Avis de tempête solaire pour la Russie en 2015

Crédit : Lori / Legion Media

Crédit : Lori / Legion Media

Selon les astronomes, le Nord de la Russie connaîtra en 2015 un pic de fréquence des aurores boréales. Les scientifiques attribuent ce phénomène à une hausse de l'activité solaire intervenant tous les onze ans.

En 2014, un nombre supérieur à la moyenne d'aurores boréales ont été observées dans les régions russes situées au-delà du cercle polaire. Les astronomes estiment que cette tendance se poursuivra en 2015. Les scientifiques lient le phénomène à une hausse de l'activité solaire intervenant tous les onze ans. Ce magnifique spectacle naturel n'est toutefois pas aussi inoffensif qu'il n'y paraît, et pourrait causer des problèmes de santé et perturber les communications radio.

Fin décembre, des aurores boréales sont apparues jusqu'à cinq fois par semaine dans le ciel de la région de Mourmansk, région la plus septentrionale de Russie occidentale. Des photographes se sont empressés de rejoindre les environs de la ville munis de leurs appareils.

Selon les scientifiques, le soleil a récemment atteint un nouveau pic d'activité. Le précédent avait été enregistré en 2000. Après avoir atteint le point culminant de son activité, la perturbation s'était calmée et le champ magnétique solaire avait commencé à se reformer. Les astronomes avaient relevé au cours de cette période un grand nombre d'éruptions à sa surface.

« Durant la seconde quinzaine de décembre, nous avons enregistré une puissante éruption solaire de classe M. Cela n'est sans doute pas très parlant pour la plupart des gens, mais par comparaison, la bombe atomique larguée sur Hiroshima représentait environ 20 000 kilotonnes d'équivalent TNT. Imaginez que des millions de ces bombes explosent simultanément. Voilà une idée de la puissance de ces éruptions solaires », explique Viktor Trochenkov, président de la société astronomique de la région de Mourmansk.

Court-circuit spatial

Pour être précis, les chiffres se mesurent en milliards et en milliers de milliards. En termes de mesure de l'activité solaire, une éruption de classe M (pour modérée) n'est pas la plus élevée. Fin décembre, les astronomes ont enregistré une éruption 10 fois plus puissante, de classe X. Cette dernière a entraîné des perturbations dans les communications haute fréquence en Australie. 

« Lorsque des lignes magnétiques se croisent à la surface du soleil, il se produit quelque chose de semblable à un court-circuit. Tout comme les étincelles que l'on peut observer en croisant les fils positif et négatif. De telles étincelles, mais à une échelle beaucoup plus importante, peuvent être observées à la surface du soleil », explique le directeur scientifique de l'observatoire « Ka-Dar », Stanislav Korotkine.

Les éruptions renforcent les flux de vent solaire, c’est-à-dire les particules électriques émises par le soleil. Si ces dernières se dirigent vers notre planète, l'atmosphère terrestre réagit par le biais de tempêtes magnétiques et d'aurores boréales. En 2015, des phénomènes lumineux seront fréquemment visibles dans l'ensemble des régions russes situées au-delà du cercle polaire : la région de Mourmansk, la Tchoukotka et Taïmyr.

Une violente activité solaire peut non seulement perturber les communications radio sur Terre, mais également présenter un danger pour les satellites et les astronautes. Par ailleurs, les effets des éruptions solaires peuvent être ressentis par les personnes sensibles aux phénomènes météorologiques de plus de 60 ans, ainsi que les personnes souffrant  de traumatismes crâniens. Une personne en bonne santé ne devrait cependant pas être affectée par cette météo spatiale capricieuse.   

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.