La natation synchronisée dans l’ère de la mixité

Source : Archives personnelles

Source : Archives personnelles

Alexandre Maltsev sera l’un des premiers hommes à participer aux compétitions de natation synchronisée au championnat du monde de Kazan. Nous avons demandé à ce sportif unique comment il se sent dans cette discipline traditionnellement réservée aux femmes.

Est-ce honteux de nager avec les hommes ?

La révolution dans le monde de la natation synchronisée a eu lieu l’année dernière. Le 29 novembre 2014, lors de son congrès à Doha, la Fédération internationale de natation (FINA) a pris la décision d’inclure les épreuves de duos mixtes dans le programme du championnat du monde de natation.

Cette décision a provoqué une réaction mitigée. « Pour le moment, on rougit en imaginant à quoi cela ressemblerait avec des hommes », a, par exemple, déclaré la triple championne olympique Natalia Ichtchenko.

Pourtant, Alexandre Maltsev n’a que faire de ce scepticisme. « Quand j’avais 7 ans, ma mère m’a inscrit dans une école sportive de natation synchronisée », nous a raconté Maltsev. « À l’époque, on y acceptait aussi bien les filles que les garçons. Ma mère a estimé que ce sport artistique m’apporterait un développement harmonieux. Elle avait totalement raison ».

Le talent d’Alexandre couplé à sa grande application a rapidement porté ses fruits. A l’âge de 10 ans, il a été sélectionné par l’équipe de Saint-Pétersbourg. Loin de se reposer sur ses lauriers, Alexandre a continué à peaufiner sa technique.

« Bien sûr, quand j’étais enfant, je ne pensais pas à l’avenir », avoue Maltsev. « Simplement, je réussissais presque toujours, j’avais toujours envie de me surpasser et d’atteindre de meilleurs résultats. À un moment donné, j’ai compris que je ne changerais ce sport pour aucun autre. Ainsi est née la conviction que je parviendrai à participer à des compétitions officielles. Malgré les avis contradictoires dans mon entourage, il y avait toujours quelqu’un pour  me soutenir, ce qui m’a également aidé ».

 « L’arrivée des hommes dans la natation synchronisée est logique »

Alexandre a peu de collègues hommes, le nageur n’en connaît que quelques-uns. Toutefois, l’absence d’hommes fait désormais partie du passé, car après la décision officielle d’introduire des duos mixtes dans le programme du championnat du monde de natation, cette discipline est amenée à devenir de plus en plus populaire.

Source : Archives personnelles

« En Russie, on a déjà largement soutenu l’appel à candidatures de garçons pour les groupes de natation synchronisée », souligne Maltsev.

« L’apparition d’hommes dans la natation synchronisée est logique. Un duo mixte est l’incarnation de l’harmonie. L’homme complétera indiscutablement l’image de la femme, sa grâce, légèreté et fluidité de mouvement par sa virilité, son tempérament, son élégance et son corps athlétique. Les hommes sont capables d’exécuter des éléments de force complexes que les femmes sont souvent incapables de réaliser. Et les portées seront plus spectaculaires avec de la hauteur », conclut le nageur russe. 

La naissance du couple

Alexandre est étudiant en deuxième année et souhaite apprendre le métier d’entraîneur – le pionnier de la natation synchronisée hommes a ses propres projets artistiques. Toutefois, il est entièrement absorbé actuellement par sa préparation au championnat du monde. Le nageur a déjà une partenaire pour sa première épreuve. Alexandre prépare la compétition en duo avec Darina Valitova, championne d’Europe 2014 en compétition par équipe.

« Le couple est très bon et j’espère qu’ils iront loin », explique l’entraîneur du duo Gana Maximova. « Leur travail actuel me satisfait. Nous vivons au jour le jour et attendons de voir ce qui suivra ».

Le nageur, lui, refuse d’évoquer les compétitions de Kazan. Toutefois, compte tenu des traditions russes dans ce sport, nul ne peut douter de la soif de victoire de l’athlète. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.