Une start-up russe enseignera la photographie

Dimitri Smetanine et Mikhaïl Asavkine, les futurs créateurs de l'application. Source : service de presse

Dimitri Smetanine et Mikhaïl Asavkine, les futurs créateurs de l'application. Source : service de presse

L'application Photozeen ludifie l'apprentissage de la photographie permettant à l'utilisateur d'allier le plaisir de son hobby préféré et le perfectionnement de ses techniques photographiques. Les créateurs développent constamment des applications afin de proposer des nouveaux services en fonction des besoins des utilisateurs.

Chaque jour, quelque 300 millions de photos sont publiées sur Facebook, les utilisateurs d'Instagram publient 58 photographies par seconde. Il est désormais impensable de ne pas publier ses sorties ou une millième photo de son chat sur les réseaux sociaux. Et pourtant, la plupart des utilisateurs se soucient peu des réglages de leurs appareils permettant de distinguer le chat chéri d'un chapeau de fourrure, presque tout aussi chéri.

Néanmoins, la photo sur smartphone est déjà devenue un genre à part de la photographie. Il existe même des concours sur les réseaux sociaux ! Ce sont bien ces concours qui sont à l'origine du projet Photozeen.

Dmitri Smetanine et Mikhaïl Asavkine, les futurs créateurs de l'application, discutaient du concours photo que Dmitri organisait à des fins publicitaires. Ayant acquis une connaissance du marché lors de la réalisation de leur projet, les partenaires ont compris que, bien que les concours de photographie mobile n’étaient pas très répandus, ils n'existaient alors aucune application qui  permettait d'apprendre à maîtriser la prise de vue. Ainsi naît le projet Photozeen – une application mobile qui permet aux utilisateurs de faire des exercices simples, d'évaluer les photos des autres ainsi que de perfectionner sa technique photographique. 

La structure de l'application est simple et claire. Elle comporte plusieurs rubriques.

Au départ, l'application était développée pour iOs. Dans cette catégorie, il y avait peu d'acteurs et ceux qui existaient ne concurrençaient pas Photozeen directement. Ils proposaient principalement des manuels avec les règles classiques de photographie qu'il fallait télécharger dans son smartphone pour ensuite passer beaucoup de temps à lire et à étudier les exemples. L'autre alternative était proposée par les concours photo hors ligne ou en ligne, bien plus onéreux.

Photozeen a choisi une autre méthode de travail, basée sur la ludification (utilisation des mécanismes du jeu dans d'autres domaines). Des exercices simples avec, pour finalité, la création de photographies, sont proposés à l'utilisateur. Puis, le photographe mobile débutant les soumet à l'évaluation des autres. Aussi, il maîtrise les bases de la photographie - la composition photographique, la lumière, l'idée derrière la photographie. Tous les exercices sont proposés avec un exemple de photos réussies. L'élément de compétition est apporté par le système de badges et de classements. En outre, les utilisateurs peuvent acquérir des options en échange d'argent virtuel, reçu pour les exercices réussis.

La structure de l'application est simple et claire. Elle comporte plusieurs rubriques : Inspiration, où l'on peut regarder les meilleures photos et y puiser l'inspiration, Rate, où les utilisateurs s'évaluent entre eux sur une échelle de 1 à 10, de manière anonyme, Quests – les exercices de prise de vue, Submit – la rubrique de prise de vues et de chargement des photos existantes dans l'application, Profile comportant les données personnelles de l'utilisateur ainsi que des liens vers les réseaux sociaux, Bank où l'on achète les devises virtuelles, LeaderBoard – un tableau hebdomadaire et comparatif des meilleurs photographes de la communauté.

En juillet 2013, le projet a connu une percée majeure : une mise à jour systématisait les exercices. Auparavant, les utilisateurs devaient péniblement chercher l’exercice sur le thème qui les intéressait. Désormais, il est possible de sélectionner les exercices parmi les thèmes comme la composition, le portrait, la nature, etc.

Pour le moment, l'application manque de classement de membres par niveau et de possibilité de distinguer la photo prise par un smartphone d'une photographie professionnelle. Souvent, les photos de la rubrique Inspiration sont réalisées avec un appareil semi-professionnel ou professionnel, sont retouchées sur des logiciels de traitement de photo, parfois par des photographes expérimentés. Rivaliser avec des pros n'est pas chose simple pour les débutants munis d'un iPhone, de plus, un tel écart de maîtrise peut couper l'envie de participer, aussi un système de niveau serait un vrai plus.

Smetanine et Asavkine travaillent sur Photozeen à deux. Ils sont assistés par des freelances, notamment un développeur, un designer et un photographe consultant. Récemment, les créateurs de Photozeen ont rejoint le business incubateur ukraino-américain Happy Farm qui leur a apporté un petit soutien financier ; ils sont actuellement à la recherche d'investisseurs.

Les créateurs espèrent obtenir un rendement d'exploitation d'ici un an. Le système de monétisation est déjà choisi et sera bientôt mis en place. Les créateurs ont opté pour le modèle freemium (l'application est gratuite, les options supplémentaires payantes.) L'accent est mis sur les services supplémentaires. Par exemple, pour savoir qui a évalué la photo, l'utilisateur devra payer, idem s'il souhaite que sa photo soit partagée plus souvent sur les réseaux sociaux. La protection des droits d'auteur, le filigrane ainsi qu'un certain nombre d'autres options sont payantes. Le modèle a déjà été testé, une partie des utilisateurs a appris à payer pour des fonctionnalités élargies. 

La participation des publicitaires est également prévue. Photozeen peut les intéresser pour les concours sponsorisés, puisque l'application est construite comme une sorte de concours entre les utilisateurs. L'intégration existante dans les réseaux sociaux, Facebook et Vkontakte, peut également servir cet objectif.

À ce jour, Photozeen compte plus de 7 000 utilisateurs qui  font les exercices proposés par l’application. Il s'agit non seulement des utilisateurs russes ou venant de l'ex-URSS, mais aussi des amateurs de la photographie allemands, autrichiens, etc. En octobre, Smetanine et Asavkine prévoient de lancer l'application sur Android pour ainsi élargir leur base d'utilisateurs. En outre, un lien vers Twitter ainsi qu'une augmentation du nombre d'exercices sont prévus prochainement.

Spécialement pour La Russie d'Aujourd'hui, les créateurs du projet ont apporté quelques conseils pour faire de belles photographies cet été :

Afin d’éviter les reflets de l'eau sur les photos de plage, pensez à activer le filtre UV, cela évite les taches blanches sur vos prises de vue.

Si vous souhaitez réaliser une belle photo de gens en mouvement, les bras et les jambes ne suffisent pas : la composition doit comprendre la situation dans laquelle se trouve le modèle lors de la prise de vue. Cadrez vos photos avec des jolies lignes d'athlètes en mouvement, des contours de voitures et de motos de sport vous dépassant à toute vitesse. Les prises de vue des silhouettes rendent très bien aussi, pensez à utiliser le contrejour directement derrière le modèle.

En voyage, nous avons souvent envie d'immortaliser un beau paysage. L'horizon ne doit pas couper la photo en deux, ne cherchez pas la symétrie, car en milieu naturel elle semble forcée.

Utilisez des cadres naturels. Par exemple, les branches d'arbres et toutes les lignes diagonales rendent bien en photo.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.