Les prédécesseurs de Gagarine

Les expérimentateurs de la technologie spatiale sont devenus des pionniers dans l’espace. Oui, sur la terre, mais dans le dur, dans des conditions extrêmes qui leur ont été imposées : d’une part, l’incertitude en dehors de la terre, de l’autre, les connaissances acquises et les pratiques des physiologistes soviétiques et des médecins de l’aviation.

Secret de l’I.R.S dans le métro Dynamo

L’histoires des expérimentateurs « extra-terrestres » débuta dans les années 1952-1953 par une décision du gouvernement signée par Staline, et l’ordre du commandant en chef des forces aériennes sur la création d’un groupe militaires d’expérimentateurs sur la base de L’institut de recherche scientifique de la médecine aéronautique ( NIIAM).

Le premier chef du service des essais fut nommé le médecin militaire E. Karpov (par la suite, le premier chef du Centre de formation des cosmonautes).

Les chercheurs de cet Institut secret étaient des académiciens, Keldysh, Korolev, Sedov, et d’autres dirigeants de la nouvelle percée dans l’inconnu à l’écoute des expérimentateurs de contrôler beaucoup l’avenir.

Les essais étaient redondants, pour que les premiers puissent être assurés dans l’espace : le corps peut supporter ou pas. C’est pourquoi, la sélection parmi les cosmonautes était très stricte : sur les 5000 militaires examinés pour les essais seulement 25 étaient compatibles.

Au total, pour les trois décennies, des années 1950 à 1970, d’après les données de Boris Bychtkovski, le nombre total des expérimentateurs titulaires, était seulement de 900 personnes. Il y avait également des non-titulaires, des bénévoles, des médecins, des ingénieurs et des médecins de l’aéronautique.  

Voler dans l’espace en restant sur la terre

« J’ai connu l’équipement dans les chambres de pression, en particulier les costumes de pression COE et le COE-5-6, se souvient Bychtkovski, on vérifiait la résistance et l’endurance dans les situations d’urgence (avec différents gaz et vapeurs). Au total, plus 80 expériences élaborées. »

Nicolas Bourkoun : « Ma spécialité, les expériences en haute altitude et la survie, dans le caisson thermobarométrique et dans des conditions naturelles : la mer, le désert, l’Asie centrale, la taïga avec le gel, l’Arctique et la région de Tiksi. Différentes tâches : par exemple, être parmi des gars capables de courir vite dans le désert. Avec un paquetage au début avec des vêtements, de la nourriture, de l’eau. Comment est-il suffisant et comment peut-il être extensible ? »

Après plusieurs impacts similaires sur la santé, beaucoup ont été réformés et conduits à l’hôpital. « Nous avons eu deux cas similaires… C’est lors de la forte augmentation de la pression simulée, semblable à une montée rapide d’une hauteur de 14 kilomètres, dans le masque mais aussi dans les vareuses ». Mais lors de la saisie NIIAM a été estampillée « Apte sans restriction ».

Les travaux de Fedor Shkirenko se sont déroulés dans les années 1959-1961, au moment même de la préparation du vol-1. Fondamentalement, la haute tâche de la survie et les expériences psychologiques. « Selon la compatibilité nous étions assis deux par deux, je me trouvais avec un ami pendant un mois dans une chambre d’isolement, ensuite nous nous retrouvions à cinq dans la chambre sombre. Après un certain temps, le médecin nous demandait l’heure qu’il était. Aucune ampoule, ainsi l’espace propre. Dans ce contexte, la communication nous sauve, et deviner le temps peut faire varier les heures… »

Ukrainiens, baltes, juifs, russes, kazakhs, nous étions tous dans la même équipe. Certains ont passé une dizaine d’expériences, d’autres une centaine.

Nous avons respiré différents mélanges de gaz, souffert de la chaleur et d’une pression artérielle basse, les machines centrifuges, les surcharges, les manœuvres de catapulte et les effets physiologiques. Il fallait tester les appareils et les scaphandres, le commandant Khlopkov a passé plus de 400 expériences. Le commandant Gridounov sortait sur les charges exorbitantes et demandait seulement : « Et comment chez les Américains, combien sont-ils ? Nous donnerons plus ! »

Par ailleurs, dans la NASA il n’y avait pas encore d’expérimentateurs frayant le chemin aux premiers astronautes. Chez les soviétiques, la responsabilité et la volonté de sacrifice étaient exceptionnellement élevées.

Gagarine et Titov, tous les cosmonautes du premier détachement ont été très reconnaissants envers leurs formateurs, les chercheurs, les pré-cosmonautes, ils sont venus à l’Institut du métro Dynamo, là où a été formé, guidé et préparés les « Sokolik » les explorateurs de l’espace comme les appelaient, Sergueï Pavlovitch Korolev.

 

Article extrait de l’article original publié en russe sur le site de Vetcherniaïa Moskva

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.