Les écrits du futur

L'adaptation d'"Aélita" produite par Iakov Protasanov (1924, URSS). Source : Kinopoisk.ru

L'adaptation d'"Aélita" produite par Iakov Protasanov (1924, URSS). Source : Kinopoisk.ru

Les écrivains détiennent l’art et la manière de prédire l’avenir, imaginant à travers les pages de leurs livres ce qui deviendra peut-être, un jour, la réalité. En feuilletant les romans de science-fiction russes autrefois populaires, La Russie d’Aujourd’hui a retrouvé quelques-unes de ces inventions devenues ordinaires.

La nourriture « naphtée », issue du pétrole

Source : amazon.fr

Dans le célèbre roman Nous autres d’Evgueni Zamiatine, publié en 1920, les humains se nourrissent d’aliments « naphtés », réussissant ainsi à régler, une fois pour toutes, le problème de la faim dans le monde. Sur une planète où il n’existe plus ni race, ni nom, ni mode ou aucun élément relatif à la vie privée, des cubes alimentaires provenant de la distillation du pétrole brut sont distribués à la population.

Depuis les années 1950, la microbiologie pétrolière est utilisée dans la production de protéines, ainsi que dans la fabrication de vitamines et d’antibiotiques.

 


 

La combinaison de plongée

En 1928, Alexandre Beliaïev publie son second roman, L’Homme amphibie, qui retrace les aventures d’Ichtyandre, jeune garçon à qui l’on a greffé des branchies de requin dans son enfance. Dans le roman, Ichtyandre passe le plus clair de son temps en mer, revêtu d’un costume étanche moulant et fin, de palmes, de gants et de lunettes aux verres épais.

Aujourd’hui, cet équipement est familier à tous les adeptes de sport nautique comme la plongée, le surf, etc. Les combinaisons de plongée modernes, fabriquées en néoprène, forment comme une seconde peau, maintenant le corps au chaud et au sec, grâce à une isolation thermique optimale. Ce modèle est apparu dans les années 50 aux États-Unis.

 


 

La médiathèque

Source : amazon.fr

Si l’audio et la vidéo constituent pour nous des évidences, ils sont en revanche une véritable découverte pour les héros du roman Aélita, écrit en 1923 par Alexeï Tolstoï.

Le livre raconte comment deux terriens atterris sur Mars découvrent une ville détruite, où se trouve une bibliothèque un peu particulière : elle renferme non seulement des livres et supports en papier, mais aussi un écran télévisé, sur lequel nos deux héros visionnent une courte vidéo.

L’un des protagonistes, l’ingénieur Los, trouve également des objets semblables aux cartes mémoires aujourd’hui couramment utilisées, ainsi qu’un livre audio, qui diffuse une musique enchanteresse.

 


 

Le journal électronique

Ce pur gadget électronique entièrement dédié à la lecture des journaux est recensé pour la première fois par la littérature fantastique soviétique en 1978, par Kir Bulytchev. Son roman, Cent ans auparavant, mentionne un dispositif semblable au smartphone ou à la tablette électronique, mais porte le nom de journal.

Le personnage principal du livre l’utilise en appuyant sur un côté de la boîte noire, qui ressemble un peu à un porte-cigare pour faire apparaître un écran en couleur. Il y trouve toutes les informations concernant le festival sur la Lune ou les débats à l’ONU.

Bien que l’idée du livre électronique ne constitue pas une nouveauté dans les années 70, le premier support électronique de lecture tel qu’on le connaît aujourd’hui ne voit le jour qu’en 1992.

 


 

L’holographie

Source : amazon.fr

L’écrivain Ivan Efremov décrit dans sa nouvelle L’Ombre du passé, publié en 1945, un phénomène étrange qui sera inventé deux ans plus tard par le physicien hongrois Dennis Gabor : l’holographie. L’histoire retrace les aventures de deux paléontologues qui, au cours d’une expédition en Sibérie, voient apparaître l’image géante d’un tyrannosaure sur la roche.

Dennis Gabor invente le procédé holographique en 1971, pour lequel il recevra, la même année, le prix Nobel de physique. Le scientifique, qui travaillait à l’époque sur l’amélioration de microscopes électroniques, s’est alors penché sur la méthode d’obtention d’une image de synthèse en trois dimensions en utilisant les propriétés de la lumière issue des lasers.

 


 

Le nucléaire

Source : amazon.fr

Dans son roman L’Etoile rouge, Alexandre Bogdanov décrit dès 1908 un vaisseau spatial nucléaire interplanétaire. Fabriqué de verre et d’aluminium, l’éthéronef martien (« vaisseau pour voyager à travers l’éther »), a la forme d’un œuf. Propulsé par un moteur nucléaire, il peut atteindre une vitesse de 50 km par seconde.

En 1932, le britannique James Chadwick découvre le neutron, pour lequel il recevra en 1935 le prix Nobel de physique. Une découverte majeure, qui ouvrira de nouveaux horizons à la physique nucléaire.

 

Lisez plus sur la littérature russe

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.