Faire un enfant à l’aide de sms ?

Crédit : Lori / Legion Media

Crédit : Lori / Legion Media

Des scientifiques de Novossibirsk ont mis au point une technologie permettant à la femme de connaître, par le biais d’un téléphone portable, le moment optimum pour concevoir un enfant.

« Le principe de la technologie Baby Cloud est que la femme voulant tomber enceinte porte sur le corps un capteur spécial qui mesure la température et d’autres paramètres. En utilisant la technologie Bluetooth, le capteur renvoie sur le téléphone portable du propriétaire un signal quand l’ovulation commence et indique en temps réel le meilleur moment pour la conception », a expliqué le directeur du projet Sergueï Sedikh à l'agence RIA Novosti. 

Le coût d’un tel dispositif avec les services d’un gynécologue revient entre 4000 et 5000 roubles pour l’utilisateur, a souligné le concepteur. A présent, les chercheurs procèdent à la mise au point des premiers prototypes de capteurs d’une forme différente et avec des capacités différentes de fixation sur le corps. Ensuite, les exemplaires seront testés : les plus précis et confortables d’entre eux seront produits en série.

Le président du Technoparc du campus académique de Novossibirsk, l'Union médico biologique, souhaite acquérir la technologie. A l’avenir, on prévoit d’installer l’appareil dans les cliniques de Novossibirsk, a précisé la représentante de la compagnie Maria Galiamova à RIA Novosti : « Cet appareil peut avoir une double fonction non seulement avec le propriétaire, mais aussi, par le biais du smartphone, avec le médecin traitant, en l’informant de la santé du patient. A l’avenir, on peut développer et modifier cette technologie pour, par exemple, mesurer continuellement la tension artérielle ou le taux de sucre dans le sang », a souligné Galiamova.

Article original (en russe) publié sur le site de RIA Novosti.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies