L’Agence antidopage russe reprend ses activités

AP
La décision de l’Agence mondiale antidopage (AMA) rapproche les athlètes russes des Jeux olympiques de Rio de Janeiro, estime un expert interrogé par RBTH.

L’Agence antidopage russe (Rusada), suspendue en novembre dernier suite à la publication de la première partie du rapport de la commission indépendante de l’AMA, reprend ses activités, a annoncé le ministre russe des Sports Vitali Moutko, cité par l’agence TASS.

Rusada a récupéré une partie de ses attributions et accueillera  désormais en son sein plusieurs experts internationaux, a-t-il déclaré.

Les activités de Rusada seront contrôlées par l’Agence antidopage britannique Ukada jusqu’à ce que l’AMA statue qu’elle est entièrement conforme au Code mondial antidopage, précise de son côté le journal Kommersant.

« D’ici février, Rusada et Ukada entameront sans aucun doute leur travail en Russie. Des échantillons sanguins de Russes seront examinés non dans un seul, mais dans plusieurs laboratoires russes », a déclaré à l’agence TASS Natalia Jelanova, conseillère du département anti-dopage du ministère russe des Sports.

La décision de l’AMA d’autoriser Rusada à reprendre ses activités rapproche les athlètes russes des Jeux olympiques de Rio, considère le juriste sportif Valeri Fedoreïev. « C’est bon signe, l’amélioration de la situation de Rusada étant une des principales conditions posées par l’AMA dans le cadre du règlement de la crise liée au dopage. La décision actuelle de l’Agence est un pas important sur la voie de la normalisation de la situation. Je pense qu’il est tout à fait possible que les athlètes russes prennent part aux JO de Rio sous le drapeau russe et non sous la bannière olympique », a-t-il déclaré à RBTH.

Rusada et le laboratoire antidopage de Moscou ont suspendu leurs activités suite à la publication du rapport de l’AMA affirmant l’existence de longue date en Russie d’un système de dissimulation des contrôles positifs des sportifs. Le 18 novembre dernier, l’AMA a déclaré les deux institutions non conformes au Code mondial antidopage.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.