Le MS-21 sera concurrent de Boeing et d'Airbus

Crédit : Grigori Syssoev / RIA Novosti

Crédit : Grigori Syssoev / RIA Novosti

Un avion de ligne russe de nouvelle génération doit bientôt sortir sur le marché international. Quelles sont ses chances ?

L'entreprise russe de construction aéronautique Irkout a commencé à assembler les trois premiers prototypes de l'« avion long courrier du XXIème siècle », MS-21 en abrégé. Cet avion de nouvelle génération est un projet clé et prometteur du programme russe d'Etat visant à développer l'industrie aéronautique, sur lequel sont fondés de nombreux espoirs.

Le premier avion devrait être construit en 2015, et la certification du MS-21 est prévue pour 2016. Après cela, l'avion sera prêt pour son introduction sur les marchés russe et international.

Economies et approche individuelle

Modèles et modifications du MS-21

- MS-21-200 d'une capacité de 150 passagers

- MS-21-300 d'une capacité de 181 passagers

- MS-21-400 d'une capacité de 212 passagers

Pour survivre sur le marché et offrir une concurrence digne de ce nom aux constructeurs qui occupent actuellement tous les segments du marché, le nouvel appareil russe devra répondre aux exigences les plus modernes. Des arguments clés sont des caractéristiques de vol élevées et un bon niveau de performance énergétique : ils permettent d'économiser sur les dépenses de fonctionnement, de maintenance et de carburant.

Les ingénieurs promettent que le MS-21 se distinguera de ses analogues par une masse à vide inférieure, une meilleure aérodynamique et un moteur performant. En outre, il est prévu d'attirer les acheteurs potentiels dès les premières étapes de conception de l'avion.

Le MS-21 possédera un salon modulable : les compagnies aériennes pourront choisir elles-mêmes la largeur des fauteuils et des couloirs qui leur conviennent. En outre, il sera possible de réguler la taille des compartiments à bagages en cabine et dans la soute.

Petites quantités, grands projets

Les principaux concurrents du nouvel avion russe seront les dernières versions de l'Airbus A320 et du Boeing 737. Malgré le fait qu'Irkout sera derrière ses concurrents en ce qui concerne le nombre d'avions produits (Airbus et Boeing fabriquent en moyenne 500 avions chaque année, alors qu'Irkout en prévoit 40), l'expérience réussie de l'autre projet russe qu'est le Soukhoï Superjet 100 est source d'optimisme. Le Superjet, avion moyen courrier, est déjà utilisé par les compagnies de plusieurs pays étrangers.

« Le Superjet 100 est activement exploité dans des pays d'Asie du Sud-Est : au Laos et en Indonésie. A partir de l'automne dernier, il est apparu au Mexique, c'est-à-dire dans l'hémisphère occidental. Les avions y volent avec beaucoup de succès, c'est pourquoi il n'est pas exclu qu'ils apparaissent bientôt chez d'autres clients, y compris des pays de l'Ouest. La tactique utilisée par Superjet, qui est de se faire une place dans la nouvelle aéronautique civile sur les marchés mondiaux, devrait donc être utilisée pour le MS-21 », estime le rédacteur-en-chef du journal Vzliot Andreï Fomine.

Maks-2013

Sur le salon moscovite de l'aviation MAKS-2013, la Corporation unie des constructeurs en aéronautique a conclu des contrats pour 7,5 milliards de dollars. La somme s'est partagée à égalité entre les avions Soukhoï Superjet et MS-21.

Les commandes de MS-21 ne viennent pour l'instant que de compagnies russes, et s'élèvent à l'heure actuelle à 170 unités. A l'avenir, il est prévu que le MS-21 remplace les vétérans Tu-134 et Tu-154, ainsi que le Tu-204, plus jeune mais qui n'est pas concurrentiel sur le marché international.

« Pour répondre à la demande du marché, il faut produire un avion totalement différent, ce que tente de faire notre industrie aéronautique et notamment l'usine d'Irkoutsk. Tous les espoirs de le réveil de l'industrie aéronautique civile reposent aujourd'hui sur le projet MS-21. Si ce projet est mené à bien, il y aura un nouveau concurrent sérieux sur le marché des avions longs courriers », analyse le rédacteur-en-chef du portail Aviaru Network, Roman Goussarov.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.