A la recherche d'un avion électrique

L’Institut centrale de l’aéro-hydrodynamique (TsAGuI) est le leader russe en matière de développement d’un avion complètement électrique. Crédit : Itar-Tass

L’Institut centrale de l’aéro-hydrodynamique (TsAGuI) est le leader russe en matière de développement d’un avion complètement électrique. Crédit : Itar-Tass

Les avionneurs du monde consacrent actuellement une grande partie de leurs efforts au développement d’un avion complètement électrique, c’est-à-dire, dont les fonctions à bord sont assurées par une source d’énergie électrique.

La création d’un avion complètement électrique, équipé d’un système centralisé d’alimentation en électricité, assurant tous les besoins énergétiques de l’aéronef, représente un axe majeur pour l’aéronautique civile et de défense du futur. Et la Russie suit les tendances mondiales. 

Le holding russe Aviatsionnoe oboroudovanie a déjà présenté les résultats de ses recherches en matière d’actionneurs électro-hydrauliques pour les avions. Les découvertes de la société permettront d’augmenter l’efficacité du système de génération électrique d’un avion de 10 ou 15% par rapport aux autres types d’actionneurs et de renforcer la fiabilité et les performances de l’avion en général.

« Dans le cadre de nos activités en matière du développement d’un avion complètement électrique, nous visons à réduire la consommation de carburant de 8 à 10% et les coûts d’exploitation directs de 4 à 6%, à augmenter la durée de vie des avions de 3 à 5% et à faire baisser la masse totale au décollage de 6 à 9% », a déclaré le PDG du holding Maksim Kouziouk.

« Les résultats provisoires de nos travaux sont la symbiose de deux axes de recherche, hydraulique et électrique. Car les entreprises membres du holding travaillent dans les deux directions, nous atteindrons sans aucun doute le résultat désiré grâce à la coopération », a indiqué Alexandre Levine, responsable du bureau d’études Iakor qui fait partie du holding.

Selon la conception d’un avion complètement électrique, l’électricité est utilisée pour alimenter les systèmes les plus énergivores, qui utilisent traditionnellement l’énergie hydraulique ou pneumatique. Parmi ces systèmes figurent notamment ceux de contrôle de surfaces aérodynamiques et de trains d’atterrissage, de climatisation, de dégivrage et de démarrage du moteur.

L’Institut centrale de l’aéro-hydrodynamique (TsAGuI) est le leader russe en matière de développement d’un avion complètement électrique. Le TsAGuI a notamment développé les principes de composition de groupes d’actionneurs électro-hydrauliques à contrôle hydraulique.

Les idées des ingénieurs russes seront réalisées dans le cadre de la création du MS-21, avion passager actuellement en conception en Russie. Une partie considérable des équipements à bord du nouvel aéronef sera électrique, et il sera donc muni d’un puissant système de génération électrique.

Et l’avion complètement électrique, c’est l’avenir. Pour l’instant, dans le cadre du programme « Avion plus électrique », l’usine Aviaagregat de Samara développe un actionneur électrique pour les trains d’atterrissage. Ce dispositif permettra de rendre plus écologique,  moins cher et presque silencieux le mouvement des avions sur les pistes des aéroports.

« Nous essayons d’attirer des fonds supplémentaires pour le programme « Avion plus électrique». Ce programme a une section « Actionneurs électriques pour les roues ». Nous avons déjà obtenu le financement pour ce projet et nous avons initié les travaux », explique Maksim Kouziouk.

Selon le responsable, dans le cadre du projet, ses ingénieurs envisagent une approche totalement neuve. Durant le stationnement, l’avion utilisera non pas ses propres moteurs à hélice ou à réaction, mais des actionneurs électriques installés sur les roues. Il sera possible ainsi de réduire le bruit dans les aéroports et d’économiser le carburant.

« Il s’agit d’une technologie révolutionnaire... J’espère que ce projet donnera naissance à un nouveau produit de notre holding et entraînera de nouvelles demandes », a conclu M.Kouziouk.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.