Les robots russes débarquent à Lyon

Les robots japonais Pepper et russe Promobot (à droite) "inaugurent" l'exposition INNOROBO 2015. Crédit : Skolkovo Robotics Center

Les robots japonais Pepper et russe Promobot (à droite) "inaugurent" l'exposition INNOROBO 2015. Crédit : Skolkovo Robotics Center

Plusieurs projets russes de pointe ont été présentés au salon de la robotique INNOROBO 2015, qui se tient du 1er au 3 juillet à Lyon.

Cette année, plusieurs innovations russes ont participé à l’un des plus importants salons de la robotique d’Europe. « La robotique russe a une longue histoire qui remonte à avant la Seconde Guerre mondiale », indique Albert Efimov, directeur du centre de robotique Skolkovo, qui a organisé le voyage à Lyon. « L’accès de la robotique moderne à une plateforme d’envergure mondiale est un événement important ».

ExoAtlet : lève-toi et marche

Crédit : service de presse

Chaque projet présenté à INNOROBO 2015 a sa propre spécificité. ExoAtlet est, sans conteste, l’un des projets les plus connus sur le marché russe. C’est une carcasse mécanique médicale qui se fixe sur les jambes d’une personne, vérifie sa biomécanique et améliore sa force physique. Il permet aux handicapés de se déplacer de manière autonome. La commercialisation d’ExoAtlet devrait débuter dès 2016. 

Promobot : à la conquête des clients

Promobot est un assistant robot universel conçu pour les lieux de grande affluence. Il peut aider à la navigation, mais son objectif principal est d’attirer des clients pour les détaillants. Le robot a participé à de nombreux salons à l’étranger, notamment au Future en Seine à Paris, où il recherchait des partenaires capables d’apprendre à l’appareil de parler le français. « Innorobo ouvre de nouveaux horizons pour notre société », explique Oleg Krivokourtsev, fondateur de Promobot.

Webot : dans les yeux d’un autre

Crédit : service de presse

Le robot de téléprésence Webot est une autre conception russe intéressante. Il permet de regarder ce qui se passe à travers les yeux humains. Il permet, notamment, de surveiller les employés sans se rendre au bureau. Ce modèle est utilisé, entre autres, pour dispenser des cours aux enfants malades.

Dzmitry Tsetserukou, directeur du laboratoire de robotique Skoltech, nous a expliqué que le robot est unique, car il intègre l’algorithme SLAM de navigation et de cartographie simultanée. « Il est plus intelligent que ses équivalents occidentaux, qui ne peuvent se diriger que là où l’opérateur les envoie. Webot élabore sa trajectoire de manière à éviter les obstacles », souligne M. Teterioukov.

Les concepteurs ont également proposé un nouveau concept de contrôle à distance d’un essaim de robots. Le système s’appellera SwarmFlEye et transmettra une image 3D panoramique sur des lunettes de réalité virtuelle. Ainsi, une personne peut se trouver dans plusieurs endroits à la fois. Grâce aux gestes reconnus par le contrôleur sensoriel Kinect, l’opérateur peut élargir ou réduire l’image panoramique d’un lieu éloigné.

Lexy : robot, et ami fidèle

Crédit : service de presse

L’assistant intelligent Lexy se présente comme un grand ballon blanc. Il n’est pas doté d’écran, mais il reconnaîtra la voix de son propriétaire, peut engager une conversation, être heureux, fâché ou fatigué. Son état d’esprit est indiqué par une lumière : rouge pour le mécontentement, vert pour la bonne humeur.

Il existe peu d’équivalents de Lexy sur le marché. « Récemment, Amazon a présenté un produit capable de reconnaître la voix, Echo », nous explique M.Teterioukov.  « Lexy peut être utilisé non seulement pour discuter, mais aussi pour transmettre des contenus d’actualités depuis Internet. À l’avenir, il pourrait être utilisé pour contrôler vocalement d’autres robots (par exemple, un robot aspirateur), le réfrigérateur, la lumière, l’électricité. Il peut également servir de vigile de sécurité ou encore appeler une ambulance pour les personnes âgées ».

TRIK : le Lego pour adultes

Crédit :servicede presse

TRIK est un projet unique, souvent appelé le « Lego russe pour adultes ». Les concepteurs n’apprécient pas tellement cette comparaison. « Initialement, nous avons créé un système destiné aux professionnels », nous raconte Roman Loutchine, PDG de la société. « Mais aujourd’hui, il peut être utilisé même par des écoliers ». Le projet comprend un système d’assemblage et un « squelette » qui permet de créer différents modèles de robotique, un environnement intuitif de programmation des robots, ainsi qu’un contrôleur qui permet de traiter des données audio et vidéo, une synthèse de la parole et bien d’autres fonctions. C’est un instrument complet pour créer ses propres robots.

Tsuru Robotics : un quadricoptère pas comme les autres

Crédit : servcie de presse

Enfin, le dernier projet est celui d’un quadricoptère doté d’une structure insolite, développé par Skoltech. C’est un appareil volant capable de transporter des charges allant jusqu’à 3kg à une vitesse allant jusqu’à 150 km/h. Le design du quadricoptère permet de l’utiliser pratiquement n’importe où. Le système de contrôle ne nécessite pas de formation par les opérateurs, grâce à sa construction simplifiée. Il peut décoller à la verticale, se figer en l’air, alors que sa vitesse de vol à l’horizontale et sa maniabilité sont supérieures à celles des quadricoptères ordinaires. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.