviation embarquée

Le Su-30SM est un chasseur polyvalent extrêmement manœuvrable conçu dans la lignée des avions de combat Su-30MK. Le chasseur est doté d’un radar réseau à commande de phases, de moteurs à commande du vecteur poussée et d’un empennage horizontal à l’avant. Il porte également des missiles modernes de haute précision air-air et air-surface. D’ici 2020, les forces aéronavales disposeront de plus de cinquante chasseurs Su-30SM.

Le Kamov Ka-52K

Crédit : Sergueï Ptitchkine/RG

L’héritier du célèbre Kamov Ka-50 Requin noir, le Ka-52 Alligator, doté de rotors contrarotatifs, sera présenté dans sa version aviation embarquée. Pour pouvoir prendre place sur un navire, les appareils sont munis de rotors pliants. Cet hélicoptère, unique en son genre, est capable de réaliser des missions de jour comme de nuit, dans des conditions météo difficiles, tandis que son avionique sophistiquée et son radar lui permettent d’utiliser des missiles guidés X-35B, ce qui en fait la terreur des navires.

Tchirok

Crédit : RIA Novosti/Vladimir Fedorenko

L’une des nouveautés les plus attendues du Salon sera le drone Tchirok (Sarcelle). Sa conception innovante, notamment son train d’atterrissage à coussin d’air, lui permet de décoller et d’atterrir sur n’importe quel terrain. Trait inattendu : un cockpit biplace occupe la plus grande partie de l’appareil. Toutefois, le site de la société de matériels hautement technologiques Rostec précise que « le drone peut être exploité en régime non seulement télécommandé, mais également piloté, par exemple, pour transporter des ouvriers dans des régions difficilement accessibles ».

Laboratoire volant pour hélicoptère à grande vitesse

Crédit : Vitaly Kuzmin/Wikipedia.org

Le Salon présentera pour la première fois le modèle du laboratoire volant pour hélicoptère à grande vitesse. Le laboratoire a été conçu pour réaliser des études scientifiques et des essais visant à améliorer les performances techniques des hélicoptères développant des vitesses atteignant 450 km/h. Il permettra de tester en conditions de vol réel différents éléments de l’appareil, notamment ses équipements. Il s’agit d’un hélicoptère prometteur à double vocation destiné à remplacer les Mil Mi-8 (Mi-17). L’appareil transportera entre 21 et 24 personnes à une vitesse de 450 km/h.

Monoplan TR-301 : l’Antonov An-2 ressuscité

Crédit : Anton Petrov

Après la chute de l’Union soviétique, la Russie est restée sans aviation légère. Aujourd’hui, les spécialistes modernisent et dotent de nouveaux moteurs les avions Antonov An-2 hérités de l’époque soviétique. Le monoplan TR-301 est une version modernisée de l’An-2 réalisée par la société privée Tekhnoregion. Les concepteurs de l’appareil affirment que leur avion est plus léger que l’An-2 de 450 kg (les dimensions et la charge utile demeurent inchangées), qu’il consomme moins et qu’il revient moins cher que ses « homologues » étrangers.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.