Le climat terrestre a-t-il franchi le « point de non retour » ?

Crédit photo :  Alamy / Legion Media

Crédit photo : Alamy / Legion Media

Le climat de la terre a considérablement changé dans les dernières décennies, cela ne fait plus de doute. Cependant le vecteur des derniers changements de la situation ne fait toujours pas l'unanimité au sein de la communauté scientifique mondiale. Mais aujourd'hui déjà les changements climatiques engendrent des problèmes qui menacent notre civilisation, notamment le manque d'eau.

Des scientifiques britanniques ont déclaré dans l'hebdomadaire Nature au mois d'octobre qu'ils avaient eux-mêmes déterminé le point de non-retour du réchauffement mondial pour une région donnée.

En d'autres termes, les Britanniques ont déterminé le moment où la plus haute température sera égale à la plus basse dans le futur. Au Mexique, une telle crise devrait avoir lieu autour de 2031. A Moscou, le point de non retour ne devrait pas être atteint avant 2063.

Mais est-ce que le réchauffement observé ces derniers temps est une tendance à long terme, ou est-ce seulement un processus « saisonnier » ? Il n'y a pas de consensus sur cette question dans la communauté scientifique.

Les observations météorologiques des ces dernières années vont dans le sens de la théorie du réchauffement climatique. Selon les données des stations météorologiques russes, la température annuelle moyenne en Russie a augmenté au cours des 100 dernières années de 1°C, dont 0,4°C dans la dernière décennie du siècle dernier.

Et selon les prévisions du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, l'organisation internationale qui fait autorité en dans le domaine du changement climatique, dans les 20 prochaines années, l'augmentation de la température devrait être d'une moyenne de 0,2°C par décennie, et à la fin du 21è siècle, la température de la Terre pourrait augmenter entre 1,8 et 4, 6°C.

Selon le professeur du département de la faculté d'écologie générale, de l'Université d'État de Moscou, Alexeï Guilyarov, il est incontestable que le réchauffement du climat est croissant et est en train de faire fondre les glaciers du Groenland.

« Nous voyons bien comment la masse totale de glace s'est réduite. Et c'est très inquiétant, car l'eau douce se jette dans l'Atlantique, et elle pourrait arrêter un mécanisme dans lequel l'eau salée profonde du sud remonte à la surface vers le Groenland, se refroidit, coule vers le bas, et il est ici le principal moteur du cycle de l'eau sur Terre, et c'est ce qui apporte de la chaleur à l'Europe occidentale ».

Cependant, Elena Grigorieva, de l'institut d'analyse des problèmes régionaux de l'Extrême-Orient, n'est pas encline à considérer les processus actuels comme ceux d'un réchauffement global.

« Regardez les peintures anciennes : en Angleterre par exemple il fait toute l'année +10°, alors qu'avant on patinait sur la glace, comme sur les peintures du XVIè au XVIIIè siècles. Autrement dit, le climat est instable, et notre connaissance de celui-ci est incomplète, fragmentaire. La période d'observation du changement climatique global est très faible, limitée à une courte période de temps », dit Grigoriev.

Toutefois il est difficile de discuter de l'impact humain sur le changement climatique. L'augmentation de la température de l'environnement créé des conditions favorables pour une large propagation de maladies contagieuses, d'un stress thermique et les problèmes connexes qui peuvent survenir avec la psyché.

En outre l'hétérogénéité croissante de l'arrière-plan de la température terrestre conduira à une migration à grande échelle des populations. Dans ce cas, dans les régions avec une densité de population extrêmement élevée, il sera difficile d'atteindre une stabilité politico-militaire.

Mais surtout, le réchauffement climatique conduit à une pénurie d'eau potable, et c'est un problème immédiat pour tout le monde, « la bataille pour les ressources ». En outre, l'humanité souffre déjà d'une pénurie d'eau.

Selon les experts de l'ONU, en 2025, plus de la moitié des pays du monde seront confrontés à une grave pénurie d'eau douce, et les trois quarts de la population du milieu du siècle connaîtront la soif.

Et selon les scientifiques de l'institut international de gestion de l'eau, si l'entreprise doit maintenir le rythme actuel de la croissance économique et l'augmentation de la population, la demande en eau au milieu du siècle va augmenter de plus de trois fois par rapport à aujourd'hui, ce qui conduira à une pénurie d'eau potable dans 20 ans.

Mais aujourd'hui, une personne sur six, plus d'un milliard sur la planète, souffrent à des degrés divers d'un manque d'eau potable.

En Russie la situation est plus favorable : en terme de ressources en eau de surface, le pays occupe la première position mondiale. Dans le lac Baïkal seulement, on a environ 20% de l'eau douce du monde. En outre, un volume total de 23.600 km3 d'eau naturelle pure produit environ 60 km3 d'eau potable.

Mais comment assurer la bonne quantité d'eau dans les régions arides de Russie, dans les pays sous-développés et émergents du monde avec une population toujours plus nombreuse ?

Dans cette situation, les chercheurs et les experts voient une solution principalement économique : l'eau et l'approvisionnement alimentaire pour le désert aride et les régions semi-désertiques peuvent être importés s'il y a tout ce qu'il faut pour.

Toutefois, la libre circulation des marchandises exige le respect de conditions politiques et économiques pertinentes, qui, dans notre temps de conflits, n'est pas toujours possible.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.