Des collaborateurs de Yandex ont croisé Twitter et Yandex.Dengui

Filipp Kontsarenko, un des fondateurs de Twym. Crédit : Digitam October

Filipp Kontsarenko, un des fondateurs de Twym. Crédit : Digitam October

Le service Twym, un projet mis au point par des collaborateurs de Yandex (moteur de recherche russe) permet de faire des transferts du porte-monnaie électronique en un simple tweet.

« Salut ! Tu es de bonne humeur ? », « Mange encore ces brioches françaises moelleuses ! » Il ne s’agit pas du tout d’une citation d’une comédie ou d’un recueil de récits humoristiques, mais de conversations avec le robot Twym permettant d’envoyer de l’argent sur le porte-monnaie Yandex à travers un micro blog sur Twitter.

Twym est un projet mis au point par des collaborateurs de Yandex, une start-up inhabituelle à l’intérieur d’une grande compagnie technologique qui peut se permettre de telles expériences. L’essence du projet se situe dans la possibilité de faire des transferts du porte-monnaie électronique en un simple tweet. Ça fonctionne de manière très simple : vous vous enregistrez sur twym.ru à travers votre compte Twitter, vous le reliez à votre porte-monnaie Yandex en ligne et vous êtes libres d’envoyer des « tweets d’argent » avec n’importe quel commentaire qui vous plaît à vos amis et à vos connaissances. Toute la procédure ne prend pas plus d’une minute. Par exemple, un tweet comme « Envoyer 100 roubles à @MonsieurX pour lutter contre l’hiver » transférera 100 roubles au porte-monnaie de @MonsieurX. Si @MonsieurX ne possède pas de compte Twitter, Twym lui enverra un message électronique avec une invitation à en créer un. L’idée de combiner Yandex Diengui (service de monnaie électronique russe, ndlr) avec Twitter couvait depuis un certain temps, a déclaré le développeur de twym.ru, Mikhaïl Vorojbianski. Yandex Diengui permet aux utilisateurs de transférer de l’argent en l’espace d’une seconde. Twitter est une forme de message instantané : vous écrivez un post court, vous en faites un tweet et vous partagez des informations ou des liens. Et les nouvelles dans les micros blogs voyagent vite. Pourquoi ne pas faire pareil avec l’argent ?

Vorojbianski a eu l’idée le printemps dernier, et n’a pas perdu le moindre instant pour écrire le premier code de l’application.

La version pilote de Twym a été présentée lors de la i-COMference pour la première fois et a suscité une curiosité immédiate, à la grande surprise de ses créateurs, alors que l’application a atteint sa limite API de Twitter (toutes les applications en ont une) une demi-heure après sa sortie. Cela a sérieusement perturbé le service en provoquant des craintes que les complexités techniques de l’application pourraient effrayer des utilisateurs potentiels. Mais dans le même temps, il était évident que Twym était très prometteur et disposait d’un public captivé.

}

Quand l’application fut prête à être lancée, l’équipe de Twym entendit parler d’un autre groupe de développeurs qui avaient travaillé sur l’idée de combiner un porte-monnaie en ligne avec un service de micro blog. Il y a des projets similaires en dehors de la Russie, incluant Hashpay (qui doit encore être lancé) et Chirpify qui rencontre un succès croissant mais prend une commission énorme de 4% au consommateur pour chaque transaction. Les utilisateurs de Twym ne paient rien de plus que les frais habituels de Yandex Diengui pour transférer des fonds, frais qui se situent à 0,5% quand on envoie de l’argent d’un compte à un autre. Les applications sont aussi différentes à un niveau purement technique : Twym a été développé pour une plateforme spécifique et profite au maximum de l’avantage de la vitesse et de la facilité d’usage de Twitter, tandis que les équivalents étrangers sont construits sur des mécanismes compliqués pour transférer des fonds qui ont besoin d’être connectés par étapes.

« Nous n’avons pas créé Twym pour faire de l’argent. Nous voulions juste offrir un service intéressant qui est à la fois utile et pratique », a déclaré Filipp Kontsarenko, un des fondateurs du projet. « Notre public cible est également assez spécifique, à savoir les utilisateurs de Twitter. Les gens créent des mondes entiers dans leurs blogs, et nous voulons rendre le temps qu’ils y passent confortable et intéressant. Il s’avère qu’un banal transfert d’argent peut-être à la fois rapide et amusant. Plus que cela, nous espérons que Twym rendra le processus de donner de l’argent à des organisations caritatives beaucoup plus facile. »

Les projets pour le futur

Twym.ru a actuellement quelques centaines d’utilisateurs enregistrés dont la majorité d’entre eux ne le perçoivent pas encore comme un service financier pleinement développé : les utilisateurs de Twitter testent le terrain en essayant de voir comment le produit marche. Le service est seulement disponible aux particuliers, des personnes avec un porte-monnaie en ligne, et il n’y a pas de projets directs de travail avec des clients d’entreprise.

Les développeurs restent bouche cousue sur les futures évolutions de l’application, pas tant pour des raisons commerciales, mais parce qu’ils veulent surprendre leurs utilisateurs. De plus, l’équipe de développeurs a créé une sorte de relation maternelle avec leur ‘bébé’, faisant références avec tendresse à ‘Twymy’ et en prenant grand soin comme si c’était leur propre chair et sang. Twym répond à ses ‘followers’ (habituellement sans réel lien avec le sujet de la discussion, mais toujours de manière amusante), donne des conseils et vous informe quand votre transfert d’argent a été reçu. Les développeurs veulent augmenter le nombre de réponses que Twym peut donner, tout comme le QI du robot. Une des innovations que l’on peut espérer dans un futur proche est la ‘liste blanche’ d’applications à travers laquelle les paiments tweet peuvent être effectués. Cela sera suivi par un projet pleinement fonctionnel et financé par le public qui sera basé sur Twym.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies