Athlétisme : les accusations de dopage infondées, selon la justice russe

AP
La justice a satisfait la plainte de la Fédération russe d’athlétisme contre les auteurs du film sur le dopage

Le tribunal Basmanny de Moscou a satisfait la demande de la Fédération d’athlétisme de Russie au sujet de la défense de sa réputation face aux auteurs du documentaire retentissant de la chaîne TV allemande ARD sur le dopage présumé des athlètes russes. Selon les juges, plusieurs faits cités dans le film ne sont pas conformes à la réalité, a annoncé l’agence TASS.

La chaîne ARD a diffusé en décembre 2014 un documentaire affirmant que les athlètes russes prenaient régulièrement des substances prohibées sur exigence de leurs entraîneurs. Les principaux accusés sont l’athlète Youlia Stepanova et son mari Vitali Stepanov, ancien employé de l’Agence russe antidopage (Rusada), ainsi que l’ancien coach de la sélection russe Oleg Popov.

Le film a attiré l’attention de l’Agence mondiale antidopage (AMA) qui a entamé sa propre enquête sur les violations de la législation antidopage en Russie. Le 9 novembre dernier, la commission indépendante de l’AMA a présenté un rapport accusant les autorités russes étaient de manipulation d’échantillons lors de contrôles. Le 13 novembre, sur recommandation de l’AMA, le Conseil de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) a voté la suspension provisoire de la Fédération russe d’athlétisme de toute compétition sous ses auspices, y compris des Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro.
Un juriste de la Fédération, Artiom Patsev, estime que le scandale a été déclenché par le film d’ARD. « La diffusion d’informations non conformes à la réalité a provoqué un retentissement social à l’échelle mondiale. La Fédération s’est vu interdire de prendre part à des compétitions internationales sur la base d’affirmations que nous contestons », a-t-il indiqué à l’agence Interfax.

L’opposant Dmitri Goudkov, député à la Douma (chambre basse du parlement russe), a critiqué la décision de la justice, estimant que la Russie exerce une pression sur l’IAAF. « Regardez un peu, le tribunal Basmanny ne peut pas avoir tort ! Aucun cas de dopage chez nous. Alors vite, laissez-nous participer aux JO et n’oubliez pas de vous excuser », a-t-il réagi de manière ironique sur Facebook. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.