La Russie se dote d’hélicoptères « arctiques »

Crédit photo : Russian Нelicopters / JSC

Crédit photo : Russian Нelicopters / JSC

Dans le cadre du renforcement de la division arctique des forces armées, la Russie a développé des hélicoptères « arctiques » spéciaux : les Mi-8AMTS-VA et Mi-38. Les dernières lettres de l’abréviation du Mi-8ATMSH-SA signifient en russe hélicoptère « de transport et d’assaut pour l’Arctique ».

Terminator arctique

Le nouvel hélicoptère est capable d’effectuer des missions de combat dans des conditions météorologiques extrêmes, mais aussi d’effectuer des opérations de recherche et de sauvetage.

Le développement de la division militaire arctique est motivé par l’intensification des différends concernant le droit de propriété de la banquise riche en pétrole et en gaz. Les territoires arctiques sont disputés par plusieurs grands pays, notamment les Etats-Unis et la Russie.

La présence accrue de cette dernière dans l’Arctique pose la question de la qualité du soutien technique dans des conditions climatiques extrêmes.

« Le holding Hélicoptères de Russie a développé deux appareils pour répondre à ces besoins : le Mi-8AMTS-VA pour l’armée, le Mi-38 pour les explorateurs. Actuellement, l’Arctique est desservie par les Mi-8/17 qui se sont montrés très fiables dans les latitudes du Nord », nous explique Vertolety Rossii (Hélicoptères de Russie).

La production du modèle militaire est déjà lancée, les premiers modèles sont en cours d’assemblage. Le modèle civil Mi-38 en est encore au stade des prototypes, qui devront ensuite être testés.

Les deux appareils appartiennent à la famille soviétique Mi-8. Ce sont les hélicoptères les plus vendus au monde, utilisés dans plus de 50 pays.

Le modèle militaire arctique a été conçu sur la base du Terminator. C’est ainsi que les experts de différents pays ont baptisé le Mi-8AMTS au Salon aéronautique de Farnborough en 1999. L’hélicoptère est équipé d’une cabine blindée, des armes suspendues sont installées sur six nœuds de suspensions, la partie arrière est protégée par une mitrailleuse Kalachnikov actionnée à distance.

Le modèle ATMS se distingue des versions précédentes du Mi-8 par ses armements supplémentaires : missiles guidés antichars Ataka ou Chtourm, missiles guidés air-air Igla.

Le nouveau modèle Mi-8AMTS-VA est doté d’équipements électroniques améliorés qui permettent à l’hélicoptère d'effectuer rapidement des tâches d’orientation, même en cas de perte des signaux satellites.

« Le Mi-8AMTS-VA répond parfaitement aux besoins d’exploitation dans les conditions météorologiques difficiles de la zone arctique et de la région du Nord », a annoncé le directeur général du département de commandes d’État chez Vertolety Rossii (Hélicoptères de Russie) Alexeï Poutintsev à l’occasion de la Journée des innovations du ministère de la Défense.

Il a également expliqué que l’hélicoptère était conçu spécifiquement pour être utilisé dans des conditions de températures négatives, de visibilité restreinte en vol, ainsi que dans la nuit polaire.

Un nouvel hélicoptère pour le plateau continental 

Le jumeau du Terminator Mi-38 est « taillé » pour transporter de lourdes charges. Il est également capable d'acheminer le personnel et les cargaisons pour le ministère russe de la Défense.

Le Mi-38 se distingue par sa grande capacité allant jusqu’à 6 000kg et 30 passagers. Il peut être utilisé pour transporter des charges et des passagers et pour servir comme hélicoptère de recherche et de sauvetage ainsi que comme hôpital aérien.

Le Mi-38 doit compléter le parc d’hélicoptères utilisé par la Russie pour ses activités offshore. Étant donné que la vitesse d’approvisionnement par hélicoptère est cinq fois supérieure à celle des bateaux, les hélicoptères sont le principal moyen de transport assurant la liaison entre les plateformes pétrolières et la « terre ferme ».

Le marché offshore russe est jeune, et les technologies occidentales ne sont pas encore utilisées pour les liaisons offshore – on utilise plutôt des hélicoptères russes de la famille Mi-8. Toutefois, à l’heure actuelle, l’essor de cette industrie et la distance qui sépare les gisements des côtes font que les exigences deviennent de plus en plus strictes.

Le nouveau Mi-38 pourrait considérablement élargir les possibilités d’utilisation des hélicoptères sur le plateau arctique, car ses prédécesseurs, les Mi-8 soviétiques, se sont déjà rendus utiles dans la région du Nord. Aussi, la tâche des concepteurs est de rendre cet appareil fiable suffisamment moderne. 

Priorité aux hélicoptères nationaux

Le holding Vertolety Rossii (Hélicoptères de Russie) informe que les Mi-38 sont conçus pour l’Arctique, toutefois, l’expert indépendant Vladimir Karnozov estime que les Mi-38 ne seront pas utilisés dans cette région de sitôt : « Ils doivent encore subir plusieurs années de tests dans les latitudes climatiques chaudes ».

Globalement, les nouvelles modifications du Mi-8 ne peuvent pas apporter de solutions radicalement nouvelles. « Les carburants et lubrifiants pourraient être remplacés, des éléments électroniques plus précis pourraient être introduits. Mais ce processus ne relève pas de modernisation radicale. Tandis que le Mi-38 est un appareil de nouvelle génération », nous explique Karnozov.

Il est possible que le marché international des hélicoptères soit en mesure de proposer des modèles plus modernes. Par exemple, en 2012 le premier hélicoptère AgustaWestland AW139 a vu le jour, sa production est localisée en Russie au sein de l’usine russo-italienne Helivert.

Toutefois, le Kremlin a décidé de développer des modèles russes. Par ailleurs, le modèle AW139, produit dans la banlieue de Moscou, ne peut répondre aux besoins du travail dans l’Arctique. Avec le renforcement des sanctions, la part des entreprises étrangères dans les grands projets d’importance nationale est amenée à baisser.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.