Crash du vol MH17 : qu'est-ce qu'un missile Bouk ?

21 juillet 2014 Tatiana Roussakova, RBTH
L'une des principales causes avancées pour expliquer le crash du Boeing en Ukraine est celle d'un missile tiré depuis une batterie antiaérienne Bouk. RBTH vous dévoile les caractéristiques de cette arme.
Le système lance-missiles Bouk, qui a commencé à faire partie de l'armement de l'URSS en 1979, se trouve aujourd'hui dans l'équipement militaire de la Russie et de l'Ukraine. Crédit : Alexeï Koudenko/RIA Novosti
Le système lance-missiles Bouk, qui a commencé à faire partie de l'armement de l'URSS en 1979, se trouve aujourd'hui dans l'équipement militaire de la Russie et de l'Ukraine. Crédit : Alexeï Koudenko/RIA Novosti

Conseiller auprès du ministère ukrainien de l'Intérieur, Anton Gerachtchenko note sur sa page Facebook que l'avion de ligne malaisien a été abattu par les séparatistes à l'aide d'un système de missiles Bouk. Gerachtchenko affirme que des rebelles de la République populaire de Donetsk (RPD) ont été aperçus le 17 juillet au matin en train de transporter des missiles Bouk en direction de l'endroit où a été détruit l'appareil.

Efficacité et utilisation

Le système de lance-missiles automoteur Bouk et ses multiples versions constituent actuellement l'un des moyens de défense antiaérienne de moyenne portée les plus efficaces au monde. Comme l'explique le colonel Vladimir Kloutchnikov, expert militaire indépendant diplômé en sciences militaires, ces missiles sont capables d'atteindre des appareils situés à 10 000 mètres d'altitude puisqu'ils ont été conçu pour détruire des missiles et des avions stratégiques ou tactiques volant à 18 000 mètres.

Le système lance-missiles Bouk, qui a commencé à faire partie de l'armement de l'URSS en 1979, se trouve aujourd'hui dans l'équipement militaire de la Russie (près de 360 unités de combat Bouk M2) et de l'Ukraine (près de 50 Bouk M1 et M2). Au moment du conflit russo-géorgien d’août 2008, c'est précisément avec des missiles Bouk que quatre avions russes avaient été abattus. La Géorgie avait reçu ces missiles depuis l'Ukraine, qui en a vendu activement après la désintégration de l'URSS. Jusqu'à présent, un grand nombre de ces missiles n'ont jamais pris part à des conflits militaires.

Le système de lance-missiles Bouk est une arme complexe. Concrètement, elle se compose d'entre 5 et 6 ogives qui, en plus des missiles, sont dotés d'une station de détection de cibles, d'un poste de commandement, ainsi que d'une série d'autres technologies. « Même si les séparatistes sont dotés de lanceurs opérationnels, il est peu probable qu'ils aient les compétences nécessaires pour s'en servir à des fins militaires », affirme Kloutchinkov, pour qui l'armée de la RPD ne dispose pas d'experts qualifiés pour se servir de telles armes. Par ailleurs, il est peu vraisemblable que les séparatistes possèdent une station de radiolocalisation. En outre, selon Kloutchinkov, il paraîtrait étrange que ces derniers, ayant à leur disposition de telles armes antiaériennes opérationnelles, ne les aient pas utilisées plus tôt contre les chasseurs SU-25 de l'armée ukrainienne.

Erreur fatale

Étant donné la faible qualification de l'armée ukrainienne, le missile a pu être tiré par erreur, comme lors de la destruction par des armes antiaériennes ukrainiennes d'un avion de ligne de la compagnie Sibir en 2001, qui assurait la liaison entre Tel-Aviv et Novorossisk en Russie.

Igor Korotchenko, expert militaire et rédacteur en chef du journal Défense nationale soutient un point de vue semblable. « Étant donné le transfert dans l'Est de l'Ukraine de forces supplémentaires et d'armes ukrainiennes antiaériennes, et leur mise en œuvre afin d'augmenter les capacités militaires des belligérants, il est évident que le réglage des lance-missiles ukrainiens Bouk, vu le faible niveau de formation des utilisateurs, a donné lieu à un tir accidentel ou involontaire du militaire ayant conduit à la destruction du Boeing malaisien », a affirmé l'expert lors d'un interview pour la chaine russe Piervii Kanal.

Selon le service de presse du Ministère russe de la défense, des divisions du 156ème régiment de défense antiaérienne des forces armées ukrainiennes déployées dans les environs de Donetsk possèdent 27 lance-missiles Bouk M1. 

Quel type de missile ?

Toutefois, bien que les services de renseignement américains estiment le contraire, il est encore impossible d'affirmer avec certitude que la raison du crash soit le tir d'un missile Bouk. L'avion a pu être abattu par un missile « air-air » tiré d'un chasseur SU-27 des forces aériennes ukrainiennes, ce qui expliquerait pourquoi le lancement terrestre n'a pas été repéré par les radars russes, selon Vladimir Kloutchnikov.

Le ministère ukrainien de la Défense a annoncé officiellement qu'au moment du crash du Boeing 777, aucun chasseur des forces ukrainiennes n'était présent dans l'espace aérien. En outre, selon le ministère, l'avion de Malaisia Airlines se trouvait hors de la zone d'utilisation de la défense antiaérienne de l'armée ukrainienne.

Caractéristiques

Outre la Russie et l'Ukraine, les missiles Bouk et ses différentes versions équipent les armées de la Finlande, de Chypre, de l’Égypte, du Venezuela et de la Syrie.

Caractéristiques techniques du Bouk M1-2

 

Rayon d'action (en kilomètres) :

- distance

- altitude

- nombre maximum de paramètres


3,32..35
0,015..20-22
jusqu'à 22

Probabilité de destruction de la cible

- chasseur

- hélicoptère

- missile de croisière


0,8..0,95
0,3..0,6
0,4..0,6

Vitesse maximale de déplacement de la cible (en mètres par seconde)

800

Temps de réaction

22

Vitesse de déplacement du missile (en mètres par seconde)

850

Poids (en kilogrammes)

685

Poids de la charge militaire (en kilogrammes)

70

Canaux dédiés (cible)

2

Canaux dédiés (missile)

3

Temps de déploiement et de repli (en minutes)

5

Nombre de missiles par engins

4

 

Et vous qu'en pensez-vous ? Donnez-nous votre avis en tweetant @rbth_fr #bouk #MalaysiaAirlianes #MH17


Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook