Une arme pour les hommes-poissons : le fusil d’assaut amphibie

Dmitri Medvedev (à g.) tient un fusil d'assaut APS lors de l'exercice militaire West-2009. Crédit : AP

Dmitri Medvedev (à g.) tient un fusil d'assaut APS lors de l'exercice militaire West-2009. Crédit : AP

Les armes pour nageurs de combat ont commencé à se développer dès que les saboteurs sous-marins ont fait leur apparition au sein des différentes flottes de guerre, c'est-à-dire pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Toutefois, la conception intégrale de fusils d’assaut et de pistolets capables de tirer sous l’eau était une compétence spécifique à l’URSS.

Il y a près d’un demi-siècle, le pistolet de 4,5 mm CPP-1 et le fusil d’assaut APS de calibre 5,66 mm faisaient leur apparition au sein des commandos spéciaux de renseignement de la marine de guerre. Ces armes tiraient des fléchettes. Ces munitions étaient efficaces sous l’eau, mais pas à l’air libre. Atteindre un ennemi apparaissant à la surface était bien sûr possible. Mais uniquement à courte portée. À une distance de seulement 50 mètres, l’efficacité était nulle, et le pouvoir meurtrier considérablement réduit. À l’air libre, la durée de vie du fusil d’assaut sous-marin ne dépassait pas 180 tirs.

Dans le monde entier, personne n’est parvenu à reproduire notre technologie de création d’armes automatiques sous-marines.

Toutefois, les plongeurs militaires devaient, avant d’être envoyés en mission emporter avec eux deux pistolets et fusils d’assaut : les armes sous-marines APS et CPP-1 et les AK et PM conventionnels.

C’était fort peu pratique. Mais créer une arme capable de tirer aussi bien dans les deux environnements semblait, en principe, impossible.

Ce problème a priori insoluble a été résolu par les fabricants d’armes de Toula. L’idée et la conception générale est l’œuvre du défunt Vassili Petrovitch Griazev, éminent concepteur d’armes à feu. La réalisation du projet de fusil d’assaut a été prise en charge par ses associés et disciples travaillant au Bureau central de recherche et de conception des armes sportives et de chasse, devenu célèbre pour son bureau d’étude et de fabrication de matériel de précision. Le bureau d’étude et de fabrication de Toula n’était pas spécialisé dans la conception de matériel de précision comme l’indiquait pourtant son nom à l’époque soviétique afin d’induire en erreur les espions. On y fabrique des armes, et notamment des armes légères.

La cartouche sous-marine unique correspondant aux dimensions des munitions de fusils d’assaut de série a été conçue ici. En 2007, le développement du fusil d’assaut spécial de 5,45 mm à double emploi, qui fonctionnant dans les deux environnements, a été achevé. Il a alors reçu pour nom l’abréviation ADS. Son nom ne provient pas d’un concepteur en particulier, puisque un grand nombre de personnes ont travaillé sur ce projet de nouvelle arme.

Pour le tir sous-marin, les munitions sont de calibre 5,45х39 mm. Pour le tir à l’air libre, des cartouches classique du même calibre 5,45х39 mm. Il suffit simplement de remplacer le chargeur rempli de munitions pour le tir sous-marin par un autre contenant des munitions standards pour fusils d’assaut Kalachnikov. Le fusil d’assaut ADS comporte également un support pour lance-grenades de calibre 40mm VOG-25 et VOG-25P. Le kit inclut aussi un silencieux tactique et plusieurs viseurs.

Ce fusil d’assaut concentre de multiples savoir-faire qui semblent assez inhabituels en comparaison avec les autres armes produites sur le territoire national. Il s’agit de la seule arme conçu suivant une architecture Bullpup, qui désigne une arme sur laquelle la poignée et  la gâchette sont placées à l’avant du chargeur, et les parties mobiles au niveau de la crosse. Cette architecture permet de conserver un canon de grande longueur tout en réduisant significativement la taille du fusil d’assaut. Le fusil ADS n’a pas non plus une crosse standard. On l’appuie au niveau de l’épaule sur une pièce appelée « plaque longue ».

Pour la première fois en ce qui concerne les conceptions nationales, l’éjection des douilles usagées ne se fait pas sur le côté mais vers l’avant avec une poche fermée, ce qui réduit les émanations de gaz sur le visage du tireur et rend possible de tirer de l’épaule gauche ou droite sans réinstaller de pièces : c'est donc un fusil d’assaut adapté aussi bien aux gauchers qu’aux droitiers.

Les matériaux composites ont été privilégiés dans la conception du fusil d’assaut ADS, afin de diminuer le poids de l’arme et d’améliorer la résistance à la corrosion.     

La conception des mécanismes fonctionnant au gaz introduit un régulateur de gaz permettant de passer facilement d’un régime de gaz à l’autre, eau ou air libre.

Pour la première fois au monde, on est parvenu à faire en sorte qu’un fusil d’assaut soit capable de tirer aussi bien sous l’eau qu’à l’air libre. Dans le même temps, il n’est en rien inférieur aux modèles les plus récents de fusils d’assaut de type Kalachnikov, tout en étant plus petit.

Dans l’histoire récente de la Russie, un fusil d’assaut à la conception véritablement révolutionnaire a été créé, sans équivalent à l’Est ou l’Ouest de notre pays. L’ADS a été conçu pour les nageurs de combat. Mais dans la mesure où sa conception s’est avérée réussie et polyvalente, il pourra être intégré à l’armement des forces spéciales de la marine, de l’ensemble des commandos du GRU, de l’infanterie de marine et des unités terrestres.

Le fusil d’assaut a subi un cycle complet de tests militaires et a reçu des avis positifs. Il se trouve actuellement en phase expérimentale. La décision de l’intégrer à l’armement existant pourrait être prise dans un avenir proche.

Caractéristiques techniques du fusil d’assaut ADS :

Poids avec lance-grenade : 4,6 kg

Longueur : 685 mm

Calibre : 5,45х39 mm : PSP-UD pour le tir sous-marin, 7N6-pour le tir à l’air libre

Cadence de tir : 800 coups / minutes

Portée effective à terre : 500m

Texte original (en russe) publié sur le site de Rossiyskaya Gazeta le 18 juillet 2013.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies