Drone, robots et métro : les créations technologiques les plus prometteuses de Russie présentées à Ekaterinbourg

Crédit photo : ITAR-TASS

Crédit photo : ITAR-TASS

Un métro innovant, des robots industriels, un nouveau drone russe sans équivalent dans le monde, ainsi que d’autres développements récents ont rassemblé les innovateurs du monde entiers au « Hanovre russe », la plus importante exposition internationale de Russie dédiée aux technologies : Innoprom-2014, qui se déroule du 9 au 12 juillet à Ekaterinbourg. RBTH a pu examiner les projets russes les plus prometteurs présentés lors de l’exposition.

Drones russes

Les spécialistes de la Société unifiée de conception d’instruments  (laquelle fait partie de la corporation d’État « Rostec ») ont présenté lors de l’exposition Innoprom le drone aérien Tchirok (Sarcelle).

Son châssis d’atterrissage sur coussin d’air lui permet de décoller depuis un terrain au sol meuble, sur l’eau, en terrain marécageux, sur de la neige poudreuse et de se déplacer malgré bosses et fossés, ainsi que d’atterrir sur des surfaces sur lesquelles les autres appareils volants de ce type ne peuvent ni décoller ni atterrir.

Cette création est sans équivalent dans le monde : ces drones sur coussin d’air ne sont pas produits en série.        

Dans le domaine civil, le Tchirok peut être utilisé pour surveiller les incendies de forêt, les zones de catastrophes naturelles, les conditions de circulation routière, et patrouiller le territoire. Dans le domaine militaire, il peut servir à la reconnaissance et être utilisé comme drone d’attaque capable de transporter bombes, roquettes et missiles de haute précision.   

La masse maximale au décollage du Tchirok est de 700 kg, et sa charge utile au décollage de 300 kg. Le drone peut monter jusqu’à une altitude de 6000 mètres pour un rayon d’action de 2500 kilomètres.

Innoprom en chiffres

50 000 mètres carrés d’exposition

570 sociétés russes et étrangères issues de 70 pays

Depuis 2010, Innoprom se déroule chaque année à Ekaterinbourg (à 1400 km à l’est de Moscou)

La conception de l’appareil permet de dissimuler l’armement à l’intérieur du fuselage, à la différence des modèles précédents pour lesquels l’armement était fixé au moyen d’une suspension. Ceci permet de réduire la signature du drone et améliore ses propriétés aérodynamiques. L’envergure du Tchirok est de 10 mètres.         

Le drone a déjà été testé en soufflerie. Un modèle de l’appareil 5 fois plus petit que l’original a été présenté lors de l’exposition Innoprom. L’an prochain en Russie, le drone de taille réelle sera présenté lors du salon international aéronautique et spatial MAKS.

Un autre drone a également été présenté pendant l’exposition « Innoprom ». Il s’agit du Kanatokhod (Funambule), développé au sein du laboratoire de robotique de l’université fédérale de l’Oural sur commande de Réseaux Electriques Longue Distance de l’Oural. Ce robot volant radioguidé aidera à contrôler l’état des lignes aériennes de transport d’électricité.   

Le tramway pour la Coupe du Monde de football 2018

Crédit photo : Daria Kezina

Après le désormais célèbre « Bat-tramway » Russia One, Transmasholding a présenté lors de l’exposition Innoprom un autre projet de tramway, conçu pour opérer dans un environnement aux températures extrêmement basses, ce qui s’avère particulièrement important pour la Russie et de nombreux autres pays aux hivers froids.

Les autorités d’Ekaterinbourg ont proposé que ce modèle soit intégré au parc des transports municipaux des villes de Russie dans lesquelles se dérouleront les matchs de la Coupe du Monde de football 2018. Selon les exigences de la FIFA, les transports en commun de ces villes doivent être accessibles aux personnes à mobilité réduite, ce que le « tramway chaud » réalise parfaitement. 

La conception du tramway inclut deux systèmes indépendants de régulation de la température : dans la cabine du conducteur et dans la zone réservée aux passagers. Le tramway est capable de parcourir jusqu’à 1000 mètres grâce à ses batteries, afin de se déplacer de façon à éviter de gêner la circulation routière en cas de coupure de l’alimentation électrique.

Un robot antiradiation


Crédit photo : Daria Kezina

Ce prototype de robot, équipé d’appareils de contrôle de la radioactivité, d’analyseurs de gaz et de caméras thermiques modernes, a été développé par les ingénieurs russes de l’usine optique et mécanique de Zagorsk en collaboration avec le centre scientifique de l’Université Technique d’État Bauman et le holding Chvabe (Rostekhnologii).

Ce système robotique, que ses créateurs ont officieusement baptisé Lunamobile (Lounakhod), peut être utilisé en terrain contaminé afin de collecter différentes données.    

Le holding Chvabe a également présenté un microscope laser ultramoderne d’une précision de l’ordre du nanomètre. Il rend possible la mesure du relief de la surface d’échantillons de grande dimension dans une résolution spatiale élevée, sans perte du point de focalisation ou des coordonnées, se positionnant de ce fait devant ses analogues ailleurs dans le monde en termes de caractéristiques techniques et de ses fonctionnalités. Le corps du microscope est fait de pierre artificielle.          

Un métro innovant


Crédit photo : Daria Kezina

La société de transports originaire d’Ekaterinbourg Sinara-Véhicules et le groupe espagnol CAF ont apporté à l’exposition un exemplaire grandeur nature de wagon de métro au confort supérieur, lequel tente de combiner les derniers développements en matière de conception de chemins de fer avec des composants respectueux de l’environnement.

Le wagon est équipé de systèmes de régulation de la température de la cabine et de la zone dédiée aux passagers, ainsi que d’un système intégral visant à faire face à des conditions météorologiques de grand froid testé en Finlande, Suède, aux Etats-Unis et en Turquie.

Le « pack » comprend également un système de vidéosurveillance, un système de détection et d’extinction des incendies, ainsi que des entrées et sorties pratiques, notamment pour les personnes à mobilité réduite. La durée de vie prévue des wagons est de trente ans. La production en série devrait débuter en 2015.    

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.