La sélection russe de foot risque d’être privée de supporters

Crédit : Stanslav Krasilnikov / TASS

Crédit : Stanslav Krasilnikov / TASS

L’équipe de football de Russie risque de jouer trois matchs à huis clos dans le cadre des éliminatoires du championnat d’Europe 2016. En cause : le comportement des supporters pendant le match contre l’équipe du Monténégro, le 27 mars à Podgorica.

Le match Monténégro-Russie a été interrompu après que le gardien de but de l’équipe russe, Igor Akinfeyev, a été blessé à la tête par un jet de fumigène lancé depuis les gradins occupés par les supporters monténégrins.

Le joueur russe a été hospitalisé. Malgré l’incident, le match s’est poursuivi, mais a été arrêté définitivement à la 67ème minute par l’arbitre Deniz Aytekin à la suite d’un jet de briquet contre un autre joueur de l’équipe russe, Dmitri Kombarov.

L’épisode sera examiné par l’Instance de contrôle et de discipline de l’UEFA. L’équipe du Monténégro risque d’être proclamée perdante sur un score de 0 à 3 et de se voir infliger des matchs à huis clos, comme prévu par le Règlement disciplinaire de l’UEFA.

Cependant, lundi 30 mars, l’UEFA a ouvert des procédures disciplinaires à l’encontre de l’Union de football de Russie (RFS) pour allumage et jet de fumigènes et d’objets par ses supporters.

L’Union a confirmé avoir reçu une lettre appropriée de la part de la commission disciplinaire, a indiqué l’agence TASS. Le président de la RFS, Nikolaï Tolstykh, a déclaré que les autorités russes de football étaient prêtes à coopérer avec l’UEFA dans l’enquête sur les incidents du 27 mars.

« Nous étudions actuellement toutes les circonstances de l’affaire. Nous examinons la possibilité de présenter les  documents nécessaires à l’UEFA », a-t-il dit.

Le poids du passé

Si l’UEFA reconnaît coupables les supporters russes, cette décision pourrait avoir de fâcheuses conséquences pour tous les amateurs de football en Russie.

En effet, l’UEFA a infligé en été 2012 une amende de 120 000 euros à la RFS et lui a enlevé six points dans les éliminatoires de l’Euro 2016 en raison du comportement des supporters russes pendant un match du tournoi par équipes du championnat d’Europe entre la Russie et la République tchèque (4 à 1).

La RFS a fait appel. Sa demande a été partiellement satisfaite et l’UEFA a remplacé la pénalisation par points par l’organisation de trois matchs à huis clos en Russie (avec sursis). La RFS s’est vu accorder un temps d’essai pour la période des éliminatoires de l’Euro 2016.

Aujourd’hui, suite aux incidents, la sanctionavec sursis risque de devenir ferme.

Espoir d’un verdict indulgent

Le chef du droit sportif pratique de la société CMS, Valéry Fedoreyev, estime que la Russie réussira à éviter une peine trop sévère.

« Les peines infligées par le Règlement disciplinaire de l’UEFA ne sont pas formulées de manière claire et nette. En prenant sa décision, l’UEFA se basera sur la gravité du délit. En cas de jet de fumigènes, il s’agira d’un match à huis clos, pas plus. J’ai vu le match et je n’ai rien constaté dans le comportement des supporters qui puisse impliquer plusieurs matchs à huis clos », a-t-il fait remarquer dans une interview à Gazeta.ru. 

Artour Grigoriants, président de la commission de contrôle et de discipline de la RFS, estime pour sa part que la situation actuelle aurait pu être évitée si l’arbitre avait interrompu le match immédiatement.

« Du point de vue du Règlement, l’UEFA a le droit de le faire [d’infliger des sanctions à la RFS – ndlr], mais ne je comprends pas pourquoi le match a repris après l’incident avec Igor Akinfeyev dès les premières secondes. Jamais rien de tel n’avait été observé dans la pratique de l’UEFA ni de la FIFA. Cela n’a pas de sens », a-t-il souligné dans une interview à Rossiyskaya gazeta.

D’après les informations de l’agence TASS, de Rossiyskaya gazeta et de Gazeta.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.