Rio 2016 : les chances des athlètes russes de plus en plus minces

La perchiste Yelena Isinbayeva

La perchiste Yelena Isinbayeva

Reuters
Le CIO a soutenu la décision de la Fédération internationale d'athlètisme

Le 21 juin, le Comité international olympique (CIO) a soutenu la décision de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) de suspendre les athlètes russes des compétitions sportives internationales, notamment des Jeux olympiques qui débutent dans quelques semaines à Rio, au Brésil, sur fond du scandale de dopage.

Toutefois, le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, a précisé que les athlètes russes repêchés par l’IAAF pourraient se présenter aux compétitions sous la bannière russe.

Or, selon les informations du journaliste de la CNN Alex Thomas, la Fédération a refusé d’accepter les appels individuels des athlètes. Il précise sur sa page Twitter que pour les athlètes russes, le seul moyen d’obtenir le feu vert est de s’adresser au Tribunal arbitral du Sport à Lausanne.

D’ailleurs, cette solution est envisagée par la Fédération russe d’athlétisme, a fait savoir  le président du Comité olympique russe, Alexandre Joukov. Mais il convient de rappeler qu’un peu plus d’un mois nous sépare du coup d’envoi des Jeux.

« Les chances des athlètes russes, y compris de la perchiste Yelena Isinbaeva, détentrice de 28 records du monde, sont minces », a avoué le juriste du sport Valeri Fedoreïev dans un entretien à RBTH.

Selon lui, même la participation sous la bannière olympique reste peu probable.

« Le CIO offre ce droit aux sportifs dont les pays connaissent des combats. En même temps, le cas de la Russie (scandale de dopage) est sans précédent et il se peut que le CIO autorise les athlètes (non impliqués dans le scandale) à participer à titre personnel », a-t-il indiqué.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.