Coupe du monde de football en Russie : les clés pour un succès en 2018

Des experts de la préparation d'événements sportifs d’envergure parlent la préparation de la Russie à la Coupe du monde de football 2018. Crédit : service de presse

Des experts de la préparation d'événements sportifs d’envergure parlent la préparation de la Russie à la Coupe du monde de football 2018. Crédit : service de presse

Dans quatre ans, la Russie accueillera la Coupe du monde de football, un des plus importants événements sportifs au niveau mondial. Quelles sont les difficultés auxquelles devront faire face les villes organisatrices, sur quoi faut-il concentrer les efforts et quelles erreurs doivent impérativement être évitées – des experts en logistique, en hôtellerie et en marketing sportif commentent le niveau de préparation de la Russie à ce grandiose événement du ballon rond.

Les 17 et 19 septembre, Saransk (650 km au sud-est de Moscou) a accueilli un forum de spécialistes de la préparation d'événements sportifs d’envergure. Le forum était consacré à la Coupe du monde de football 2018, qui se déroulera dans onze villes russes, dont Saransk.

RBTH a interrogé les experts du forum sur divers aspects qui devront être traités par les Russes pour se préparer au championnat.

Transport : la proximité de l’Europe est un atout

Si pendant les Jeux olympiques de Sotchi, ce sont les capacités d’une seule ville qui ont été testées, un test similaire se déroulera dans toute la Russie dans quatre ans. « Les conditions de transport en Russie sont semblables à celles du Brésil, pays qui a accueilli la précédente coupe du monde. Les visiteurs vont donc être confrontés à des problèmes de même type. Ils auront besoin de bus, de trains et d’un bon système d’information », a commenté pour RBTH Stefan Schmied, expert allemand de la logistique et consultant pour les questions de transport et d’accueil à la Coupe du monde de la FIFA en 2010 en Afrique du Sud. « Toutefois, la Russie a l’avantage d’être proche de l’Europe. Le pays a un bon système ferroviaire qui pourrait sans doute être amélioré avec plus de trains neufs et agréables. Vous devez améliorer la signalisation sur les routes – elle devrait être partout rédigée en anglais », ajoute l’expert.

Hôtels : aucun « éléphant blanc »

Une autre mission essentielle des villes russes est la modernisation des hôtels existants et la création de nouvelles infrastructures hôtelières. Les experts font remarquer le risque de surproduction. « L’expérience des Jeux de Sotchi a montré que des plans trop ambitieux peuvent créer de grands problèmes pour l’économie de la région. A Sotchi, même en février 2014 le taux d’occupation des hôtels n’a pas dépassé 50 % », remarque le spécialiste d’évaluation de l’immobilier de la société EY (anciennement Ernst&Young), Ekaterina Yanout. « Il faut mesurer les besoins de chaque ville tout en prenant en compte les normes de la FIFA. Sans quoi il y aura inévitablement des « éléphants blancs », c’est-à-dire des infrastructures inutiles dès la fin de l’événement. Un exemple typique de ce problème est Athènes, où après les Jeux olympiques de 2004 une série d’hôtels a été laissée à l’abandon », souligne l’expert.

Promotion de la culture russe, en sachant raison garder

Même l’existence d’une infrastructure sportive et de transport digne de ce nom ne garantit pas le succès au pays organisateur. Chaque ville accueillant des matchs du championnat du monde doit savoir ce qu’elle entend proposer aux visiteurs. « Afin de réussir, chaque ville doit avoir un plan pour la coupe du monde mais aussi pour les 15 à 20 années à venir », a déclaré à RBTH Winfried Nass, consultant sur les infrastructures communales qui a dirigé le comité d’organisation de la CM de football en Allemagne en 2006. « Par exemple, nous avons commencé à reconstruire la ville de Francfort en 2000 et achevé de le faire il y a deux ans, longtemps après la fin de la Coupe du monde ».

Mike Lee, spécialiste anglais en communications stratégiques dans le monde du sport qui a travaillé sur la mise en valeur de la ville de Belo Horizonte pendant la préparation du championnat du monde au Brésil, estime que le succès du pays organisateur dépend des campagnes de communication lancées par les villes. « La Russie n’est pas la seule à n’être connue qu’au travers d’une ou deux grandes villes. Au Royaume-Uni, l’attention se concentre uniquement sur Londres, au Brésil sur Rio et São Paolo. L’histoire et la culture russe est tellement variée, il y a tant de traditions, de cuisines, de groupes ethniques différents, tant de choses à voir... Et cela devient une partie du récit, de ce que l’on peut appeler le récit national. Parfois, ceux qui racontent le mieux ce récit sont les villes et les régions », a noté M. Lee lors d’une conversation avec le correspondant de RBTH.

Dans cette recherche d’un programme culturel éclatant, il ne faut toutefois pas oublier les réalités économiques, insiste l’expert espagnol en urbanisme et en logistique Paul Freudenspung. « Parmi les schéma de mise en œuvre des championnats organisés en Allemagne ou au Brésil, il n’y en a pas un qui puisse marcher à coup sûr en Russie. Mais en général, les gens se déplacent pour ressentir la Coupe du Monde, et il y a des choses qui attirent tout le monde : des sessions de signatures d’autographes d’anciens joueurs, des festivals de musique, etc. L’autre chose à prendre en compte, ce sont les ressources dont vous disposez déjà. Vous devez être réalistes et regarder l’offre. Il y a peut-être des talents locaux qui pourront beaucoup plaire à l’audience ». L’expert constate également que certaines choses ne peuvent pas être planifiées à l’avance. « Vous devez être conscient du tirage au sort, qui détermine quelles équipes joueront dans votre ville. Certains matchs attirent un énorme intérêt, d’autres non. Si des dizaines de milliers de supporters allemands ou français se rendent dans votre ville, le programme sera différent de celui que vous aurez avec un match Slovénie-Paraguay. C’est un aspect crucial, mais le problème est que vous ne le saurez pas avant le tirage au sort de 2017. »

 

Et vous qu'en pensez-vous ? Donnez-nous votre avis en tweetant @rbth_fr #Mondial2018 #football

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.